"Stars 80" au Macumba de zone industrielle

jeudi 25 oct. 2012 | Etienne Baiffer

Contrairement à ce qui est écrit sur l'affiche, nous ne sommes pas ici en présence d'un film, mais d'un karaoké. Vous laisserez-vous emporter dans le tourbillon d'un vent de folie ?

Vincent et Antoine sont à la tête d'une petite société de spectacle. Pour relancer leur affaire qui périclite, ils ambitionnent de monter une tournée en engageant des chanteurs qui ont marqué les années 1980 avec un tube. Contre toute attente, Peter et Sloane, Lio, Début de soirée, Jean-Pierre Mader et autres Sabrina acceptent de partir sur les routes de France…

Les stars... | Photo DR

Stars 80 transforme son générique de fin en karaoké pour multiplexes. Faire chanter la salle et titiller la nostalgie du public semblent ainsi être la seule ambition du film. L'idée d'un scénario un minimum construit a été écartée pour laisser la place à une succession de saynètes mettant en scène ces gloires des années 1980. La plupart font preuve d'une sympathique auto-dérision, notamment Peter et Sloane, Jean-Luc Lahaye et Cookie Dingler… Alors que d'autres se la jouent diva : Jeanne Mas donne l'impression d'avoir négocié un traitement privilégié dans son contrat ("faites que je sois touchante !").

N'oubliez pas les paroles

En plus de ces séquences humoristiques plus ou moins réussies, toutes les deux minutes (moyenne calculée à la louche), une chanson de l'époque surgit dans la bande son. En tentant de se souvenir des paroles, le public oublie le manque de consistance de l'histoire qui lui est racontée. Les dates de la tournée s'enchaînent, des petites salles aux Zéniths, jusqu'au Stade de France, sans qu'aucun gros grain de sable ne vienne gripper la machine - si l'on fait exception d'une engueulade entre les deux producteurs qui n'a aucune incidence réelle sur l'intrigue.

Desireless | Photo DR

La tournée RMF Party 80 - dont le film est censé narrer la genèse - ayant remporté un succès tellement phénoménal, ce dérivé cinématographique paraît être avant tout un moyen d'exploiter un juteux filon. Les fans hardcore de ces tubes du grenier, qui ne peuvent se contenter de mater les émissions spéciales animées par Daniela Lumbroso ou Nikos Aliagas sur ce thème, ne seront pas déçus du voyage (voyage). Les autres se sentiront peut-être un peu coupables d'avoir repris en choeur le refrain de "Toute première fois", et d'y avoir pris du plaisir. Car entretemps, le cinéma a abandonné la salle pour la laisser se transformer en Macumba de zone industrielle.

> Stars 80, de Frédéric Forestier et Thomas Langman, France, 2012 (1h50)

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois