A Nantes, le street art pour identifier les herbes sauvages

lundi 7 juill. 2014 | GB
Une conteuse s’est mise en tête de peindre le nom des plantes sauvages qu’elle croise dans les rues de Nantes. Résultat : depuis quelques semaines : "pissenlits" et autre "ruine de Rome" fleurissent sur les trottoirs de la ville.

Que ce soit à Paris, à Nantes, à Marseille, à Strasbourg ou encore à Lille, vous êtes forcément tombés au hasard de vos déplacements (plus bucolique : de vos balades) sur des herbes sauvages qui poussent dans les interstices des murs, des trottoirs ou encore des grillages. Mais avez-vous déjà eu la curiosité de vous demander de quelles espèces étaient ces plantes (à l’exception de la réponse "des mauvaises herbes") ?

Si vous êtes Nantais, car c’est là qu’elle officie pour le moment, le travail de la conteuse Frédérique Soulard devrait vous ravir. Depuis plusieurs semaines, elle oeuvre dans les rues de la ville et tague à la peinture blanche le nom des plantes sauvages qui poussent. Les inscriptions “Millepertuis”, “vergerette”, “pissenlit” ou encore “ruines de Rome” ont ainsi fleuri sur les trottoirs nantais.

"Je ne suis pas botaniste de formation, mais j’ai travaillé dans l’herboristerie de ma grand-mère. J’ai toujours aimé les plantes et leurs noms vernaculaires et je veux partager ça depuis longtemps. Ça fait une dizaine d’années que je mûris ce projet", explique-t-elle au site terraeco.fr.

Les nommer pour les faire exister, voilà son credo : "Je trouve que ça change le regard des gens. Je peux vous assurer que, quand vous rentrerez chez vous, vous verrez des dizaines de plantes sauvages dans les rues."

Une opération qui se déroule sous l’oeil bienveillant de la ville, qui a été prévenue par l’artiste, assure le site, pour que les équipes de nettoyage ne s’acharnent pas sur ses tags. Et un concept que Citazine aimerait bien voir s’exporter un peu partout en France. 

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois