La Bulle au bond

Rencontres et découvertes au Festival International de la Bande Dessinée

Syndiquer le contenu  Citablog de Anaïs Bon
Entretien au débotté avec Nicolas Poupon
vendredi 27 janv. 2012
Sur le stand des Éditions Même pas mal, j’ai discuté avec Nicolas Poupon tandis qu’il dédicaçait son dernier album, Noir Foncé.

 Tu viens de sortir Noir Foncé chez Même pas mal, c’est un sacré changement d’ambiance par rapport à l’album jeunesse Fleur de géant que tu présentais chez Scutella l’an dernier !

Oui, je ne vais pas dire que non, c’est clairement adulte. Mais les tout premiers bouquins que j’ai faits chez Très Etrange, qui s’appelaient Les Petites choses de la vie et Un nuage de lait (qui était un peu la suite) étaient des portraits d’humour noir. Dans Noir Foncé on retrouve une trentaine de portraits d’humour noir de ce type. Il y a quatre composantes dans l’album : ces portraits, trois histoires en bande dessinée, des micro-nouvelles qui feraient 4 ou 5 pages en format poche, et ce que j’appelle des comptines noires qui pourraient être des paroles de chanson si elles étaient mises en musique.

Et tu n’as jamais été tenté de les mettre en musique, justement ?

J’ai joué un peu d’accordéon, j’ai un peu joué avec mon frère et certaines de ces comptines ont déjà été chantées.

Une comptine, c’est quelque chose d’enfantin…

C’est comme « noir foncé », le titre de l’album, c’est une expression d’enfant, ça n’existe pas le noir foncé, le noir profond à la rigueur… J’aimais bien ce côté enfantin parce qu’autant les portraits sont de l’humour noir, autant les nouvelles c’est du noir noir, on ne rigole pas.

On a déjà dû te le dire, mais l’ambiance de l’album rappelle les Idées noires de Franquin

Une critique dans Zoo au moment  de la sortie situait ça entre Roland Topor et Franquin. Ça me va bien, des critiques comme ça j’en veux bien d’autres ! Ce qui m’a plu, c’était de rassembler ces diverses choses et que ça fasse un tout cohérent. Les nouvelles je les avais déjà, c’est pas mal de choses que j’avais faites sans forcément penser que je les réunirais à un moment. Parmi les comptines, certaines ont été écrites il y a plusieurs années. Au début, quand j’ai montré les planches retravaillées de « L’escalade de la chute » à Pierrick qui est un des patrons de Même pas mal, il m’a dit : ça nous intéresse de sortir ça mais pas sous cette forme-là. Je n’avais pas forcément envie de réfléchir à d’autres histoires courtes en bande dessinée. J’avais noté quelques idées que je n’avais jamais dessinées et après je me suis dit que ça allait bien ensemble. Après on a trouvé la forme. On a eu un très gros boulot avec Yann qui est le graphiste de Même pas mal. Au final, c’est comme la compilation d’une revue qui aurait fait quatre numéros. 

 

Et pourquoi ne pas en avoir fait une revue en quatre numéros ?

Parce que ça aurait été encore plus difficile à distribuer. Pierrick justement lance une revue, mais je trouve ça hyper courageux de sa part.

Techniquement, comment as-tu dessiné Noir foncé ?

C’est mon premier album complètement en noir et blanc, du moins où j’utilise le noir et blanc pour ce qu’il est, avec des noirs forts. Je l’ai fait entièrement à l’encre de Chine et au pinceau. Je suis content, je trouve que les noirs et blancs circulent bien. C’est cool que Même pas mal en ait fait un bel objet.

Tu as eu des premiers retours de lecteurs ?

Pas tant que ça, mais en général les gens qui donnent des retours sont ceux qui aiment bien… J’imagine que les lecteurs du Fond du bocal n’achèteront pas forcément Noir foncé. 

C’est vrai qu’au-delà même de la thématique, graphiquement, tu as fait des choses très différentes

Il y a un album que j’aime bien, Super sensible, que j’ai fait chez Paquet mais qui est sorti du catalogue. Je suis toujours content de la narration mais graphiquement on voit que c’était très vite fait. Je n’ai peut-être pas assez prévu le fait de le faire vite, et cherché un trait qui s’y prête. 

Si tu devais acheter un de tes albums tu prendrais lequel ?

C’est dur. Moi j’aime beaucoup au moins les deux premiers tomes du Cri de l’autruche. Je suis content de mes bouquins en général, enfin, heureusement.

Personnellement j’ai beaucoup aimé Fleur de géant, c’était ton premier album jeunesse ?

J’en avais fait un il y a longtemps, Monsieur Snob, chez Petit à petit, un petit album carré. J’aimais bien  le texte, mais du point de vue du dessin, il devait sortir en format à l’italienne, finalement il est sorti en carré et on a dû tout retailler. Pour Fleur de géant, je suis très content du texte, au début je ne voulais pas l’illustrer moi-même. Il a été écrit à 95% en un après-midi. Du coup c’est un super souvenir. Je referai d’autres albums jeunesse sans doute, mais pour l’instant je travaille sur des projets pour adultes. Ceci dit j’ai un projet d’une BD pour enfants qui s’appellera « Le nuage »si elle sort un jour. C’est l’histoire de petits mômes qui capturent un nuage pendant un été de sècheresse, pour pouvoir se faire de l’ombre. Mais c’est une BD.

Est-ce que Fleur de géant a plu aux enfants ?

Je sais qu’au festival de Toulouse ils avaient fait des lectures aux enfants pour la petite expo de Fleur de géant et que ça avait bien marché. J’en ai fait deux moi-même et ça me plait bien, j’aime bien les lectures. Après on ne va pas lire une BD. J’aimerais bien lire les nouvelles de Noir foncé par exemple.

Tu pourrais faire un spectacle où tu lirais les nouvelles et tu chanterais les comptines !

Non, ça pour le coup c’est sûr que je ne le ferai pas, je ne suis pas musicien. Si déjà tu arrives à faire des choses à peu près bien dans un domaine c’est pas mal – il faut en être sûr…

Pour le coup dans ton domaine, tu es quand même un touche-à-tout !

On peut me reconnaître ça, que j’ai essayé différents trucs. Je sais que si je ne faisais qu’une seule chose j’aurais arrêté depuis longtemps, ça doit être dans ma nature. Je ne me dis pas « je vais leur faire un truc nouveau », je fais ce qui me semble naturel au moment où je le fais. 

 
0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Les autres billets

Et si la BD se mettait au vert ?
Où l'on voit un Goupil acnéique se trémousser dans du latex
Au hasard des rues
Rencontre avec Chloé Cruchaudet
Galerie photo : Quai des Bulles 2013