Blog des Citoyens en Transition

Notre but est de promouvoir la transition individuelle afin de recentrer l’individu comme acteur du changement.

Syndiquer le contenu  Citablog de mathieulamour
Tout plaquer. Vraiment "tout" ?
samedi 5 nov. 2011
C'est l'histoire d'un couple qui avait tout préparé depuis longtemps. Un couple qui cherche tant bien que mal à sortir de la société moderne qu'on nous impose : pas si simple.

Ils ont exploré l'Asie à moto, vécu en Europe, sur le continent américain et un jour ils décidèrent de partir, de décrocher.

Les plans en tête, l'organisation rodée par les précédentes aventures, ils achetèrent un terrain de 2,5 hectares (à deux pas d'une plage) en Malaisie sur lequel ils projettent de vivre le plus indépendamment possible.
 
Il y a 5 ans, c'est le début du projet. Habiter en Malaisie d'abord et trouver LE terrain ensuite. Ils l'occupent depuis 2 ans et l'ont investi, accompagnés : des oies pour éloigner les cobras, des chiens pour la compagnie et un chat pour chasser les rats. A leur arrivée, c'est une friche qui demande un grand travail de préparation, sans électricité. Un premier éclaircissement permit la construction d'une cabane dans laquelle ils vécurent, le temps de préparer la demeure finale.
 
A deux, aidés par une trentaine de volontaires, la maison avance bien et est partiellement habitable. Elle est pourtant faite de ciment, de brique, de métal et de bois (traité). A la différence des bâtisses locales, celle-ci dispose de fondation, d'un bois de qualité supérieure et d'une fabrication à 90% autoartisanale. Ils veulent ainsi maîtriser l'ouvrage et se prémunir des aléas de la qualité malaise.
Chaque jour, l'un va en ville pour faire quelques courses et en particulier pour acheter la viande. Aucun système de réfrigération n'est pour l'instant en fonction, forçant la dépendance à l'essence. Les animaux présents sur place ne sont pas non plus destinés à couvrir la consommation, entraînant cette fois une dépendance à l'industrie agroalimentaire.
 
Ils espèrent, dans quelques années, être en mesure de fournir un lieu de vie à celles et ceux qui souhaiteraient se greffer à l'aventure plus longuement. Ouvrir leur projet serait une façon de renvoyer la balle à cette microsociété qui les a accueillis quand ils partaient sur les routes. A terme, ils ambitionnent une quasi autosuffisance alimentaire.
 
Proche du demi-siècle, l'idée a germé quand ils n'étaient encore que de jeunes adultes. Grâce à leurs emplois passés - sans lien avec le développement durable ou l'altermondialisme - ils économisèrent assez pour se lancer.
C'est bien un vivre autrement auquel ce couple aspire, loin des écrans plats et des piscines des expatriés classiques, ils créent un mode de vie en accord avec leurs valeurs.
 
C'est l'histoire d'un couple qui avait tout préparé depuis longtemps. Un couple qui cherche tant bien que mal à sortir de la société moderne qu'on nous impose : pas si simple.
 
 
Tous les articles sur Nous sommes autrement.
0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Les autres billets

<div class="fl_title">Partir ou rester : le cul entre deux chaises</div><div class="fl_txt">Après une année et demi de changement de vie, petit moment de doute</div>
<div class="fl_title">Un mois de vie avec un couple de paysans-boulangers et leurs trois enfants</div><div class="fl_txt">Un couple engagé qui brise les préjugés sur les alternatifs aux cheveux longs.</div>
<div class="fl_title">Du chômage vers le plus splendide des jardins en permaculture</div><div class="fl_txt">Né de l’envie de nouer des contacts directs avec des personnes entreprenantes, novatrices et collaborant avec la nature, Cycloasis est le projet pour lequel Ans, l'auteur de ce texte, a pris un congé sabbatique. Rencontré sur le web, Ans s'est rapprochée d'autres voyageurs en transition pour partager ses rencontres en Français.</div>
<div class="fl_title">Quand un ingénieur s&#039;immerge dans le monde alternatif, ça peut (aussi) être un choc des cultures</div><div class="fl_txt">Me voilà reparti sur la route plus tôt que prévu. En fait, je retourne au Moulin Bregeon où j'ai déjà passé presque 3 mois. Il était prévu que je reste dans la Creuse pour clore cette première année de voyage, alors pourquoi un tel changement ?</div>
<div class="fl_title">Nowhere : juste un festival ?</div><div class="fl_txt">Un des principes du petit frère européen de Burning Man est de ne pas laisser de trace. Exception faite de celles laissées dans l'esprit.</div>