La Bulle au bond

Rencontres et découvertes au Festival International de la Bande Dessinée

Syndiquer le contenu  Citablog de Anaïs Bon
Le FiBD des auteurs indépendants : verbatim
jeudi 26 janv. 2012
Le Festival d’Angoulême vu par trois jeunes dessinateurs de l’association Nekomix.

Depuis trois ans, je traîne mes basques au Festival International de Bande Dessinée en la plaisante compagnie des membres de l’association Nekomix, collectif retenu dans la sélection officielle du prix de la bande dessinée alternative pour la deuxième édition de Soupir, leur fanzine gentiment érotique.  Pour un jeune auteur avec des projets plein son carton à dessins, le Festival d’Angoulême est une occasion unique de se frotter au milieu de la bande dessinée. Trois d’entre eux, Sam 2.0, Souky et Dad !, m’ont fait partager leur vision de ces quatre jours charentais.

 
Qui es-tu ?
 
Sam 2.0 : - Sam, vice-président de l‘association Nekomix et membre actif depuis juin 2000
 
Souky : - Je suis un dessinateur de bande-dessinée amateur, je ne gagne pas encore ma vie avec, mais c’est un objectif parce que j’ai envie de raconter des histoires. J’ai des histoires précises en tête, c’est un projet que j’ai depuis longtemps, ça fait trois ans que je suis dans l’association, et maintenant je sais que je vais le faire, l’association m’a apporté cette confiance, en me confiant des responsabilités dans des ateliers BD, etc. Mais comme il faut manger, j’ai mis mon projet de côté. Un rendez-vous comme Angoulême ça permet de rester dedans.
 
Dad ! : - David, (roi) président de Nekomix.
 
Pourquoi viens-tu au Festival d’Angoulême ?
 
Sam 2.0 : - Pour proposer les publications de l’association, rencontrer des gens, en revoir d’autres que l’on n’a pas l’opportunité de voir le reste de l’année, et aller à des fêtes de ouf !
 
Souky : - Je viens par souci de tradition même si je n’ai pas d’objectif. J’ai mes travaux de l’an dernier mais je ne viens avec rien de neuf. Ceci dit c’est important pour l’association, pour les autres, et c’est un bon rendez-vous où aller entre amis dessinateurs.
 
Dad ! : - Pour présenter le fanzine Nekomix, comme c’est le plus grand salon on essaie de venir. Je vais me promener, faire des dédicaces… et essayer de vendre un max de Nekomix pour pouvoir financer la publication du Nekomix 9, spécial mythologie !
 
 
Pour quel album de la sélection officielle as-tu envie de voter ?
 
Sam 2.0 : - Habibi de Craig Thomson, sans hésitation !
 
Souky : - Oh putain, j’ai même pas vu, je suis vraiment venu en touriste. Je sais juste qui est président, c’est vraiment classe.
 
Dad ! : - Je voterais volontiers si je connaissais le contenu de la sélection.
 
Quel est le meilleur moment du Festival ?
 
Sam 2.0 : - Comme pour l’école, c’est la récréation, les soirées à la fin du festival où tout le monde est détendu.
 
Souky : - Quand tu dédicaces, que tu fais un dessin pour les gens et qu’ils sont contents. Comme à l’école, j’étais plutôt réservé mais ça ne me dérangeait pas que mes camarades me regardent dessiner.
 
Dad ! : - Boire un coup avec des copains.
 
 
Est-ce que tu as un conseil pour quelqu’un qui souhaiterait venir au festival ?
 
Sam 2.0 : - Préparer bien à l’avance (à la fin de l’automne) à la fois leur hébergement et leur transport.
 
Souky : - Je ne sais pas où ils pioncent, mais chez les gens c’est marrant. Et qu’ils viennent entre potes surtout !
 
Dad ! : - Prendre de bonnes chaussures, un parapluie et une petite laine parce qu’on se pèle les couilles. Et appeler l’office du tourisme avant de venir, ils ont la liste de tous les hébergements.
 
Un conseil de lecture BD ?
 
Sam 2.0 : - Habibi !
 
Souky : - The Walking dead, parce que la meilleure fiction de zombies est une BD !
 
Dad ! : - Ils ont sorti un truc qui s’appelle Marvel Heroes qui regroupe les héros Marvel des années 2000, à chaque fois c’est mortel. Et Nekomix 8 ! 
 
Pour finir, un conseil pour un jeune auteur qui voudrait se lancer ?
 
Sam 2.0 : - Avoir un plan B !
 
Souky : - Qu’il se trouve des partenaires, une association, une confrérie… Il ne faut pas rester dans son coin, c’est déjà un boulot suffisamment solitaire. Et pour certains ça leur remettrait les pieds sur terre. Après, si tu as la passion …
 
Dad ! : - En premier, il faut bien qu’il réfléchisse à comment il se projette dans sa vie plus tard : est-ce qu’il se voit dans une vie conventionnelle ou quelque chose d’un peu plus funky ? Après… beaucoup travailler, et un jour ça peut marcher. Je pense que c’est pas si dur que ça de sortir un premier album, c’est le deuxième et le troisième qui sont problématiques. Après, quand tu en as plusieurs ça va mieux… mais ça reste un métier où il faut toujours avoir un projet à présenter, Il faut savoir qu’à quelques exceptions près tu ne vas pas gagner un rond même si tu bosses beaucoup.
0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Les autres billets

Et si la BD se mettait au vert ?
Où l'on voit un Goupil acnéique se trémousser dans du latex
Au hasard des rues
Rencontre avec Chloé Cruchaudet
Galerie photo : Quai des Bulles 2013