Le Riad, la maison patio

jeudi 19 juill. 2012 | Amelie Roux

Sentez-vous l’odeur des tagines et des épices ? Entendez-vous l’appel de la prière ? Voyez-vous le souk regorgeant de mille et une merveilles ?... Alors vous y êtes, vous savourez la troisième étape de notre voyage estival, qui nous conduit au cœur de la somptueuse Marrakech. Cette ville mythique du Maroc regorge de palais, de jardins, de mosquées mais aussi de l’un des plus beaux habitats traditionnels, le Riad.

 

Cliquer sur l'image pour agrandir le diaporama
Au détour d'une derb... | Amélie RouxL'entrée d'un Riad | Amélie RouxSon patio | Amélie RouxAvec sa fontaine | Amélie RouxSon salon | Amélie RouxMême dans les maisons plus modeste | Amélie RouxLa cuisine | Amélie RouxA l'étage les chambres | Amélie RouxAvec ses Moucharabiehs | Amélie RouxUn passage discret... | Amélie Rouxvers la Douiria | Amélie RouxLa toiture terrasse | Amélie Rouxpour l'usage | Amélie Rouxet la détente | Amélie RouxDes artisans... | Amélie RouxAu savoir-faire unique | Amélie RouxLe zelligeur | Amélie RouxDar Cherifa restaurée en centre d'art contemporain.... | Amélie RouxPar un couple de Marrakchi | Amélie RouxEt toujours le soucis du détail | Amélie RouxLes plâtriers... | Amélie RouxDe véritables sculpteurs | Amélie RouxLa médina de Marrakech | Amélie Roux

Sa médina, un véritable labyrinthe, est formée par un dédale de ruelles, appelées derbs, qui ne sont pas plus larges qu’un tonneau. Encadrées de murs de plus de 6 mètres de haut, on s’y sentirait tout petit, voire piégé, si ces murs n’étaient pas parsemés ici et là par de minuscules portes en bois. Gardiennes de trésors cachés ? En effet, derrière ces portes se trouvent les splendeurs de Marrakech, les maisons patios.

L’art de voir sans être vu

Depuis l’extérieur, rien ne laisse présumer la présence de telles demeures. Centrée sur la famille au sens large, des grands-parents aux petits-enfants, cette maison protège leur intimité. Généralement à deux étages, elle s’organise sur elle-même ou plutôt autour de son patio central, véritable poumon de la maison. Le plus souvent plantée et avec une fontaine, une ventilation naturelle s’opère au sein du patio. Ainsi, loin de la chaleur écrasante de l’extérieur, il conserve la fraicheur et apporte douceur de vivre à ses habitants. Les circulations se font par et autour du patio avec au rez-de-chaussée, la cuisine, les salons; à l’étage les chambres et enfin la toiture terrasse, véritable solarium et surtout idéal sèche-linge naturel !

et la détente | Amélie Roux

Pour autant, la maison patio ne laisse pas en reste les invités qui, dans ce pays, sont reçus comme des rois. Mais pas question dans pénétrer l’intimité de la famille, ils auront alors accès à leurs espaces privatifs, appelés « douiria », via un accès réservés. Tout comme les salons, où les femmes généralement séparées des hommes pourront apprécier la saveur d’un thé à la menthe accompagné des délicieuses pâtisseries orientales.

Un savoir-faire ancestral

Aussi sobre à l’extérieur que somptueux à l’intérieur, là encore le Riad n’offre ses richesses qu’à ceux qui y sont invités, loin du m’as-tu-vu des maisons contemporaines marocaines, il regorge pourtant de tous les savoir-faire artisanaux marocain, transmis de générations en générations. Vous pourrez ainsi admirer l’irrégularité des «zelliges». Cette mosaïque forme des dessins souvent complexes pour orner sols et piliers de la maison. Les artisans l’assemblent à l’envers, et connaissent par cœur, chaque forme et chaque couleur. Si vous levez la tête, apparaitront alors les plafonds en "geb" sculpté (le plâtre). Les murs réalisés en "tadelakt" traditionnel poncé au galet, sont généralement pigmentés de couleurs chaudes et permettent également d’assurer l’étanchéité des murs.

Les plâtriers... | Amélie Roux

Rien n’est laissé au hasard ! Cet amour du matériau et du détail se ressent jusque dans les fenêtres moucharabieh qui permettent non seulement aux femmes d’observer la vie de la maison sans pour autant être vues mais servent également d’ingénieux systèmes de ventilation. Une décoration tout en finesse donc, pour offrir à ses occupants un véritable cocon.

L’exode de la Médina

Un bémol est à noter cependant. En effet, malgré la richesse de ce patrimoine, un nombre croissant de Riads est laissé en ruine par leurs propriétaires ou vendu une bouchée de pain à des acquéreurs, le plus souvent des Européens. Avides de chaleur et d’exotisme, ces nouveaux habitants n’hésitent pas investir et réhabiliter au mieux ces habitats traditionnels. Un mal pour un bien pourrions-nous dire! En effet, la préservation patrimoniale ne semble concerner que très peu de Marrakchis. Un tel phénomène, qui ne cesse de se développe, pourrait faire réfléchir le gouvernement marocain. Non seulement la médina serait actuellement plus européenne que marocaine mais le cœur de la ville se mue en attraction touristique!

La médina de Marrakech | Amélie Roux

La majorité des Riads rénovés deviennent des chambres d’hôtes. Petit à petit la médina risque de s’isoler et ne plus faire partie de la vie commerciale de la ville. On voit par ailleurs fleurir un peu partout autour de la ville des immeubles bardés de climatisations ainsi que des villas dernier cri construites sur le modèle de nos bâtiments européens. Plusieurs questions se posent alors. Ce nouveau bâti respecte t’il le mode de vie des marocains? Est-il adéquat à son environnement ? Le savoir faire artisanal, véritable trésor national, ne risque t’il pas de mourir à petit feu ?

> À RELIRE  : Les Troglodytes, habitats traditionnels de la vallée de la Loire. 

                          Les Tata Somba, habitats traditionnels au Bénin. 

  
 

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook