Irak, la ministre des Femmes contre les femmes

vendredi 10 févr. 2012 | DD
En Irak, la ministre des Femmes s'est déclarée contre l'égalité des sexes. Ironique !

Depuis le retrait des troupes américaines d’Irak, laissant un joli bazar derrière eux, que se passe-t-il donc dans le pays ? Côté égalité des sexes et droits des femmes, c’est pas encore ça. Le personnel féminin du gouvernement est depuis peu soumis à des règles vestimentaires strictes, édictées par le Haut Comité pour la promotion de la femme. Et c’est là que l’ironie commence.
Finie la mini-jupe ! Le pantalon serré, on oublie. De même qu’une jupe qui pourrait, au hasard d’un geste quotidien, laisser deviner les formes du corps. Les chaussures osées « non conformes à la pudeur » au placard ! Avec les chemisiers bling-bling aux couleurs criardes. Difficile d’imaginer qu’une chaussure puisse être non conforme à la pudeur…

Qui donc nous a pondu ce brillant code vestimentaire ? Ibtihal Al-Zaidi. Ce nom ne vous dit rien ? Cette femme, présidente du comité pudibond, n’est autre que la ministre d’Etat pour la Femme ! La prude a accompagné la décision d’un discours non moins brillant : « Je suis contre l’égalité, a déclaré la ministre irakienne, car la femme perdrait beaucoup si elle était l’égale de l’homme. Je suis pour la tutelle de l’homme sur la femme. Moi-même, en tant que ministre, je continue d’informer mon mari de l’endroit où je vais chaque fois que je quitte la maison. Cela ne porte pas préjudice à la femme, au contraire. Cela lui donne une place importante au sein de la famille. Mon mari doit savoir où je vais. Cela n’est pas en contradiction avec mon statut de ministre. »

La mesure, relayée par Courrier International, fait évidemment bondir chez les féministes. « Chaque matin, en entrant dans les ministères, les employées seront scrutées de haut en bas par des fonctionnaires qui prendront tout leur temps pour se rincer l’œil – au nom des directives ministérielles. Personne ne pourra leur dire que c’est du harcèlement », commente la journaliste Afrah Chouqi.
Ibtihal Al-Zaidi, ministre d’Etat pour la soumission de la Femme et présidente du Haut Comité pour la régression de la femme ferait bien de revoir sa copie.
 

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook