Le livre de poche ou la révolution de la lecture pour tous

vendredi 22 mars 2013 | Marie Desgré

Il est devenu un objet du quotidien et pourtant, à sa naissance il y a 60 ans, le livre de poche n'était pas une évidence pour tout le monde. Retour sur une révolution culturelle.

John Steinbeck, Albert Camus et Tatiana de Rosnay, tous les trois passés par Le Livre de poche.

Le Livre de poche souffle cette année ses 60 bougies, avec à son actif plus d'un milliards de livres imprimés depuis le tout premier en 1953, quelque 2.000 auteurs édités et plus de 400 nouveautés chaque année. La collection Le livre de poche, qui présente à l'occasion du Salon du livre, jusqu'au 25 mars à Paris une exposition graphique rétrospective pour marquer cet anniversaire, n'a pas toujours été une évidence.

Koenigsmark de Pierre Benoît, le tout premier Livre de poche imprimé.

Car en 1953, l'idée d'Henri Filipacchi de démocratiser la lecture n'est pas du goût de tous. Il veut mettre au service des grands textes littéraires les techniques d'impression et de diffusion jusque là réservés au roman populaire. S'il convainc ses amis et éditeurs Calmann-Lévy, Grasset, Albin Michel et Gallimard de s'associer à ce projet de créer un livre bon marché, l'idée d'un livre auquel on enlève le prestige que lui confère son prix élevé ne plait pas à tous. En témoigne cet étudiant en médecine, interrogé dans l'émission "L'avenir est à nous" (sic), favorable à une "aristocratie des lecteurs" et qui s'inscrit contre la possibilité d'accéder si facilement à des livres destinés "à des gens qui n'avaient pas besoin de lire. (…) Ce qui leur a donné une prétention intellectuelle qu'ils n'avaient pas avant."

Les trois premiers livres de la collection, vendus 2 francs (30 centimes d'euros), sont Koenigsmark de Pierre Benoît, Vol de nuit d'Antoine de Saint-Exupéry et Les clés du royaume d'AJ Cronin. De 8 millions d'exemplaires en 1957-1958, les ventes passent à 28 millions en 1969.

Devant un tel succès, la collection a fait des petits. Non seulement au sein même d'Hachette Filipacchi qui a lancé régulièrement depuis des sous-collections à thème (Le livre de poche policier, Les classiques de la philosophie, Création de Bulle en poche…) mais aussi chez les autres éditeurs, notamment J'ai lu créé en 1958 à la demande d'Henri Flammarion, Pocket né en 1962 et Folio (Gallimard) en 1972. Summum du succès, dans les années 1960 Le livre de poche devient un emblème des produits de consommation des Français au même titre que la baguette, puisqu'il rejoint la liste des 259 articles composant l'indice des prix.

Aujourd'hui, la démocratisation des livres ne passe plus seulement par leur prix mais aussi par leur support. Pour les 60 ans, Le livre de poche se lance dans le numérique avec la création du catalogue "E-book du livre de poche".

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook