La Turquie, eldorado de la moustache

vendredi 28 déc. 2012 | NR
Boostée par un marché des implants de poils sur le visage en plein essor, la Turquie devient la destination de choix pour ceux qui ont envie d’affirmer leur virilité avec un look "Magnum". Ou à Borat.

Ils viennent du Qatar, du Koweit ou encore d’Irak. Ce sont souvent des businessmen et ils se rendent en Turquie pour se faire implanter des poils sous le nez et/ou sur le menton. Leur objecti f: devenir l’incarnation vivante de la virilité.

Depuis deux ans, le marché des implants pileux est en plein essor en terre turque. Interrogé par The Guardian, Tulunay, médecin local, explique que le nombre de greffe qu’il réalise chaque mois est passé d'une quinzaine à 60 !

Exemple de moustache turque. DR

Pourquoi assiste-t-on à une telle ruée vers le poil? Pour des raisons économiques… et sociales. « En Turquie comme dans plusieurs pays arabes, la virilité est associée au fait de posséder une moustache ou une barbe bien fournie », précise Tulunay. « Des hommes d’affaires viennent me voir pour obtenir des implants de barbe et de moustachs parce qu’ils ont souvent le sentiment que leurs partenaires ne les prennent pas suffisamment au sérieux parce qu’ils n’ont pas assez de poils au visage ».

Malins, certains agents de voyage ont repéré le filon : ils ont lancé des "Hair Transplant Tour Packages". Autrement dit, des offres de voyage "spécial greffe de moustache" pour répondre à la demande. Du tourisme pileux, en quelque sorte. 

Selon Irfan Atik, agent spécialisé dans ce type de prestation, près de 50 touristes venus du Moyen Orient viendraient chaque jour en Turquie pour repartir avec une grosse moustache et/ou une grosse barbe. Et cela remplit bien les caisses puisque pour bénéficier de ce type d’opération, chaque participant verse près de 2 300 dollars.

C’est ce qu’on appelle une affaire qui marche au poil.
 

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois