Barbie fait scandale à Berlin

lundi 6 mai 2013 | Geoffrey Bonnefoy

L’ouverture mi-mai de “la maison de rêve” de Barbie, au coeur de la capitale allemande pose quelques problèmes. En cause une représentation de la femme un brin datée. Dans un univers acidulé, les jeunes filles pourront se faire coiffer, maquiller, apprendre à cuisiner, à défiler et à chanter...

Barbie, blonde et rose. Photo DR

Toutes les jeunes filles en ont un jour rêvé, Mattel l’a fait : le fabricant américain de la célèbre poupée ouvre à Berlin, le 16 mai 2013, une reproduction grandeur nature de la maison hollywoodienne de Barbie au coeur de la capitale allemande. Malibu aux portes d’Alexanderplatz, tout un programme.

Façades et tulipes en plastique arborent un rose éclatant,  tout comme les rideaux, les peintures et les tapisseries. Les 2 500 m2 de la maison de rêve de Barbie (Barbie Dreamhouse, dans la langue du marketing) promettent d’être inoubliables.

Sur le site internet de l'attraction, mise en place par une agence de marketing autrichienne, sous licence avec Mattel, on mise sur le rêve : la maison à visiter, comme un musée (15 € pour les 14 ans et plus, 12 € pour les plus jeunes) se veut glamour, reprenant tous les éléments de l’univers Barbie, et “interactive”. Histoire de faire 2013.

Les plans de la maison de Barbie. Photo DR

A la fin de la visite, les jeunes filles peuvent se faire coiffer et maquiller, cuisiner des cupcakes acidulés, être conseillées sur leur look et apprendre à défiler et à chanter... maman sera évidemment d’abord passée à la caisse, puis y repassera dans la Barbie Dreamhouse Boutique.

Une présence qui agace

Un voisinage qui ne plaît pas à tout le monde. "Cette maison est l'expression d'un modèle indigne. Il offre deux options de carrière aux femmes : mannequin ou popstar", s’indigne, Michael Koschitzki, membre d’un mouvement d’extrême-gauche, dans Der Spiegel. Il déplore que "la grande majorité des petites filles jouent avec une poupée qui dans la réalité serait anorexique et dont la vie consiste à attendre Ken dans la voiture".

Depuis sa création en mars dernier, le groupe Facebook "Occupy Barbie-Dreamhouse" compte près de 1200 fans rapporte lemonde.fr. Une manifestation est prévue le jour de l’ouverture, pour protester contre cette représentation de la femme, mais les manifestants ne se font pas d’illusion : ils ne pensent pas y être très nombreux.

Logo du mouvement Occupy Barbie Dreamhouse. DR

"Barbie devient de nouveau un instrument utilisé par certains pour mettre en avant leur propre programme", regrette une porte-parole de Mattel Allemagne, qui souligne que la poupée a été aussi bien princesse, chirurgienne ou candidate à l'élection présidentielle, lit-on dans lemonde.fr. Pas de problème non plus pour l’agence de marketing qui explique, dans Der Spiegel, que la maison de Barbie a été conçu “comme un monde d'expérience” et non comme "une exposition pédagogique”. Il n’y a donc pas “de message profond à transmettre". Rassuré ?

La dreamhouse, bientôt à Paris ?

Une autre de cette boutique éphemère, entièrement démontable, est installée en même temps en Floride. Celle de Berlin devrait rester trois mois, avant d’entamer une tournée européenne “dès le mois d’août”, confirme lemonde.fr. Et Paris serait déjà sur les rangs, assure le responsable de la Dreamhouse.

The Dreamhouse Experience. DR

Bonus Track : Si vous n’avez jamais eu l’occasion de traîner sur le site internet Barbie Dreamhouse, c’est un tort. Ici, vous prenez conscience de la vision de la femme selon Mattel. Au hasard, regardez donc le court épisode des aventures de Barbie intitulé “Le dressing démoniaque” (sic). Barbie et ses amies (car Barbie n’est jamais seule) se retrouvent enfermées dans le dressing de l’héroïne, grand comme un manoir du XVIIIe. L’intelligence artificielle, installée par Ken (vous savez, l’homme, le geek, le bricoleur) en vrai fashion police refuse de laisser sortir Barbie dont le pantacourt est “un demi-millimètre trop haut par rapport au mi-mollet” (re-sic).

Avant de cliquer sur le lien, pensez à diminuer la luminosité de votre écran. Le rose y est un chouïa agressif. On vous aura prévenu.

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois