Le 9-3 dans les églises rupestres de Turquie

vendredi 14 sept. 2012 | Anne Fauquembergue

Anne Fauquembergue est partie en Turquie pour les vacances. Elle arrivait d'Aubervilliers (93), la ville où elle vit. Alors qu'elle visitait les églises rupestres de Cappadoce, et qu'elle croyait ne pas penser à Aubervilliers avant son retour, sa surprise fut grande quand sur les murs d'une église, elle découvrit cette inscription : Erol 93 Aubervilliers. Retour inattendu et soudain dans le 9-3.

Erol dans la vallée de Soglanli | Photo Anne Fauquembergue

De quand date cette inscription Albertivilarienne ? Difficile de dire. Mais quelle surprise de la découvrir dans une Eglise rupestre de Cappadoce (Turquie) inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. « Erol 93 Aubervilliers ». Moi même habitante de la ville ces lettres gravées sur une fresque byzantine du Xème siècle m’interpellent. Et d’autant plus qu’un énorme « 93 » complète le tag juste au dessus. Irrésistible besoin de laisser sa trace...

Le 9-3 à Ylanli Kilise | Photo Anne Fauquembergue

Il faut dire que l’intérêt touristique pour ces églises creusées dans le tendre tuf volcanique de la région est assez récent. Il date des années 80. Au cours des siècles, ces sanctuaires ont servi d’habitations, de silos, d’étables ou encore de pigeonniers pour les populations locales.

Les fresques des premiers Chrétiens sont ainsi en état de conservation très inégales. Les plus belles se trouvent au musée en plein air de Göreme, cœur de la Cappadoce et dans la vallée d'Ilhara au sud de la région.

La vallée de Soganli | Photo Anne Fauquembergue

Ici, dans la vallée de Soganli et en particulier dans cette Eglise au Serpent « Ylanli Kilise », les peintures, du IXe et XIe siècle, sont recouvertes d’inscriptions en grec. Elles datent du départ définitif de cette population après la chute de l’empire ottoman en 1923. On peut aussi y lire des prénoms du monde entier. De véritables dommages quand on repense à l’histoire incroyable de ce site !

Ylanki Kilise | Photo DR

Situé à 1 200 mètres d’altitude, il a servi de refuge à de nombreux moines et ermites. Ces Chrétiens cherchaient ainsi à se protéger des tentations du monde extérieur et des invasions des Musulmans turcs. On trouvait sur place à l’époque une soixantaine d’églises et de monastère, la plupart avec des fresques ou des symboles iconoclastes. Aujourd’hui, seules six peuvent toujours êtres visités. Dépêchez-vous d’y faire un tour. A Soganli, aucun programme de rénovation n’est en cours et comme le tuf est très friable, ces églises ont tendance à s’effondrer comme ci-dessous dans la vallée d'Ilhara.

Une église effondrée | Photo Anne Fauquembergue.

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook