Expo : Miss.Tic détourne les unes des magazines

samedi 17 mai 2014 | Dorothée Duchemin

Miss Tic est de retour avec son grand détournement de couvertures des magazines. Présentée l'année dernière à la galerie W, l’expo "Les Uns et les Unes" revient à la galerie l'Oeil ouvert jusqu’au 8 juin.  

Cliquer sur l'image pour agrandir le diaporama

Miss.Tic revient avec une expo solo à la galerie l’Oeil Ouvert, dans le 4ème arrondissement de Paris. Avec "Les Uns et les Unes, la presse revue par Miss.Tic", la street artist s’empare des unes des magazines, Biba, Grazia, Glamour mais aussi GQ ou L’Optimum. Légère ou rebelle, féministe ou corrosive, elle s’est amusée à revisiter et à détourner avec sa touche si personnelle ses unes de papier glacé. Adepte des petites phrases bien senties, des accroches mordantes et piquantes qui toujours font mouche, Miss.Tic s’en donne à cœur joie avec cette exposition. Et bien sûr, on retrouve ses fameuses silhouettes au courbes sexy, au centre de son travail depuis 30 ans. 

Prenant à contrepied les messages habituels de ces unes qui décrivent un idéal de papier glacé, Miss.Tic joue avec ces manchettes formatées. Le résultat : des unes de magazine qui nous sont familières mais qui affichent des titres complètement décalés et ironiques.  Ainsi Men’s Health conseille de "se taper un canon sans devenir un boulet". Et Marie Claire propose, "Vacances : délocaliser votre mari". C’est drôle, léger et malicieux.

Miss.Tic colle ses pochoirs sur les murs de Paris depuis le milieu des années 80.  On connaît les courbes délicieuses de ses personnages féminins, on connaît aussi son sens inné de la formule, celle qui questionne, amuse ou cloue le bec.

Nous l’avions rencontrée en 2010 à l’occasion d’une exposition au Cabinet d’Amateur. Elle nous avait confié qu’au tout début, elle collait dans la rue pour attirer l’attention des galeristes.  « Je voulais que ça se voit. Je voulais être remarquée par les professionnels. » Et ça a marché. Très vite, son style s’impose dans les galeries. N’empêche, la rue a beau être un plan com’, elle ne la quitte pas… La pochoiriste conjugue depuis 30 ans la rue et la galerie, avec ce même ton libre qui n’appartient qu’à elle.

> Miss Tic, Les Uns et les Unes. Jusqu’ai 8 mai à la galerie l’œil Ouvert, 74 rue François Miron, 75 004 Paris. 

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook