Chacun y met son grain de SEL !

vendredi 12 nov. 2010 | Anthony Renaud

Payer sans dépenser un euro, c'est possible. Au Système d’échange local de Paris (SEL), vous pouvez profiter des objets, services ou compétences de votre voisin sans ouvrir votre porte-monnaie. Une manière de troquer originale, militante et solidaire.

L’agitation est inhabituelle en ce samedi matin, dans le local d’une petite rue calme du XIe arrondissement, à Paris. A l’heure où certains sont encore au marché, d’autres préfèrent une activité bien moins mercantile. Ce jour-là, se tient la réunion mensuelle du SEL de Paris (Système d’échange local), une association qui permet aux adhérents d’échanger des objets dont ils n’ont plus l’utilité. Proposer des biens matériels, mais aussi des services et des savoir-faire. Tout se partage, se cède, se négocie. En toute convivialité, mais sans argent en contrepartie. Le terme "euro" n’a pas sa place dans l’assemblée. La monnaie locale, c’est le piaf, en référence au moineau des villes.

C’est donc une sorte de troc, mais pas tout à fait, puisque l’échange n’est pas obligatoirement réciproque. Le compte de la personne qui "vend" son article est crédité du nombre de piafs correspondant. Elle peut ensuite les utiliser, auprès d’une autre personne pour "piaffer" un réveil, un cours de solfège ou même des compétences en couture ou en bricolage. La règle qui a été établie pour fixer les prix est simple : une heure de travail équivaut à 60 piafs. A chacun ensuite de s’adapter et de déterminer librement la valeur de son service.

Monique Renambot, "piaffeuse" depuis trois ans, propose aujourd’hui des chaussures de sport, une salière et une poivrière, un DVD et un livre de cuisine. Du vernis, aussi. Autant d’objets qu’elle donnait auparavant à Emmaüs. Pour cette habituée du SEL, cette manière d’échanger offre de nombreuses possibilités. Notamment le partage de savoir-faire.

You are missing some Flash content that should appear here! Perhaps your browser cannot display it, or maybe it did not initialize correctly.

 

Chacun s’agite devant son stand -en fait, une simple table en bois- et vérifie que ses marchandises sont bien visibles. Posées à la va-vite, mais bien en évidence. Les bérets côtoient les magazines, les sacs à main, les bijoux et les gâteaux faits maison. Les discussions s’engagent. Les piaffeurs se promènent dans les allées improvisées de ce marché d’intérieur où l’argent n’est pas roi.

Au-delà du simple échange de biens, l’association a une démarche militante: lutter contre le gaspillage et éviter la surconsommation. Préférer la coopération à la compétition. Pour Claudine Maigre, administratrice de l’association et adhérente depuis 1993, ce système d'échange communautaire et altruiste permet de rompre avec ses habitudes de consommation. 

You are missing some Flash content that should appear here! Perhaps your browser cannot display it, or maybe it did not initialize correctly.

 

Le SEL de Paris -qui compte 500 membres- a réussi à créer, depuis 1996, un véritable lien social. Une relation de quartier grâce aux rencontres et aux échanges. Et plus généralement, une solidarité entre des piaffeurs qui n’ont pas le même profil, ni le même niveau de vie. Des personnes qui n’avaient donc pas forcément vocation à se croiser dans la rue et encore moins à se rendre service. Et selon Claudine Maigre, la crise économique a entrainé une augmentation significative du nombre de membres. Désormais au SEL, les produits de première nécessité se piaffent également.

You are missing some Flash content that should appear here! Perhaps your browser cannot display it, or maybe it did not initialize correctly.

 

Les biens ou services rendus sont parfois beaucoup plus inattendus que des tabourets pliants en bois ou des cours d'informatique : récemment, une voiture a été cédée pour une somme avoisinant les 12 000 piafs. Monique, elle, se contentera d'un ustensile plus petit pour satisfaire son plaisir culinaire. Elle a vendu ses trois chemises et repart avec un siphon à chantilly sous le bras.

4 Commentaires

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Citazine

Mauvaise formulation

Jaja, vous avez raison. Ma réponse était mal formulée, mais allait dans votre sens. Je voulais bien parler de plus-value "économique", au sens strict. Aucune des deux personnes n'est lésée, puisque l'échange ne se fait pas de façon réciproque : les piafs obtenus vont dans le "pot commun", comme le définit Monique.

 

monnaie complémentaire

L'article est très intéressant!

Le lien "Vivre sans l'euro" est vraiment très intéressant aussi ! Merci.

Anthony,
Je pense que la notion de "plus-value" fait partie de ces initiatives. Mais pas la plus-value dans le sens capitaliste du terme.
Il s'agit d'une "plus-value sociale", puisque ces initiatives apportent une plus-value significative en ce qui concerne les aspects sociaux de: bien-être, sentiment d'appartenance, lien social, valorisation des savoir-faire, respect de l'environnement, etc...

 

Toutes les compétences sont valorisées...

Merci Sébastien pour le lien "Vivre sans l'euro".

Effectivement, l'avantage de ce type d'échange, sans argent, c'est qu'il permet d'inclure les services et les savoir-faire. Sans se contenter des biens matériels. Des compétences "de base" peuvent ainsi être valorisées.
La moindre capacité (l'offre) est mise en avant et en relation avec le besoin, la demande. Tout le monde est content, au final! Mais sans la notion d'argent, de vente, de rentabilité, de plus-value.

 

Inventer au niveau local

Oui, cette idée des monnaies alternatives, qui n'est pas nouvelle, est vraiment une piste intéressante pour l'évolution de la société. Cela montre que l'on peut inventer au niveau local et pas toujours attendre que tout vienne de Paris.
L'idée c'est que l'euro, comme le "piaf", ne repose que sur la confiance. Elle est difficile à créer à partir de rien, mais il est peut-être plus facile à long terme d'avoir confiance dans un outil comme le piaf, moins lointain et abstrait que l'euro. D'autant qu'il est rare qu'on nous donne des euros pour nos petits talents du quotidiens. On crée de la valeur par le lien social.
A ce propos, ce papier intéressant du NouvelObs : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/economie/20100918.OBS0021/ils-font-autrement-2-vivre-sans-l...

 

Sur Facebook

Sur Twitter

Le Cut

Profitons des choses simples !

Articles du mois