On brasse à la Goutte d'Or

mardi 23 oct. 2012 | Dorothée Duchemin

En janvier dernier, Citazine avait rencontré Thierry Roche. Un amateur de bières qui voulait ouvrir sa brasserie dans Paris, au cœur du quartier de la Goutte d’Or. Une idée un peu dingue qui a fini par voir le jour. La Brasserie de la Goutte d’Or a été inaugurée le 5 octobre dernier. Cette fois, c’est dans sa brasserie qu’on a rencontré le brasseur.  

Cliquer sur l'image pour agrandir le diaporama
Thierry Roche, au dessus d'une cuve. | Photo Dorothée DucheminEn entrant dans la brasserie. | Photo Dorothée DucheminSalle de brassage | Photo Dorothée DucheminAu menu ! | Photo Dorothée DucheminDans la salle de fermentation | Photo Dorothée DucheminL'étiqueteuse est prête pour Ernestine | Photo Dorothée DucheminLustre en bouteille de bière, signé Cocobohème | Photo Dorothée Duchemin Ernestine et Château Rouge prêtes pour la vente | Photo Dorothée DucheminLes épices enrichissent toutes les bières de la brasserie de la Goutte d'Or | Photo Dorothée DucheminLa sortie | Photo Dorothée DucheminLa brasserie, visible depuis la rue | Photo Dorothée DucheminOuverture au public | Photo Dorothée DucheminEn arrivant | Photo Dorothée DucheminSur le panneau | Photo Dorothée DucheminLa bière de la Goutte d'Or | Photo Dorothée DucheminL'exposition d'Olivsteen sur la baie vitrée qui découvre la salle de fermentation | Photo Dorothée DucheminTrois cuves de fermentation. | Photo Dorothée Duchemin

C’est au coin de la rue de la Goutte d’Or et de la rue des Gardes qu’on le retrouve, dans ce qui est à présent sa brasserie, un lieu de production de bière artisanale et de vente en direct. La première fois qu’on avait rencontré Thierry Roche, c’était en janvier dernier. Son projet, la Brasserie de la Goutte d’Or était en cours de financement sur le site participatif Ulule. Un projet fort : ouvrir une brasserie dans Paris et plus précisément dans le quartier de la Goutte d’Or, ce quartier métissé du XVIIIe arrondissement, entre Barbès et Château Rouge.

On trouve l’adresse sans difficulté, les grosses cuves où Thierry Roche brasse sa bière se dressent juste derrière une vitrine et sont bien visibles depuis la rue. En progressant encore un peu, le panneau d’accueil donne le ton : "Fabrique urbaine de bières. Houblons, Gingembre, Malts, piments. Ici, ont fabrique des bières qui ont du piquant. Et vive le métissage gustatif !"

Sur le panneau | Photo Dorothée Duchemin

On y est, la Brasserie de la Goutte d’Or existe bel et bien. Ici, on fait tout, on produit, on vend, on met en bouteille, on colle les étiquettes, on stocke. Inaugurée le 5 octobre dernier, des curieux, des gens du quartier, des amis ont pu déguster la première bière brassée dans les cuves de la Goutte d’Or, Ernestine. Cette bière aux accents indiens rend hommage à une ancienne brasserie parisienne, la Chapelloise, située rue Ernestine. Les trois autres bières aussi sont des crus, nommées comme les rues, Myrrha, Château Rouge et Charbonnnière. Toutes sont relevées avec les nombreuses épices qu’on trouve dans ce quartier cosmopolite de toutes les couleurs.

Un quartier libre et tolérant

Il a investi les lieux en mai dernier. A retapé et adapté cet ancien restaurant associatif. Et a brassé, quatre fois depuis le mois de septembre. Et depuis le mois d’octobre, il ouvre au public, trois fois par semaine. Deux heures durant lesquelles il est confronté aux goûts des autres. Celui de ses bières est très prononcé, les réactions aussi. « Je me confronte à l’avis des connaisseurs et aux gens du quartier. » Ces « gens du quartier », qui sont-ils ? Thierry Roche brasse de la bière dans le quartier de Paris qui brasse tant de cultures et de populations différentes.

Quand on est arrivé, un jeune type lui a demandé comment il allait, jetant un œil curieux par la porte, pour apercevoir ces drôles d’installation. « Je n’ai que des bonnes réactions dans ce quartier. Que les gens boivent ou non de l’alcool, ils sont curieux, ils posent des questions sur la bière. Ici, c’est très tolérant. Même, c’est parfois n’importe quoi et bien sûr, ce n’est pas que positif. Mais l’état d’esprit est très tolérant, chacun est libre. Il n’y a pas de jugements. »

Ernestine et Château Rouge prêtes pour la vente | Photo Dorothée Duchemin

Et qu’on boive on non de la bière, c’est toujours un bon signal de voir dans son quartier une nouvelle boutique s’ouvrir et qui n’est ni une enseigne de téléphonie mobile, ni une épicerie.  « C’est quasiment monopolistique dans ce quartier. Les habitants, et les nouveaux arrivants de la gentrification sont contents de voir qu’il se passe quelque chose. Ici, il n’y a pas de banque, pas de librairie, un seul fleuriste ! »

Lui aussi veut participer à la vie d’un quartier, où il s’était senti très bien quand il s'est installé à Paris. Ce quartier qu’on connaît peu, dont les médias parlent pour évoquer seulement des problèmes. Dans sa brasserie, des affiches, une expo d’Olivsteen, des bouquins entreposés sur le comptoir. C’est une brasserie, mais c’est un lieu qui veut s’intégrer dans ce petit village et y participer.

Les plaisirs de l'artisanat

Alors forcément, cette histoire brassicole plaît aux journaux. Ce type un peu fou, qui bossait dans la com’ et qui décide de tout plaquer pour ouvrir une brasserie à la Goutte d’Or, c’est une excellente histoire. « La semaine dernière, ça n’a pas désempli. Et faire de la vente, ça prend du temps. » Il voudrait brasser davantage, avoir plus de stock, compléter sa gamme... mais il le sait  : « C'est ça aussi être articianal.»

La sortie | Photo Dorothée Duchemin

Le brasseur doit aussi partir en quête de distributeurs. Il mise sur les circuits courts et espère bien dans les prochains mois voir Ernestine dans les restaurants parisiens et les nombreux cavistes du XVIIIe arrondissement. « Je prends mon temps. Je ne veux pas qu’on veuille de ma bière parce qu’on a vu ma trombine dans le Parisien. Je veux qu’on l'aime. »

Si les choses sont déjà bien avancées, le parcours est encore long. Thierry Roche le savait, il lui faudra de l’endurance. Il doit filer. Il a une course à faire avant la visite du maire qui veut lui aussi goûter la bière de la Brasserie de la Goutte d'or.

> Brasserie de la Goutte d'Or, 28, rue de la Goutte d'Or. Ouverture au public les mercredi, jeudi et vendredi, de 17 heures à 19 heures. 
 

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook