AdopteUnMec, montreur d’hommes

vendredi 14 sept. 2012 | Dorothée Duchemin

Adopteunmec.com a réussi le coup de force de transformer son site de rencontres en vraie boutique. Une échoppe itinérante, parisienne jusqu’à vendredi soir. Pour y parvenir, il aura fallu montrer des hommes dans des boîtes à poupée à taille humaine, et les exhiber dans les vitrines. Reportage.

Cliquer sur l'image pour agrandir le diaporama
Le Geek, un peu fatigué. | Photo Dorothée DucheminUn coeur de rocker. | Photo Dorothée DucheminMr. Muscle gonfle ses muscles | Photo Dorothée DucheminConseils de lavage.| Photo Dorothée DucheminPan de mur des produits encore à la vente. | Photo Dorothée DucheminMr. Chic, so chic. | Photo Dorothée DucheminLe Barbu a le poil doux. | Photo Dorothée DucheminTrès doux.| Photo Dorothée DucheminPrécautions d'emploi. | Photo Dorothée DucheminLe Mecano, l'homme qui réparera votre lave-vaisselle. | Photo Dorothée DucheminMarion dans un Caddie. | Photo Dorothée DucheminLe vétérinaire sera gentil avec vos chiens et doux avec vos chats. | Photo Dorothée DucheminLe surfeur sorti de l'océan. | Photo Dorothée DucheminUn commandant poivre et sel. | Photo Dorothée DucheminDu movement dans la rue. | Photo Dorothée Duchemin

Ambiance mucho caliente, mercredi après-midi, à l’angle de la rue des Halles et de la rue du Bonheur à Paris. Ca fourmille sur le trottoir devant une vitrine tout en muscles. Derrière la baie vitrée, dans des boîtes à poupée grandeur nature, des hommes. Des produits estampillés adopteunmec.com, le site de rencontres funky qui a osé la boutique, en vrai. Le concept est exactement le même que celui qui régit le site de rencontres, et un fil rouge, la coolitude. Les filles font leur marché. L’une d’elles confirme : « C’est vraiment comme acheter un fruit dans un supermarché ». À la place des pommes, des noix et des bananes, des jeunes hommes souriants, sourire ultra bright pour la plupart, roulant des yeux vers des jeunes filles qui s’agitent.

Du movement dans la rue. | Photo Dorothée Duchemin

A l’origine, il y avait une bonne blague de l’équipe lolesque d’Adopteunmec : annoncer l’ouverture d’une boutique en dur, le 1er avril dernier. Le lendemain, les demandes de confirmation pleuvaient sur la team coolesque d’Adopteunmec. Ni une, ni deux, ils ont relevé le défi et créé une boutique éphémère qui fera escale à Bruxelles, Lausanne, Toulouse et Lyon.

Musique entêtante, température élevée, ballons noirs et ballons gris, les boîtes pleines de grands Ken se dressent les unes à côté des autres, dans un décor noir et rose.
Sur un pan de mur, des centaines de photos de produits n’ayant pas encore trouvé acquéreurs. Chaque article porte un numéro de référencement que l’intéressée pourra reporter sur sa fiche cartonnée, avant d’aller le mettre dans son caddie sur le site.

Pan de mur des produits encore à la vente. | Photo Dorothée Duchemin

Adopteunmec, c’est vraiment trop sympa

Dans la boutique, les "mecs" sont classés par genre. Le surfeur, le geek, le vétérinaire, le commandant, le rockeur, le barbu, le mécano, le sportif, le chic et l’aventurier. Tous sont inscrits sur le site. Certains ont été contactés par les organisateurs, d’autres ont déposé une candidature.
Mr Chic, costume de James Bond et port de tête élégant, affirme que sa catégorie correspond au profil qu’il a enregistré sur le site. Toutefois, durant notre visite, le vétérinaire s’est glissé dans la boîte de l’aventurier. Et il nous semble même que l’un des rockers ait pris place dans la boîte du geek. Ses cheveux longs et raides, ses grosses lunettes, permettant facilement la confusion. L’autre rocker, Xavier, 22 ans, clame être un rocker du quotidien. « Dans la vraie vie, je suis un rocker, cheveux longs et tête de mort. » Lui, c’est par Facebook qu’il a pris connaissance du projet. Il a postulé et a été retenu. N’est-ce pas trop dur d’être exposé derrière une vitre chauffée par des projecteurs de boîtes de nuit ? « Non, pas du tout. On a une bouteille d’eau et un petit ventilateur. » Au moins, dans cette animalerie parisienne, les bêtes sont bien traitées. Même si le geek au cœur de rocker est mollement assis au fond de sa boîte et semble usé jusqu’à l’os.

Le Geek, un peu fatigué. | Photo Dorothée Duchemin

La bande de jeunes, et de moins jeunes toujours chébran, n’a qu’un mot à la bouche. « C’est un concept sympa ». « L’ambiance est vachement sympa. » « Tous les gens sont super sympa. » « Non, vraiment c’est sympa. » La boutique adopteunmec.com, elle est carrément vachement sympa. Même si notre ami Mr Chic accuse un peu le coup derrière le plexiglas. « C’est assez frustrant et ça fait peur. Si je trouve l’âme sœur, j’arrête. Ce n’est pas vraiment dans ma nature tout ça. » A-t-il fait des rencontres ? Mr Chic est un sensible. « Oui, mais je sens que c’est superficiel et seule mon image attire. » Dans cette faune, certains sont là pour faire de belles rencontres. C’est pas pour Meetic, les belles rencontres ?

Laura1 a 20 ans, elle n’est pas inscrite sur le site, en couple depuis 3 ans. Mais pour elle, « Adopteunmec, c’est uniquement pour les coups d’un soir. Alors que Meetic, c’est plus sérieux. » Sur Meetic, on fait de jolies rencontres, on veut s’engager, comme on dit. Surtout il faut être très clair avec ses objectifs. Sur Meetic, on doit avoir envie de construire, comme on dit. Sur Adopteunmec, les préoccupations seraient donc plus animales.

« Sur meetic, les hommes sont beaucoup plus vieux et le fonctionnement est plus compliqué », constate Marion, 25 ans, fidèle à Adopteunmec. Pour Audrey, 27 ans, « les styles sont beaucoup plus variés sur Adopteunmec ».

Quant à exposer des êtres humains…

Cela ne semble pas gêner grand monde. On ne peut pas dire qu’Adopteunmec avance masqué. Depuis 2008, et ses débuts tonitruants, le site a toujours joué la carte de la marchandisation du mâle. L’homme est un produit, la femme est une cliente. Elle fait du shopping et remplit son caddie. La grande distri c’est ça, les réassorts, les arrivages, les têtes de gondoles, offres promotionnelles, liquidations totales… Nous vous laissons juges sur la question qui tue : pourquoi peut-on exposer des hommes en vitrine mais pas des femmes ?

Très doux.| Photo Dorothée Duchemin

Audrey est entrée dans la boîte pour faire une photo avec l’un des Ken. « Il fait chaud quand même. Etre montré dans une boîte, ce n’est bien ni pour un mec ni pour une fille ». Réaction immédiate de Marion. « On est toujours habitué à la femme-objet. Alors ce n’est pas pour ça que ça change les choses, mais tout de même, ça fait du bien de voir les rôles inversés. »

Toutes les filles parlent fort, gloussent beaucoup, rient avec énergie. Certaines d’entre elles évoluent comme des poissons dans l'eau, d'autres ont l’air moins à l’aise que les bellâtres en vitrine qui, eux, ne semblent pas se sentir la proie de rapaces affamés.

On est loin de la polémique qui avait secoué la France quand un matin, les Galeries Lafayette du boulevard Haussmann se réveillèrent avec des mannequins vivants en vitrine, uniquement vêtues de pièces de lingerie signées Chantal Thomass. (Voir le débat autour de Thierry Ardisson avec Clémentine Autain)

> La Boutique AdopteUnMec, dernier jour à Paris vendredi 14 septembre, de 14 heures à 19 heures, au 15 rue des Halles.

 

  1. 1. Le nom a été changé
0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook