La Bulle au bond

Rencontres et découvertes au Festival International de la Bande Dessinée

Syndiquer le contenu  Citablog de Anaïs Bon
Conversation sur le pouce avec Guillaume Long
samedi 2 févr. 2013
Des boîtes de sardines au croiseur

Midi trente, l’heure du petit salé : quel meilleur moment pour s’entretenir avec l’auteur d’A boire et à manger, appétissant blog du Monde.fr dont le deuxième tome de la version papier vient de paraître chez Gallimard ?

 
 
Quand j’ai retrouvé Guillaume Long sur la table branlante du stand Gallimard, je n’ai pas pu m’empêcher de lui dire que nos patronymes nous invitaient à un entretien aussi long que bon, et il a quand même accepté de répondre à mes questions en dépit de ce calembour de seconde zone. J’ai tout de suite su que nous allions passer un bon moment, même s’il n’y avait rien à manger.
 
Anaïs Bon : Depuis que tu tiens le blog, est-ce que tu arrives encore à avoir un repas « innocent » ? Est-ce que manger n’est pas devenu du boulot ?
 
Guillaume Long : Non, ça va. En fait l’inspiration de mes histoires vient plutôt de choses qui m’arrivent en dehors des repas. Même si par exemple il y a un an j’ai fait une recette de petits pois carottes et les couleurs m’ont donné envie de faire un billet sur Gauguin. En fait j’aime tellement manger que je ne pense pas à la BD quand je mange !
 
Est-ce qu'à l'inverse la BD te fait penser à manger ?
 
Déjà plus, oui !
 
La nourriture est déjà présente dans les titres de tes premiers albums : Comme un poisson dans l’huile, Les sardines sont cuites…Même Swimming poule mouillée, il y a de la poule là-dedans…C’est un hasard ?
 
Non. A l’époque de Comme un poisson dans l’huile, je faisais déjà des recettes, comme celle du couscous que j’ai retrouvée et que tu as pu voir sur le blog. D’ailleurs je me suis rendu compte qu’il y avait déjà tous les mécanismes de ce que je fais maintenant pour A boire et à manger. J’ai progressé en dessin mais pas en narration. Je pensais déjà à faire des choses comme ça. Comme un poisson dans l’huile est né du fait que je collectionnais les boîtes de sardines.
 
 
Les sardines millésimées, c’est bon ça !
 
Oui, je garde les boîtes vides aussi. Aujourd’hui je dois en avoir environ 600.
 
Tu as un garage entièrement dédié à la puxisardinophilie ?
 
Non, tout tient dans un carton et c’est plutôt léger.
 
Quelles sont les meilleures sardines à faire vieillir ?
 
La Belle-Iloise, surtout la Saint-Georges, avec une boîte toute rouge, superbe ! Il y a aussi la Quiberonnaise, Les Mouettes d’Armor… Attends je vais vérifier dans mon album.
 
C’est pas mal ça, d’en arriver à vérifier dans ses propres livres !
 
Tu rigoles mais quand je cuisine ça m’arrive de vérifier les recettes dans mes dessins…
 
Ce n’était pas tentant, d’éditer l’album sous la forme d’un vrai livre de recettes ?
 
Je serais bien mal placé pour faire vraiment un album de recettes, je ne suis vraiment pas un professionnel de la cuisine.
 
 
Et un guide du thé avec Nancy ?
 
Ce serait moins évident qu’avant mais oui, ça serait une bonne idée, ses dessins sont magnifiques.
 
Tu dis que tu as progressé en dessin depuis l’époque du couscous. Tu témoignes souvent à l’intérieur même de tes dessins des difficultés que tu rencontres à dessiner telle ou telle chose.
 
Ça a toujours été un peu un complexe, le dessin. Je suis venu à la BD pour raconter des histoires. Quand j’étais aux Beaux Arts à Saint-Etienne et que je collectionnais les boîtes de sardines, je faisais de la vidéo, des petits films d’animation… Je suis venu à la BD à l’occasion d’un concours, le Prix Töpffer à Genève (Töpffer comme l’inventeur de la bande dessinée). Ce que j’avais fait a été vu par un éditeur, et j’ai démarré de telle manière que la première fois que j’ai fait de la BD, j’ai été publié. J’ai appris à dessiner en faisant de la bande dessinée. Je me suis mis à dessiner tard, en terminale pour amuser les copains.
 
En fait tu as commencé à dessiner au moment où la plupart des gars se mettent à jouer de la guitare. Ça marche aussi bien pour la drague ?
 
Non pas du tout, en plus à l’époque ils savaient déjà jouer de la guitare depuis plusieurs années. En revanche depuis que je fais A boire et à manger, j’ai eu trois ou quatre demandes en mariage. Déjà, quand quelqu’un fait de l’autofiction les gens ressentent des affinités, et la cuisine ça touche à quelque chose de très personnel qui est l’histoire de leur famille. Parfois en dédicace je demande aux gens ce qu’ils font dans la vie, et ils se mettent à me parler, ça fait une ambiance de confessionnal…
 
Du coup tu es d’emblée perçu comme le gendre idéal. J’ai une amie qui a un concept pour ça, le « coupeur de tomates » : le gars qui quand on prépare un dîner va couper les tomates dans la cuisine ne peut être que sympa.
 
Oui c’est ça. Il y a une intimité qui se crée retrouve même dans les commentaires sur la page Facebook, une communauté qui s’est créée. Il y a aussi des gens qui m’ont raconté être partis en voyage en suivant les petits guides que j’ai fait, en allant dans les mêmes restaurants.
 
Sauf peut-être ceux que tu déconseilles ; aucun n’a dû goûter le sandre du lac Balaton !
Est-ce que depuis que tu touches une large audience grâce au blog tu as l’impression que tes autres projets sont un peu dans l’ombre ?
 
Tétine man marche très bien, et même si je suis juste au dessin j’ai open bar pour le découpage, je fais ce que je veux. En 2013 je vais arrêter la publication de A boire et à manger et de Tétine man, sortir des livres c’est une grosse machine à gérer et ça m’a flingué deux étés de suite. Je vais me consacrer au blog et reprendre la publication en 2014. En 2014, je vais essayer un projet d’écriture pure, peut-être avec Mathias Martin, le dessinateur qui fait le dimanche de Pépé Roni, sinon peut-être avec Glen Chapron qui a fait L’Attentat chez Glénat. Je vais aussi faire un petit livre illustré sur les peintres chez Ici Même, intitulé L’Enfance de l’art, c’est une collection d’images sur la révélation artistique que les grands peintres ont eu dans leur enfance, par exemple Picasso qui joue avec des cubes…
 
…Dali qui fait fondre des montres…
 
Oui c’est une connerie, c’est très potache, j’aime bien. Je fais aussi une méthode de lecture. Et avec Christophe Nicolas on veut proposer une adaptation en BD du Passe-muraille. J’aime bien la méchanceté qui se dégage de l’œuvre de Marcel Aymé, le travail sur la petitesse humaine.
 
 
Toi qui es d’abord un narrateur justement, tu le laisses faire toute l’adaptation ou tu donnes des orientations ?
 
Je lui ai donné des thèmes ; je lui ai dit que ça m’intéressait de travailler sur le voyeurisme, quel est l’intérêt aujourd’hui de voir à travers les murs alors qu’on peut voir des émissions de télé réalité.
 
Tu ne fais plus de cafés-dessins
 
Pour le coup tu me parlais du fait que le blog me gâche la bouffe, le café-dessin ça devenait chiant, j’avais l’impression si je prenais un café qu’il fallait que je fasse un dessin. En revanche je me suis dit qu’il fallait que je me force à dessiner d’après nature pour progresser. Mais si je me pose et que je dessine une bouteille de vodka, très vite je vais avoir envie de dessiner ce à quoi cette bouteille de vodka me fait penser. Du coup il fallait que je trouve un système pour dessiner d’après nature quelque chose qui ne me fasse pas penser à encore autre chose ; comme je suis un grand fan de Star Wars je me suis mis à dessiner des personnages et des éléments de Star Wars, mais c’est épouvantable.
 
La technique enfantine de Guillaume Long pour dessiner un croiseur de l'Empire galactique
 

(La technique de Guillaume Long enfant pour dessiner un croiseur de l'Empire galactique)
 
En fait tu fais maintenant les fan art de Star Wars que tu aurais fait si tu avais commencé à dessiner quand tu étais petit !
 
Le chou de Bruxelles ; c’est difficile mais franchement si ça n’est pas trop cuit c’est délicieux. Bon, en revanche ça fait péter.
 
Et à Angoulême alors, qu’est-ce qu’on mange ?
 
Il y a un petit restaurant italien, l’Angolo d’Italia, vers le Chat noir, qui fait des pâtes al dente comme j’en ai rarement mangé en France. Si tu en as l'occasion, vas-y !
0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Sur Twitter

Les autres billets

Et si la BD se mettait au vert ?
Où l'on voit un Goupil acnéique se trémousser dans du latex
Au hasard des rues
Rencontre avec Chloé Cruchaudet
Galerie photo : Quai des Bulles 2013