Sextape : Kanye West gère mal la crise

mercredi 3 oct. 2012 | Dorothée Duchemin

Alors que Pamela Anderson a relancé sa carrière grâce à une Sextape, que Paris Hilton s’est fait connaître grâce à une sextape, et que Kim Kardashian a assis sa notoriété grâce à une sextape - elle aurait d'ailleurs deux/trois conseils à donner à son mec -, Kanye West, lui, s’agite dans tous les sens, furieux et visiblement angoissé depuis qu’il sait qu’une sextape lui a été volée sur son ordinateur. On sait déjà que le site sex.com est prêt à offrir un million de dollars pour le coït du rappeur. Kanye West a immédiatement contre-attaqué sur le plan juridique. Ses avocats menaçant à qui mieux mieux les possibles futurs diffuseurs de la vidéo. Est-ce la bonne stratégie ? Comment Kanye West devrait-il gérer la crise avant et après diffusion ? Dans cette situation, car nous pouvons tous être des Kanye West, comment devrions-nous nous défendre ?

Le pauvre Kanye West s’est fait voler son ordinateur. Qu’y avait-il sur son ordinateur ? Une sextape, comme dans l’ordinateur de tout bon people qui se respecte. Son sang n’a fait qu’un tour ! Imaginer ses parties de jambes en l'air mises à disposition des millions de voyeurs que nous sommes, sur un support capable de faire entrer ses ébats dans tous les foyers équipés, Kanye West flippe. Immédiatement, il contre-attaque. D’autant plus que ce ne serait pas une, mais deux sextapes qui menaceraient le rappeur ! La rumeur de l’existence de ces vidéos s’est répandue comme une trainée de poudre. Des captures d’écrans mal fichues ont fait leur apparition sur RadarOnline avant d’être reprises sur de nombreux sites. Kanye West ne dort plus.
Vous êtes Kanye West, que devez-vous faire ? Avec Anthony Babkine, spécialiste en e-réputation et coauteur de l’ouvrage "Bien gérer sa réputation sur Internet", on vous sort de ce guêpier.

Stay Calm Kanye !

Parce que vous pourriez très bien vous retrouver à sa place, il est important de savoir comment réagir. Assurez-vous tout d’abord qu’il ne s’agisse pas d’un fake, l’œuvre d’un petit malin qui voulait vous mettre les nerfs en pelote. « Dans le cas de Kanye West, vue la réaction immédiate, et juridique, de la part de l’avocat, la vidéo doit sans doute exister. » Et être détenue par quelqu'un, quelque part. En effet, Lisa M. Buckley, avocate de l’artiste, a envoyé la même lettre un peu partout, brandissant la menace d’une sanglante attaque juridique : « Sachez que la capture d’écran ainsi que la vidéo à partir de laquelle la capture d’écran a été prise, ont été obtenue illégalement, volée dans l’ordinateur de Mr. West. (…) Vos publications, publicités, marketing, annonces et diffusions de cette capture d’écran ainsi que tout se rapportant à cette vidéo est une violation des droits et de la vie privée de Mr. West. »

Kanye West | FlickR_CC_NRK P3

Erreur ! « Avec ce genre d’actions fortes, très médiatisées, on ne fait qu’attirer davantage l’attention, comme pour les photos topless de Kate Middleton. Kanye West aurait dû la jouer davantage en sous-marin. La lettre atteste qu’il s’agit bien de lui sur la vidéo, ce qui crée un effet teasing et une attente du public. » Avec cette lettre, ces menaces, Kanye West participe malgré lui à la mise en place d’un scénario qui tient le Monde en haleine. Sortira, sortira pas !
Vous, quand vous serez menacé de la mise en ligne de votre sextape, vous la jouerez plus finement. « Il aurait mieux valu pour Kanye West, négocier de manière plus humaine plutôt qu’user d’une stratégie juridique classique et traditionnelle qui n’a pas du tout sa place quand on parle d’Internet ! » D’autant plus qu’il risque de s’attirer les foudres des internautes qui détestent qu’on les empêche de faire un truc sur le Net, c’est li-ber-ti-cide !

Anthony Babkine cite le cas récent de Jack Daniel's dont le logo avait été copié sur la couverture d’un livre en vente sur Amazon, écrit par un inconnu : c’est l’histoire d’un mec qui a des problèmes de boisson. Plutôt que de jouer les procéduriers, les avocats du célèbre whisky ont préféré lui envoyer une lettre, le remerciant pour son intérêt porté à la marque et lui proposant de payer la deuxième édition, avec un nouveau visuel. Une posture sage et rusée, suffisamment pour qu'on oublie l'événement d'ici quelques mois.

Quand la vidéo sera publiée

« Il s’agite tellement avant la sortie, qu’on se dirige sans aucun doute vers une action purement juridique si la vidéo est mise en ligne. » Et Kanye a à sa disposition un arsenal juridique qu’il a tout à fait le droit d’activer.
En France, dans la situation de Kanye West, vous disposez de l’article 6 de la loi pour la confiance dans l’économie numérique : "L’autorité judiciaire peut prescrire en référé ou sur requête, à toute personne mentionnée au 2 [à savoir les hébergeurs] ou, à défaut, à toute personne mentionnée au 1 [à savoir les fournisseurs d’accès à Internet ou FAI], toutes mesures propres à prévenir un dommage ou à faire cesser un dommage occasionné par le contenu d’un service de communication au public en ligne."
Vous pourrez aussi brandir l’article 38 de la loi informatique et liberté : "Toute personne physique a le droit de s'opposer, pour des motifs légitimes, à ce que des données à caractère personnel la concernant fassent l'objet d'un traitement."

Anthony Babkine | Photo DR

On sait bien que le furieux Kanye est prêt à faire jouer la loi pour conserver sa réputation sur le Net et punir les méchants. Une erreur selon Anthony Babkine. « Dans ce cas, en e-reputation, il y a deux écoles. La première : tenter d’éliminer toutes traces de la sextape sur le Net. Mais c’est un travail de longue haleine, qui prend du temps, de l’énergie. Et même si elle n’est plus visible sur les sites hébergeurs, n’importe qui peut l’avoir sauvegardée sur son ordinateur. C’est donc une action difficile mais inefficace et qui consiste à partir à la chasse dans un univers sans fin. La deuxième école, dont je fais partie, c’est de booster sa présence en ligne, sur les réseaux sociaux notamment. La booster en construisant du contenu plus positif, dans le cas de Kanye West un clip vidéo par exemple, qui noierait la sextape dans les profondeurs de Google. Il faut penser aux premiers liens qui apparaissent quand on tape sa marque personnelle sur le Net, son nom et son prénom. »

Kanye West a lui aussi son droit à l'oubli sur Internet, mais celui-ci, sur Internet justement, est-il vraiment possible ?

Vers un effet West ?

Les avocats de Kanye West devraient se souvenir de l’effet malheureux qu’avait obtenu Barbara Streisand après avoir lutter à mort pour obtenir le retrait de sa maison vue du ciel d’un site Internet. Un phénomène que l’on appelle désormais l’effet Streisand. Un individu se juge diffamé, il entre en guerre, suscite l’attention puisque c’est un people, et obtient finalement l’effet inverse à celui escompté. Surtout s’il s’agit de cul. Barbara Streisand, en attaquant le photographe, a finalement vu sa maison se démultiplier sur le Net, tout comme Kanye West pourrait également assister à la multiplication de son petit oiseau. « Il ferait bien de se méfier de l’effet West », prévient Anthony Babkine. « Parce qu’une action en justice forte de la part du rappeur offrirait un énième rebondissement à ces sites qui sont en train de fabriquer une histoire autour d’une sextape, finalement quelque chose d’assez banal en soi. »

Kanye West | FlickR_CC_Diego Quintina

Après tout, qu’a fait West sinon s’accoupler avec une fille majeure, comme ne manque pas de le préciser la lettre de l’avocate dès les premières lignes. Et puis, en 2010, on avait déjà découvert son anatomie. Alors, oui, Kanye West a une force de frappe énorme, mais elle pourrait bien se retourner contre lui. Et contre son oiseau.

> Bien gérer sa réputation sur Internet, Anthony Babkine, Mounira Hamdi, Nabila Moumen, Dunod, novembre 2012
 

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook