Poésie en présence

Lumière sur la poésie comme pratique vivante

Syndiquer le contenu  Citablog de Anaïs_Bon
Un marché de la poésie ?
jeudi 14 juin 2012
Place Saint-Sulpice, cette semaine, ça poétise tous azimuts.

La poésie, ce n'est pas forcément le kitsch, les rimes à l'emporte-pièce et la décoration des rames de métro. La poésie est une pratique radicale, intempestive et vitale. Elle postule un langage puissant au-delà de son utilité immédiate. Cette habitude millénaire, aujourd'hui passée à l'as en France alors qu'elle y avait il y a quelques décennies encore une grande patrie, et qu'elle vit encore ailleurs sa pleine vie, poursuit son existence en catimini.

Le Marché de la Poésie, qui ouvre sa 30ème édition cette année aujourd'hui et jusqu'à dimanche, fait partie de ce moments de grâce où la richesse de la création poétique contemporaine se donne à voir, ceux qui étaient dans le silence se rencontrent, ça vibre.

De sombres rumeurs avaient laissé craindre que ce trentenaire ne pourrait pas avoir lieu place Saint-Sulpice comme chaque année depuis 1983. Ces dernières années, ce salon du livre unique en son genre, plus grand rassemblement français consacré à l'édition de poésie, a tenté de se dupliquer dans d'autres lieux, mais les éditeurs restent attachés à cette édition de juin. En plein air, au cœur de la rive gauche, elle draine certainement plus de promeneurs de hasard que dans une halle.

"Marché de la Poésie" : le nom fait souvent tiquer. On frôle l'oxymore. La poésie n'est pas un marché qui puisse intéresser le capital ; la poésie contemporaine française (la PCF, comme dit Jean-Marc Baillieu dans La Poésie en string) survit par la grâce des subvention spubliques, elle se vend peu, à perte, dans dans lieux confidentiels, et le plus souvent à des lecteurs qui écrivent eux-mêmes de la poésie.

Mais le Marché de la Poésie est une foire ; il y a des étals, des auvents, des crieurs. On y marche, on se perd dans ses allées, un peu étourdi par la prolifération des belles choses. De nombreux éditeurs de poésie font un travail très artisanal et proposent des livres qui sont aussi de beaux objets, incluant parfois des œuvres graphiques originales comme chez Aencrages&Co. On voit de beaux travaux de typographie et de reliure. A Mémoire Vivante, les livres sont cousus à la main, et les couvertures imprimées par le dernier imprimeur de la place de Paris qui travaille encore avec des caractères au plomb.

Le Marché à ses habitués, ses visages familiers, ses camaraderies. Quelques jours durant, il recompose le visage mobile de ce milieu qui n'en est pas un, la communauté invisible des fous qui s'intéressent encore à la poésie. Les journées sont rythmées par des lectures, des conférences, des happenings … mais aussi toute la richesse des signatures d'auteurs et la chaleur des apéros informels.
Chaque année est un peu pareille à la précédente, mais porte son lot d'inattendu : de nouveaux talents, une revue que l'on n'avait jamais vue, un collectif de slammers qui prend possession des bancs. Il y a cette année 250 exposants, sans compter ce qui s'y passe entre les lignes. Allez-y.

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Les autres billets

<div class="fl_title">Donner des jambes à la poésie</div><div class="fl_txt">Entretien avec Alain Jadot</div>
<div class="fl_title">Entretien avec Benoît Casas</div><div class="fl_txt">de lui à NOUS</div>
<div class="fl_title">Entretien avec Raphaël Poli</div><div class="fl_txt">Et si la vision de l'immensité était partagée par tous ?</div>
<div class="fl_title">Entretien avec Jean-Marc Baillieu</div><div class="fl_txt">Où il est question d’Humanité 3, de la poésie contemporaine et du repiquage des laitues.</div>
<div class="fl_title">Polis Poetica</div><div class="fl_txt">Manifeste pour une Cité poétique</div>