The We and The I, A+ dans le bus

jeudi 13 sept. 2012 | Etienne Baiffer

Le temps d'un trajet en bus, Michel Gondry sonde les états d'âmes et scrute les jeux de masques adolescents. 

Transport en commun | Mars distribution

Avec The We and the I, on se paye un ticket pour monter à bord d'un bus à New York. C'est le dernier jour des cours, les lycéens prennent place pour rentrer chez eux, dans le Bronx. Le dernier Gondry est quasiment un huis-clos (les caméras s'échappent peu hors du bus) et un road movie (le trajet a beau être court, il n'empêche, que, comme le veut la règle des road movies, les personnages ne seront plus vraiment les mêmes à leur descente du bus qu'à leur montée). Le spectateur, lui, est transporté du "We" - le groupe, le collectif - , au "I"- le petit comité, l'interiorité - des protagonistes dans leu rensemble, aux cas particuliers.

Génération Youtube | Mars Distribution

Les jeunes acteurs, tous amateurs et dont les témoignages ont nourri le scénario, sont d'un naturel ravageur. Amusants, agaçants, consternants, émouvants... ils révèlent toute leur complexité. A la fois portrait d'une certaine jeunesse, celle de la génération Youtube, smartphones et téléréalité, et porteur d'un propos universel (ce n'est pas nouveau, mais l'être humain ne sera jamais le même selon qu'il se trouve seul ou en groupe), The We and the I est un film vif, drôle, cruel et tendre. Tout comme l'adolescence sait l'être.

> The We and The I de Michel Gondry, Etats-Unis, 2012 (1h43)
 

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois