Un objet à Paris : le fauteuil du Luxembourg

mardi 9 juill. 2013 | Amelie Roux

Le deuxième volet de notre série été sur le mobilier urbain à Paris nous amène dans l’un des poumons de la capitale. Le plus emblématique semble-t-il, le jardin du Luxembourg ! Qui malgré son emplacement et sa prestigieuse réputation perdrait certainement de son caractère sans son fauteuil du même nom. Devenu un emblème incontournable de Paris, asseyons-nous le temps de  le découvrir.

L’été s’installe enfin à Paris. Les Parisiens vont enfin pouvoir investir berges, parcs et jardins et se prélasser au soleil. Il va même falloir batailler pour trouver une bonne place surtout au jardin du Luxembourg dans le VIème arrondissement, très prisé avec ces fameux fauteuils. Idéal pour bouquiner ou siester, cette icône du design parisien a su traverser les siècles et imposer sa griffe.

Un jardin évolutif

C‘est en 1617 que le jardin du Luxembourg est créé et baptisé du nom de son propriétaire, le duc de Piney-Luxembourg. Racheté par Marie de Médicis, elle modifie le jardin et surtout y fait édifier l’actuel palais du Luxembourg qui accueille désormais le Sénat. Dès 1642, le jardin alors privé est ouvert au public. Mais à cette époque les moeurs ne sont pas à la promenade, les parcs et jardins sont délaissés par l'autochtone. 

Ce n’est qu’au siècle des Lumières que les résidents du quartier commencent à fréquenter le jardin du Luxembourg. Ils déambulent dans les allées typiques d’un jardin à la française, imaginé par Le Nôtre, et se reposent dans jardin à l’anglaise. Ces deux espaces à l’architecture paysagère bien distinctes sont séparés par la forêt géométrique des quinconces. Les parisiens émoustillés par les essences d’arbres, arbustes et fleurs, charmés par les sculptures et fontaines qui ponctuent le parcours ne déserteront plus jamais le jardin. Et sa fréquentation n’aura de cesse d’augmenter.

Du mobilier personnalisé

Fort de cet engouement, le jardin se transforme, s’agrandit, s’ouvre vers la ville. Au fil du temps, il accueille des activités comme la pétanque, les échecs et le bridge. Guignol et chevaux de bois ravissent les têtes blondes. 

Afin que les promeneurs puissent se reposer, le Sénat au milieu du XIXème siècle a l’idée de créer une chaise pour le jardin. Sa conception est confiée aux Ateliers de Paris qui dessinent dans un premier temps une chaise en acier vert olive puis un fauteuil incliné, "le sénat", dont l’assise plus basse en lages lattes permet de se relaxer. Le service était l'occasion de palper quelques monnaies. Les chaisières, métier désormais disparu, étaient chargées de récupérer l’argent de la location. Comptez 20 centimes, en franc, pour une chaise et 30 centimes pour un fauteuil. Les promeneurs du jardin du Luxembourg ont dû attendre 1974 pour utiliser ce mobilier gratuitement. 

vestige d'une conversation | flickr_cc_Pascal Subtil

Le fauteuil "sénat" revisité

Produit 100% français, le fauteuil du Luxembourg est fabriqué depuis les années 1990 par la société Fermob, basée dans l'Ain. Et c’est en 2004, que le designer Frederic Sofia s’approprie le célèbre fauteuil. En gardant son essence originelle, il le décline de toutes les couleurs, 24 au total. En aluminium, il est désormais plus léger donc plus facile à déplacer. Avec son assise ergonomique et ses accoudoirs recouverts de bois, le fauteuil reste tout aussi confortable que son aïeul. Depuis son relooking le fauteuil "Sénat" s’installe partout : chez les particuliers, sur les terrasses des cafés, dans d’autres jardins comme aux Tuileries...et même outre-Atlantique. La French Touch séduit ! C’est désormais sur le campus d’Harvard, aux Etats Unis, que les étudiants peuvent profiter de l’été indien confortablement installés dans ce mobilier légendaire. Souvent copier mais jamais égalé, le fauteuil du Luxembourg estampillé "chic français" accompagnera encore et encore de nombreuses générations adeptes du "laisser vivre".

 

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook