Les hôtesses de Ryanair priées de se rhabiller

jeudi 16 févr. 2012 | AR
L'autorité qui réglemente la publicité britannique a censuré une campagne de publicité de la compagnie aérienne. Les hôtesses de l'air apparaissaient en petite tenue.

« Sexistes et dégradantes ». Cette fois, Ryanair est allée trop loin et se fait rappeler à l'ordre. La compagnie low-cost irlandaise vient de voir certaines de ses publicités interdites par l'Advertising Standards Authority (ASA), l'autorité qui réglemente la publicité britannique. En cause ? Des encarts publicitaires, parus dans The Guardian, The Independent et The Daily Telegraph, montrant des hôtesses de l'air en sous-vêtements, aux poses plutôt lascives. En haut de la publicité, en lettres capitales, le slogan « Des tarifs et un personnel très chauds ».

 

Après la publication dans la presse nationale de ces publicités au ton décalé et si provocateur comme Ryanair sait le faire, une quinzaine de lecteurs a fait part de son mécontentement. Ils ont même porté plainte. S'ajoute à ces plaignants, une pétition en ligne signée par plus de 10 000 personnes qui dénonçait ces publicités peu délicates.
L'ASA a considéré que, ensemble, le texte et l'apparence, le regard et la position de l'hôtesse de l'air pouvaient être assimilés à un comportement sexuellement suggestif. Et qu'il contrevenait donc au code de la publicité en vigueur. Verdict : publication interdite !
Pour sa défense, Ryanair faisait valoir que ces publicités étaient illustrées avec des photos des membres du personnel - volontaires - tirées du calendrier 2012 Girls of Ryanair. En vain.
Une provocation efficace de plus pour la compagnie aérienne. Les publicités sont certes interdites, mais font parler d'elles.

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook