Lacoste, le trafiquant qui torture avec des crocodiles

vendredi 17 août 2012 | NR
Un caïd brésilien a trouvé une arme de choix pour se faire respecter : il torture ses ennemis avec deux bébés caïmans qu’il a dressé lui-même. La police a essayé de l’interpeller : il a pris la fuite en laissant ses crocos derrière lui.

A 25 ans, Wallace de Brito n’est pas un tendre. Chef du trafic de drogue de la favela Morro da Serrinha, au Nord de Rio, On le croirait tout droit sorti de La Cité de Dieu ou d’un épisode de la série The Shield.

Son surnom, c'est "Lacoste". Pas parce qu’il collectionne les polos à manches courtes mais parce qu’il aime beaucoup les caïmans. Selon la police locale, le caïd a passé ces dernières semaines à élever deux bébés crocodiles avec lesquels il torturait ses rivaux.

Lacoste, le bourreau aux crocodiles.  

Mercredi, un bataillon des opération spéciales a essayé de l’interpeller dans le cadre d'un coup de filet. En vain : alors que cinq suspects ont été arrêtés et que cinq autres trafiquants ont été abattus, le jeune trafiquant est parvenu à prendre la fuite… en laissant ses "bébés" derrière lui.

C’est après avoir récupéré les deux crocodiles que les opérations spéciales ont expliqué, lors d’une conférence de presse, à quoi lui servaient ces deux mammifères :  Lacoste les utilisaient effectivement pour intimider ceux qui posaient problème, comme le rapporte Paris Normandie.

Maintenant que les crocos sont en lieu sûr, les forces de l’ordre redoublent d’efforts pour mettre la main sur le trafiquant. 500 dollars seront effectivement offerts à ceux qui donneront des infos pour arrêter Lacoste.

L’opération est médiatique mais ce n’en est qu’une parmi d’autres : avant la Coupe du Monde de 2014 et les JO de 2016 au Brésil, les autorités cariocas mènent désormais une guerre sans merci aux trafiquants, pour pacifier une des régions le plus violentes du pays 

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook