Avec son bar à céréales, Londres est-il devenu fou ?

jeudi 18 déc. 2014 | GB
Un bar à céréales dans un quartier en pleine gentrification de Londres : il n’en fallait pas plus pour que l’opinion publique et les médias s’enflamment. Derrière le procès de ce bar, celui des hipsters.

Le Cereals Killer Cafe de Londres | © Cereals Killer Cafe

Ne cherchez pas à commander une pinte ou un fish’n’chips. Ce nouveau bar londonien, implanté dans le quartier hispter de la capitale anglaise qu’est Shoreditch, ne propose qu’une seule chose : des céréales. Depuis le 10 décembre, le Cereal Killer Cafe propose de venir manger un bol rempli de céréales du petit déjeuner et compte pas moins de 120 références, dont des Chocapic, comme le souligne Slate.fr.

Problème : avec les prix pratiqués (environ 3,80 euros le bol, soit le prix d’un paquet entier dans le commerce), le café subit un procès à la fois des médias, mais aussi de l’opinion publique. Et se retrouve épinglé comme étant le responsable de la gentrification du quartier, où nombre de commerces spécifiques, souvent de niche, on ouvert leurs portes récemment. Car si le quartier est en voie "d’hipsterisation", nombre d’habitants n’ont pas les moyens de s’offrir un bol à ce prix là.

Fondé par deux jumeaux irlandais, à la barbe longue, le café se trouve au coeur d’une polémique, certains criant au scandale, d’autres au génie. Pour tenter de les départager, Brain magazine a voulu compter les points avec un résultat proche du match nul...

Un faux procès pour certains, qui pointent la responsabilité de l’ensemble du marché immobilier qui tire les loyers et le coût de la vie vers le haut, et non de la seule présence de ces deux patrons. Deux choses semblent toutefois sûres : d’une part, la cohabitation entre les hipsters et les moins nantis n’est pas simple et, d’autre part, le café devrait faire un carton.

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois