Mélange des genres

mercredi 8 déc. 2010 | Amelie Roux
Luxe, calme et volupté dans un espace naturel au cœur de la ville. Habitué à développer leur savoir-faire en Asie du sud-est, le couple fondateur, Sonu et Eva Shivdasani, souhaite désormais s’installer dans les villes européennes. Paris fût choisie pour accueillir leur premier spa urbain.
Cliquer sur l'image pour agrandir le diaporama
Logé sous les arcades | Photo Eric LaignelL'entrée du spa... | Photo Eric Laignel... ouvert sur la rue ! | Photo Eric LaignelUn petit massage entre deux rendez-vous ! | Photo Eric LaignelLe mur végétal | Photo Eric LaignelDepuis les vestiaires | Photo Eric LaignelSous Paris... | Photo Eric Laignel... les cocons ! | Photo Eric LaignelUn accueil chaleureux | Photo Eric LaignelUn entrelacement tout en rondeur ! | Photo Eric LaignelA l'intérieur du cocon... | Photo Eric Laignel... on s'étire... | Photo Eric Laignel... on se fait masser ! | Photo Eric LaignelUne circulation vers la projection | Photo Eric LaignelEntre Paris et les cocons... | Photo Eric Laignel... un espace de détente... | Photo Eric Laignel... où l'on vous sert une collation ! | Photo Eric LaignelUne fusion urbaine et organique ! | Photo Eric Laignel

Alors que la neige et le froid bloquent l'Hexagone, qui ne rêve pas d’une escale au soleil pour se faire dorloter, masser dans un cadre idyllique et exotique ? C'est possible grâce au spa Six Senses, né en Thaïlande et installé, en décembre 2009, en plein cœur du Ier arrondissement de Paris. Les initiateurs du concept, Sonu et Eva Shivdasani, demandent à l'époque à l’agence David & Lampros Architectes de transformer le sous-sol miteux d’un immeuble, rue Castiglione, en un espace chaleureux fidèle à leur concept.

Le Slow Life ?

Féru de bien-être et d’écologie, le couple décide en 1995 de lancer des hôtels et spas de luxe reposant sur l’harmonie entre la beauté, le confort et la nature. Il ne s'agit pas de simples ensembles immobiliers. Ces hôtels et spas illustrent un concept original, le Slow Life : Sustainable (durable) - Local - Organic - Wholesome (équilibré) Learning (apprentissage) - Inspiring (inspiration) - Fun - Experiences. Les Shivdasani s'installent dans des sites idylliques écartés des zones touristiques, aux Maldives, au Vietnam, en Thaïlande ou encore en Jordanie.
La démarche vise à créer un équilibre entre le corps et l'esprit. Equilibre qui, selon eux, n'est possible que par l'éveil des cinq sens. Le paysage idyllique, l'utilisation des plantes, d'huiles essentielles, fleurs locales et mets d'exception y contribuent largement ! Un tel concept n'est viable que s'il respecte le lieu d'accueil. Pour chaque site est développée une architecture qui lui est propre, en harmonie avec son environnement naturel et dans le respect des constructions vernaculaires.
Lorsqu’il décide de créer le premier spa urbain, le couple invite Pierre David -de l’agence David & Lampros- à comprendre leur démarche. Et c’est à Phuket, en Thaïlande, qu’il séjourne. Là-bas, il ramasse deux graines, genèse du projet, qui deviendront des cocons.

Une mixité urbaine et naturelle

Pierre David, un électron libre de l’architecture, est à la fois professeur de paysage, philosophe, expert auprès de l’ONU et architecte. Mais c’est le poète que nous rencontrons et qui nous fait découvrir son projet du spa urbain. Malgré l’inspiration trouvée lors de son séjour à Phuket, Pierre David n’oublie pas sa ville. « Paris est belle et l’idée n’était pas d’y faire entrer un autre pays. Mon but était de fait ressortir ses qualités et de les embellir ». Il s’agissait alors de créer des espaces dans lesquels les qualités de la nature se mêlent à celles de l’urbain. Son projet va donc allier l’aspect brut des matériaux, la forme organique des espaces à une ouverture sur la ville, à l’utilisation d’une technologie high tech tel une webcam.

A l’instant même où nous franchissons la porte d’entrée du spa, nous comprenons sa volonté. Malgré le mur végétal habillé de plantes tropicales, réalisé par Patrick Blanc, les baies vitrées donnant sur la rue Castiglione et sa perpendiculaire, ne nous font pas oublier pour autant où nous nous trouvons. Et plus nous progressons dans le lieu, plus ce sentiment de mixité est présent.
En descendant l’escalier, agrémenté d’un garde-corps haussmannien, nous surplombons alors l’espace de 240 m² dédié au bien-être. Les deux graines de Phuket ont germé sur le sol en granit du Mozambique qui nous rappelle une plage lointaine de sable noir. Elles se sont transformées en deux cocons accueillant six espaces de soins. Le savoir-faire des artisans menuisiers de la société Entr’axe nous présente un travail délicat d’entrelacement de lamelles en chêne brut d’une largeur de 13 millimètres. « J’ai évoqué l’idée d’une pelote de laine », explique Pierre David.
On y entre par des portes classiques qui « ne fonctionne pas », regrette-t-il. Comprendre ici que ces portes ne parviennent pas à s'intégrer. Elles créent en effet une rupture avec cette idée de rondeur, de courbes évocatrices du cocon que l’on pourrait également assimiler à une noix de coco.
La lourde identité végétale et organique est d’autant plus forte lorsque l’on pénètre à l’intérieur de ces cocons où le blanc est omniprésent. Le sol est un mélange de marbre blanc tassé et de béton blanc. La courbe du cocon est habillée de papier ressemblant à du papier de riz qui apporte pureté et luminosité à cet espace. Alors qu’à cet instant nous avons le sentiment d’être dans un autre univers, un visuel nous rappelle où nous sommes vraiment : à Paris.

Pierre David et Julie Cérézo, sa collaboratrice, ont fait le choix faire germer les graines face à un mur de 30 mètres de long mais décalées d’environ 2 mètres. Celles-ci ont été coupées sur toute la longueur et vitrées, préservant ainsi l’intimité de chaque cabine ; un espace détente a été installé dans la faille entre l’un des cocons et le mur. Sur celui-ci, Pierre David décide d’y projeter la vue de Paris en temps réel : « Mon souhait était de faire rentrer le ciel et le jardin de Paris dans le spa ». Il plante donc une caméra sur le toit de l’immeuble, dirigée vers le jardin des Tuileries, perspective offerte depuis la rue Castiglione. La sérénité de la nature trouve sa place dans son environnement urbain, la mixité fonctionne.
Au sein du spa Six Senses, le temps semble suspendu. Ce sentiment est accentué par l’effervescence d’un Paris en perpétuel mouvement. On prend du temps pour soit. Ce projet cherche à éveiller les parties sensorielles de notre cerveau « autant pour le client que pour les individus qui y travaillent », insiste Pierre David. Ce spa urbain est une invitation au voyage de nos sens en plein cœur de Paris. Il ne vous reste donc plus qu’à embarquer !

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook