Les stations "oeuvres d'art" du métro parisien

samedi 10 mai 2014 | Dorothée Duchemin

L’entrée de la nouvelle station Pont-Cardinet a été dévoilée en avril par la RATP. En 2017, les usagers passeront sous cette arche dessinée par l’artiste Tobias Rehberger pour attraper le métro de la ligne 14. Ce n'est pas la première fois que l'art façonne le métro parisien. Tour d’horizon subjectif et non-exhaustif. 

En avril dernier, la RATP dévoilait la toute nouvelle station de métro Pont-Cardinet, une arche très colorée au pied d'un immeuble aux courbes futuristes. Réalisée par l'artiste allemand Tobias Rehberger, la station Pont Cardinet, dans le 17ème arrondissement, devrait ouvrir en 2017 dans le cadre du prolongement de la ligne 14. La ligne Météor, pour Métro Est-Ouest rapide, une ligne automatique inaugurée en 1988, devrait être prolongée jusqu'à la Mairie de saint-Ouen, à l'horizon 2023. Tobias Rehberger, né en 1966, a voulu revisiter la traditionnelle bouche du métro parisien, dessinée par Hector Guimard. Loin de son look Art Déco habituel, cette nouvelle entrée arbore des courbes contemporaines. Ludique et évolutive, elle est composée de fragments triangulaires opaques en métal et d'autres rétro-éclairés, qui donneront l'heure sur le principe de l'horloge binaire.

Au cœur du quartier des Batignolles, l’œuvre monumentale et l’entrée du métro constitueront le rez-de-chaussée d’un immeuble conjuguant innovations architecturale et monumentale, dessiné par l’agence chinoise MAD, par le cabinet Christian Biecher, et construit par le groupe Emerige.

 

La station Palais Royal - musée du Louvre de la ligne 1

Commandé à l’occasion du centenaire du Métropolitain, le Kiosque des somnambules a été érigé en 2000 par le sculpteur français Jean-Michel Othoniel à la station Palais Royal – Musée du Louvre. Sur la place Colette, face à la Comédie Française, l’œuvre en verre de Murano et en aluminium est composée de deux arches chacune surmontée d’une sphère. Elles surplombent les escaliers qui mènent au métro et abritent un banc, lui aussi en aluminium. Il est destiné à accueillir les noctambules qui voudraient s’absorber dans la contemplation de ces boules de verres multicolores, et vraiment féériques. 

 

La Station Arts et Métiers de la ligne 11

Situé à proximité du conservatoire des Arts et Métiers, la station du même nom, située sur la ligne 11 a été habillée en octobre 1994, à l’occasion du bicentenaire de l’institution, de plaques de cuivre boulonnées les unes aux autres. Une série d’engrenages s’exposent quant à eux au plafond. On doit la station Arts et Métiers à l’écrivain et scénariste français Benoît Peeters et au dessinateur belge François Shuiten. Ensemble, ils signent l'oeuvre tentaculaire les Cités Obscures, éditée chez Casterman. Si le cuivre d'Arts et Métiers évoque l’ingénierie et l’ère industrielle, la station donne surtout l’impression de naviguer en eau profonde à bord du Nautilus. Pour beaucoup, elle est sans doute la plus belle station de Paris.

 

La Station Bir Hakeïm de la ligne 6

Ouverte en 1906 sous le nom de "Quai de Grenelle", la station Bir Hakeïm, située sur la ligne 6, est entièrement rénovée entre 2007 et 2008. A cette occasion, la verrière est complètement refaite et un vitrail marque, de chaque côté, les limites de la station. Ces panneaux de verre peint appartiennent à une même œuvre, le diptyque Night and Day, réalisée par l’artiste américaine Judy Ledgerwood et inauguré en 2008. D’un côté, un panneau de verre jaune représente le jour. De l’autre, le panneau de verre bleu évoque la nuit. Night and Day est le fruit d’un échange culturel avec la ville de Chicago. En 2001 Paris avait offert son illustre édicule Guimard, installé désormais à la station Van Buren Street du Metra, le réseau ferré de banlieue qui dessert la ville de Chicago. Notez qu’on s’est moins cassé que les Américains…

 

La station Concorde de la ligne 12

La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 est inscrite sur les murs de la station Concorde de la ligne 12. Réalisée par l’architecte et urbaniste belge Françoise Schein en 1991, il s’agit d’une œuvre composée de carreaux en céramique. Sur chacun d’eux une lettre du texte fondateur, inscrit dans sa totalité et sans espace. Pas facile à lire, d’autant plus que l’ensemble de la ponctuation est rassemblé au bas de chaque article. En tout, 49 000 carreaux ont été nécessaires à l’habillage des murs de la station.

 

La sation Cluny - La Sorbonne de la ligne 10

La station Cluny-La Sorbonne de la ligne 10 est bizarre. Elle compte trois voies. La troisième, sans quai, permet le raccordement avec la ligne 4. Fermée en 1930 car jugée trop proche d’autres stations, elle rouvre en 1988. Cette fois, son plafond est recouvert des mosaïques en lave émaillée de l’artiste Jean Bazaine, ancien élève à la Sorbonne. Les illustres étudiants de l’université accompagnent son travail. Les signatures de Marie Curie, Blaise Pascal, Louis Pasteur, Paul Verlaine, George Sand et les autres s’étalent aussi sur le plafond du métro.  

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook