Reporters no(t) mad

Deux reporters expatriés à Juba, au Soudan, pour couvrir le referendum d'indépendance du sud du pays, le 9 janvier 2011.

Syndiquer le contenu  Citablog de tazameni
Parce que le petit-dej’ avec le Nil en face de soi, ça claque
dimanche 12 déc. 2010
On a déménagé pour un logement au bord du Nil. Idéal ou presque.

Un mois qu’on écume les rues poussiéreuses de Juba. Le bon moment pour déménager, histoire de montrer qu’on connaît les bons plans de la ville. Et donc, vendredi, nous voilà à empaqueter nos affaires. Adieu notre tente, bonjour la chambre en dure. Bon en fait, les raisons de ce déménagement sont, avant tout, professionnelles. Plus le référendum approche (le 9 janvier), plus notre besoin d’électricité et d’Internet se fait ressentir.

Nous voilà donc en quête d’un nouveau logement pas cher avec électricité en continue et Internet. Pour vous donner une idée : c’est comme trouver un 50m² à Paris, situé dans le quartier République, pour 300 Euros par mois tout compris. Impossible. 

Impossible, pour nous aussi. Après avoir envisagé de partager une maison avec un couple de photographes, nous avons trouvé le moins mauvais compromis : le Nile Resort. En face du Nil, donc. Electricité toute la journée, grâce à deux générateurs. Et Internet, possibilité de piquer le wi-fi de l’hôtel voisin (clé réseau : 33366611) à condition de s’installer sur les tables extérieures les plus proches dudit hôtel. C’est d’ailleurs de là qu’on vous écrit. Pas l’idéal, mais toujours mieux qu’au Transmillenium.
 
 
 
Enfin, était. Jeudi soir, on revient tard après une journée épuisante : suivre une manif par 30° à l’ombre. Donc, on rentre. Quelque chose cloche. La télé est allumée, son à fond. Normal. Pourtant, il manque du bruit. Celui du générateur, pardi ! Confirmation dans la tente, la lumière éclaire au maximum de ses possibilités. Le Transmillenium s’est raccordé au courant général pour notre dernier jour là-bas.
 
Premier jour ici : problème de générateur. L’électricité est coupée de 9 heures à 13h, 14h. « Ironique », déclare Chris. J [Mathieu]’ai dû rater mon éducation parce qu’ « ironique » était loin, très loin, dans la liste des qualificatifs qui a surgi dans mon cerveau. Ceci dit, les générateurs devraient être rétablis bientôt. Sauf que « bientôt », ici, est une notion très extensible…
 
 
Mais bon, on se plaint, on se plaint, mais Chris nous a promis de pêcher une Perche du Nil avec un rat mort acheté au marché du coin en guise d’appât. Un tel met mérite bien quelques concessions. Et puis les pieds en éventail, avec vue sur le Nil, à se dire qu’en suivant la rivière c’est l’Egypte, ses pyramides, ses temples, son histoire…
 
[Petit aparté : le Soudan a été le berceau de la civilisation Kush. Un peuple, qui avant les Egyptiens, a construit des pyramides et qui vénérait Amon et Isis. Voilà, maintenant, vous dormirez plus intelligents.]
 
De quoi passer un dimanche matin tranquille, à l'ombre d'un manguier. Surtout en dégustant un café. Un vrai. D'ailleurs, je vous laisse là. Juste envie de profiter du moment.
0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Les autres billets

<div class="fl_title">Attente, backchich et délivrance</div><div class="fl_txt">Demander son visa pour Khartoum depuis Juba, parce que les complications, on aime ça.</div>
<div class="fl_title">L’interview à la mode Sud-Soudanaise</div><div class="fl_txt">Quand ils le veulent, les Sud-Soudanais ont l'art et la manière de rendre obsolète une interview.</div>
<div class="fl_title">Mais où es-tu George C. ?</div><div class="fl_txt">Doug Ross nous fait la joie de partager notre vie à Juba. Allez George, montre toi.</div>
<div class="fl_title">Installez des policiers et, tout de suite, c&#039;est le bordel</div><div class="fl_txt">Jusqu'ici la circulation à Juba était une anarchie où chaque conducteur tentait de s'imposer. Maintenant, il y a des policiers... L'anarchie a, finalement, du bon</div>
<div class="fl_title">Des différences culturelles entre l&#039;occidental et le Sud-Soudanais</div><div class="fl_txt">"Il faut de tout pour faire un monde" philosophait le générique d'Arnold et Willy. La preuve par trois.</div>