"Silent Hill : Revelation", mortelle démo

jeudi 29 nov. 2012 | Etienne Baiffer

La noirceur des décors ne suffit pas à plomber cette transposition du jeu vidéo culte sur grand écran, plombée par des dialogues frôlant le ridicule. 

Il y a six ans, Christophe Gans avait relativement réussi à adapter au cinéma le célèbre jeu vidéo, tout en y apportant sa patte personnelle. Michael J. Basset reprend le flambeau pour cette suite, qui s'ouvre plusieurs années après la fin du volet précédent et s'inspire du jeu "Silent Hill 3". Heather a 18 ans et souffre de cauchemars qui s'avèreront prémonitoires. Avec son père, elle ne cesse de fuir les mystérieuses forces qui la pourchassent sans qu'elle sache pourquoi, et ne va pas tarder à découvrir qu'elle n'est pas celle qu'elle pensait être.

 Metropolitan FilmExport

Si Silent Hill Révélation est projeté en 2D dans plusieurs salles, c'est pour la 3D que ce film a été pensé, et le réalisateur lui-même clame que seule cette version correspond à sa "vision". On a beau chausser des lunettes, cela ne suffit pas à nous immerger totalement dans le film, raté à bien des égards. Il faut reconnaître le soin, malgré un budget restreint pour une telle entreprise, apporté aux décors, lugubres et effrayants, et l'influence bien digérée des toiles de Jérôme Bosch, qui composent des tableaux plastiquement réussis

Des répliques niaises

On voit l'héroïne en parcourir chaque recoin, telle qu'on la verrait se promener dans les différents niveaux du jeu vidéo. Ce qui donne l'impression d'assister à une démo de Silent Hill plutôt qu'à un film à proprement parler.

 Metropolitan FilmExport

On sent aussi que l'idée est de séduire un public adolescent, celui qui est friand de Twilight et Hunger Games, où se mêlent romances et histoires fantastiques ou d'anticipation. La rencontre entre Heather et un autre jeune homme permet de glisser quelques scènes fleur bleue dans le scénario. Mais le contraste avec la noirceur de l'intrigue principale est trop important, d'autant plus que les répliques niaises ne nous sont pas épargnées. Les fans du jeu vidéo en seront pour leurs frais, les amateurs de films d'horreur aussi. Présenté dimanche dernier en clôture de la deuxième édition du Paris international fantastic film festival (PIFFF), ce Silent Hill Révélation a, en tous cas, été accueilli très fraîchement.

 

Silent Hill Revelation, de Michael J. Basset, France/Canada, 2012 (1h34) 

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois