"States of Grace", une lumineuse thérapie de groupe

mardi 22 avr. 2014 | Marco Pierrard

Très bon

Grace, jeune éducatrice à la tête d’un centre pour jeunes en difficulté, va devoir se confronter à son passé douloureux. Sensible et toujours juste, States of Grace brille par son élégance.

Grace (Brie Larson) est à la tête d’un foyer pour adolescents malmenés par la vie. Aidée par les jeunes membres de son équipe, dont son petit ami Mason (John Gallagher Jr.), elle tente de faire régner l’harmonie dans cette petite communauté. L’arrivée de Jayden (Kaitlyn Dever), une jeune fille turbulente qui défie l’autorité, va troubler le quotidien du centre et l’existence de Grace. Le traumatisme de l’adolescente va renvoyer l’éducatrice à ses propres blessures, qu’elle pensait cicatrisées.

© Animal Kingdom – Traction Media // Version Originale - Condor

Juste et délicat

Le réalisateur Destin Cretton, auteur d’un court-métrage éponyme sur le même sujet en 2008, a dû lutter pour trouver les financements nécessaires à l’adaptation de cette histoire au cinéma. Le scénario, basé sur son expérience d’éducateur, a été maintes fois réécrit pour rendre crédibles les relations entre les adolescents paumés et leur jeunes mentors. Et le pari est réussi, States of Grace sonne formidablement juste. Le fragile équilibre entre les événements tragiques vécus par ces jeunes et les moments de grâce et d’humour salvateurs est maintenu en permanence. La vie du centre est ainsi rythmée au quotidien par des moments de désespoir et de liesse, de repli sur soi et de communion avec le groupe. Film toujours digne, les fêlures de ces jeunes sont révélées sans jamais tomber dans un déballage glauque ou pathétique. La représentation de ces adolescents et leurs éducateurs, jamais manichéenne, séduit par sa subtilité et permet une immersion totale dans la petite communauté.

Retour de flamme

À la tête du centre, Grace a pour mission de gérer ces jeunes déboussolés mais elle n’est pas à l’abri de ses propres démons. Lorsqu’elle comprend que Jayden a été victime d’abus sexuels, la jeune femme se retrouve confrontée à de douloureux souvenirs et découvre qu’elle a encore des comptes à régler avec son passé. Le combat interne de Grace, magnifiquement interprétée par Brie Larson, est parfaitement décrit ; son incapacité à se confier y compris à son petit ami, ses blocages lors des relations sexuelles et cette rage interne qu’elle n’arrive pas à extérioriser, sont autant de séquelles qu’elle partage avec l’adolescente. Le réalisateur traite avec sensibilité le rapprochement des deux jeunes femmes qui vont, ensemble, apprendre à surmonter leur colère pour sortir de leur isolement respectif.

States of Grace est un hymne touchant à ces jeunes abîmés par la vie et au travail des éducateurs qui tentent de les reconstruire, une éblouissante célébration du groupe où chacun ne peut avancer qu’en apprenant de l’autre. Toujours en équilibre délicat entre lumière et obscurité, le film bouleverse autant qu’il exalte, toujours avec la même sincérité.

States of Grace (Short Term 12), réalisé par Destin Cretton, États-Unis, 2013 (1h36)

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois