Le pari risqué des adaptations littéraires au cinéma

mercredi 15 mai 2013 | Marie Desgré

C'est la saison des chefs d'oeuvre littéraires au cinéma. Quelques semaines après L'écume des jours de Boris Vian revisité par Michel Gondry, et un mois avant l'arrivée de Belle du Seigneur d'Albert Cohen vu par Glenio Bonder, cette semaine sort au cinéma Gatsby le magnifique de F. Scott Fitzgerald, revu par Baz Luhrmann. Une sortie en fanfare - à l'image des soirées organisées par Jay Gatsby dans le roman - puisque le film fait l'ouverture du 66e festival de Cannes ce mercredi.

L'adaptation des oeuvres littéraires, connues ou pas, n'est pas nouvelle. Baz Luhrmann a lui-même tourné sa version du Romeo et Juliette de Shakespeare, avec le même Leonardo DiCaprio qui interprète aujourd'hui Gatsby, dans le film qui sort en France ce mercredi. Bien avant lui, Georges Meliès s'était inspiré de Jules Vernes pour son Voyage dans la lune, il y a plus d'un siècle.

"Dans les années 1940 et 1950 aux États-Unis, les studios adaptaient surtout les nouvelles qui paraissaient dans la presse. A cette époque, si un roman avait été un succès il devenait forcément un film. C'est le cas d'Autant en emporte le vent, dont l'adaptation a peut-être été la plus montée en épingle", estime Jean-François Buiré, professeur de cinéma. L'attribution du rôle de Scarlett fait débat et le processus d'adaptation lui-même devient un outil de communication : après de nombreuses auditions de personnalités de l'époque, c'est finalement une inconnue, Vivien Leigh, qui décroche le rôle.

Le roman ou comic à succès transformé en film, c'est plus que jamais d'actualité : "depuis quelques années on est dans la crise des sujets. Les scénaristes n'ont plus d'idées, ils se tournent vers les franchises", observe le professeur de cinéma. Et quand ces franchises s'appellent Harry Potter ou Iron Man, cela peut s'avérer juteux : Harry Potter et les reliques de la mort partie 2, le dernier volet des aventures du sorcier à lunettes, a dépassé le milliard de dollars au box office.

 

Trahir, la condition pour réussir une adaptation ?

Si les adaptations de Gatsby ou de L'écume des jours ont suscité le débat avant même leur sortie, c'est surtout parce qu'il s'agit de romans connus, qu'une bonne partie du public a lu. "Les spectateurs peuvent être déçus et ne pas retrouver dans le film, les images qu'ils avaient en tête à la lecture du roman", indique Jean-François Buiré. D'où la nécessité, selon lui, de s'écarter un peu du texte original. "Ce n'est pas forcément l'adaptation la plus fidèle qui est la plus réussie. François Truffaut et la Nouvelle vague ne faisaient-ils pas le procès des 'équivalences', d'une certaine manière d'adapter ?"

Adapter, cela peut aussi signifier travailler sous l'influence d'un artiste. "Prenez Steven Spielberg : sa meilleure adaptation de Tintin, dont il est fan, n'est pas Tintin mais Les aventuriers de l'arche perdue", estime le professeur de cinéma. Pour lui, le dilemme des adaptations se situe surtout au niveau du type d'oeuvre que l'on adapte. "Les romans imagés, poétiques, sont tentants mais il y a peut-être une contradiction dans le fait de vouloir transposer une poésie écrite" reposant sur des sensations en poésie visuelle. Julien Gracq pensait d'ailleurs que "pour qu’un roman devienne un très bon film, il faut que le film soit autre chose. Il s’agit de chercher une sorte d’équivalent mais qui ne se limite pas à la simple transposition visuelle".

Certaines adaptations le font d'ailleurs si bien qu'elles font non seulement connaître le roman, mais en viennent presque à le dépasser. On pense notamment au Shining de Stanley Kubrick, qui renouvela le film d'horreur avec sa version cinématographique en 1980 du roman de Stephen King. Ce dernier fut d'ailleurs très mécontent du résultat, estimant que le film trahissait les thèmes de l'alcoolisme et de la désintégration de la famille abordés dans son roman. Qu'à cela ne tienne, l'auteur écrit une quinzaine d'années plus tard… le scénario de sa propre adaptation de son roman, pour la télévision.

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois