La Réserve des Arts, pour l’écologie et les artistes

mardi 10 févr. 2015 | Amelie Roux

Les rebus et chutes de matériaux sont plus intéressants qu'il n'y paraît. A Paris, la Réserve des Arts propose aux artistes de réaliser leurs oeuvres avec ces matériaux de récupération. En conjuguant culture et société, cette association a fait de l’écologie une révolution culturelle.

Cliquer sur l'image pour agrandir le diaporama
Bienvenu A la Réserve des Arts | Bojan KrtolicaUne surface de 1000m2 | Bojan KrtolicaRépertoriés | Bojan KrtolicaRangés | Bojan KrtolicaDu cuir | Bojan KrtolicaDu bois | Bojan KrtolicaEncore du bois | Bojan KrtolicaDes femmes plastiques | Bojan KrtolicaEt bientôt, les ateliers | Bojan KrtolicaDes machines | Bojan KrtolicaPour créer | Bojan Krtolicasur place | Bojan KrtolicaValentine, a l'embarras du choix | Bojan KrtolicaDes matières premières | Bojan KrtolicaA la Réserve des Arts | Bojan Krtolica

Dans l'art, le constat est le même que dans le domaine de la construction : la quantité de déchets augmente à vitesse grand V. Parmi ces déchets, on trouve pourtant des matériaux dotés d'un fort potentiel de réemploi. Sylvie Bétard et Jeanne Granger ont réussi à donner vie à leurs aspirations : agir pour l’environnement tout en soutenant le secteur de la création artistique. Elles ont créé, en 2008 à Paris, la Réserve des Arts. Citazine a rencontré à l'Entrepôt de Pantin (Seine-Saint-Denis), Sandrine Andreini, la directrice de cette association. Elle nous explique la vison globale et le fonctionnement du projet.

 

Comment ça marche?

Inspirée du modèle new-yorkais Materials for the arts, la Réserve des Arts se fixe trois objectifs : réduire durablement les déchets, promouvoir le réemploi et soutenir le secteur culturel.

Dans l’économie circulaire, on évoque le plus souvent le recyclage. Pour autant, avant cette étape, il existe une économie plus vertueuse, le surcyclage. "Je garde la matière et je la transforme en quelque chose de mieux", explique Sandrine. "La volonté était de créer un lieu où l'on trouve des matériaux qui amènent non seulement à la création mais propose aussi des matériaux difficiles à trouver". Pour y parvenir, des contrats de prestation de service sont conclus avec des entreprises de bricolage, d'événementiel, de luxe, de lingerie... pour la récupération de leurs déchets. Dix collectes par mois sont ainsi organisées au sein de ces entreprises qui choisissent de contribuer aux enjeux du développement durable, plus communément appelé RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises), avec la Réserves des Arts. 

La Réserve des Arts, au service de l’écologie et des artistes!

Tous ces matériaux doivent ensuite être inventoriés, pesés, pris en photo, mis en ligne sur le site internet (le valorisateur) et rangés pour être exposés dans les locaux de l'association. "La logistique est importante car les matériaux sont de tailles différentes et la qualité visuelle offerte aux artistes est essentielle". Les différentes étapes de travail sont assurées par des bénévoles et par les six salariés de l’association dont l’un des contrats est un emploi d'avenir"Huit emplois seraient l’idéal", précise Sandrine. Et pour cause, en 2014, "33 tonnes de matériaux sont rentrées à la Réserve et 16 tonnes en sont sorties". 

La Réserve des Arts, au service de l’écologie et des artistes!

La création artistique a ses secrets. L'artiste peut avoir une idée précise de sa prochaine oeuvre et parfois c’est la matière, elle même, qui amorce le processus de création. Ces 16 tonnes ont donc été achetées puis transformées par des plasticiens, des scénographes, des associations du territoire, des étudiants en arts... Car pour pouvoir se fournir à la réserve des Arts, il faut non seulement être membre de l’association mais également justifier d’un métier artistique. Au total 35 métiers artistiques se fournissent à la Réserve des Arts. "On veut soutenir un secteur qui a des besoins, il y a une prise de risque à vivre des métiers de la création". La Réserve des Arts leur donne cette opportunité, en offrant la matière première à un prix concurrentiel : "la moitié du prix du même matériaux neuf. Mais notre objectif est de passer à 1/3 du prix du neuf", admet Sandrine.

Les lieux

L’espace reste la priorité pour la mise en place d’un tel projet. Il fallait trouver un endroit permettant de  stocker et présenter l’ensemble des matériaux récupérés. Un premier espace de 130m2, situé rue Prévost Paradol dans le 14ème arrondissement à Paris, permet à la Réserve des Arts de concrétiser l’aventure. La Boutique ouvre ses portes en 2010. Trois ans plus tard, face à son succès exponentiel, l’association doit s'agrandir pour accueillir les membres de plus en plus nombreux et surtout les tonnes de matériaux de plus en plus importants. "Les matériaux ont besoin d’être vus", insiste Sandrine. Commence alors la quête d’un lieu plus spacieux. La Réserve des Arts s’oriente vers la petite couronne de Paris. Elle cherche des communes dotées d'une politique culturelle forte comme à Aubervilliers, Montreuil ou encore Pantin. 

La Réserve des Arts, au service de l’écologie et des artistes!

La disponibilité et le prix du foncier ont orienté le choix définitif et c’est à Pantin que L’Entrepôt, situé 53 rue Cartier Bresson, a ouvert ses portes en 2014. Un espace de 1.000m2 où tous les matériaux peuvent désormais être exposés, mais où également "les tonnes non vendus sont stockées". Spacieux, haut de plafond et ordonné, il est  très facile de chiner dans ce hangar où les matériaux sont rangés par catégories : cuir, bois, tissu, platique... et aussi des poignées de porte. C’est dans la mezzanine de l'entrepôt que nous croisons Valentine, étudiante en cinéma d’animation. Elle vient pour la première fois à Pantin faire ses courses. "J'avais l’habitude d’aller à la boutique dans le 14ème mais ici, il y a encore plus de choix. C‘est une belle démarche avec des prix vraiment accessibles. C’est agréable de se laisser surprendre par la matière", s'enthousiasme l'étudiante. Un grand choix donc dans le hangar qui accueillera bientôt, sous la mezzanine, 200m2 d’ateliers. Les membres de l’association pourront ainsi utiliser des machines misent à leur disposition et transformer la matière sur place. La Réserve des arts, sans cesse en évolution, pense déjà à la prochaine étape qui sera "soit d'agrandir les locaux à 10.000m2, soit de développer La Réserve des Arts en France, car beaucoup de villes sont demandeuses", confie Sandrine.

En parallèle de ces espaces, La Réserve des Arts  cherche à sensibiliser le public à la gestion des déchets et plus précisément au surcyclage, au réemploi des matériaux existants. Cette sensibilisation s’effectue surtout dans les écoles, auprès des professeurs et des élèves mais aussi auprès de la direction. "Le but est que dans les espaces où cela s’y prête, chacun gère ses propres déchets en circuit court", explique Sandrine. "L’idée est que cette réutilisation devienne un réflexe, ainsi les modes de consommation changeront naturellement".

 

La Boutique, rue Prévost Paradol, 75014 Paris, ouvert du mercredi au samedi de 14h à 19h. 

L’Entrepôt, 53 rue Cartier Bresson 95 300 Pantin, ouvert du mardi au vendredi de 10h à 18h. 

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook