"Queen of Montreuil", royale banlieue

jeudi 21 mars 2013 | Etienne Baiffer

Le film de Solveig Anspach ira droit au cœur de celles et ceux qui ne tournent pas le dos à la fantaisie.

Montreuil. Agathe fait le deuil de son mari. Une Islandaise et son fils, qui ne peuvent rentrer chez eux, cherchent un point de chute. Un gardien de zoo désaffecté veille sur une otarie qui a été "oubliée" sur place. Un grutier imite Ben Hur. Et le lavomatic fait office de cyber-café.

 Une famille rencontrée par hasard. | ExNihilo-MikrosImage

Il y a des films comme ça qui arrivent sans faire de bruit, ni faire parler d’eux, et qui se révèlent aussi fragiles que précieux. Queen of Montreuil est de ceux-là. Il a failli ne pas voir le jour : les refus de financement ont été nombreux et ont failli décourager Solveig Anspach qui a laissé son projet dans un coin de sa tête pendant plusieurs mois. Et puis Robert Guediguian l’a encouragée : il fallait que ce film existe.

La banlieue joyeuse 

Il n’est pas étonnant que le réalisateur de Marius et Jeannette ait à ce point insisté car Queen of Montreuil parle beaucoup de solidarité, d’entraide, au sein de la communauté d’un quartier. Jouxtant Paris, Montreuil a longtemps été une ville communiste (aujourd’hui, c’est l’écologiste Dominique Voynet qui est à la tête de la mairie). Commune ouvrière, aux charmes discrets, elle n’a que faire des falbalas de sa voisine, la capitale. Pas de Tour Eiffel ou de Sacré-Cœur à Montreuil, mais des grues d’où l’on surplombe toute la ville, d’où l’on peut surprendre les habitants dans leurs occupations quotidiennes, banales ou insolites. 

 Florence Loiret-Caille | ExNihilo-MikrosImage

Queen of Montreuil parle de gens que le hasard de la vie à fait se croiser. Des étrangers qui pourraient faire partie de notre famille. Des familles que l’on se rêve et que l’on se construit. Le film semblera immédiatement inconsistant aux yeux de ceux qui ne jurent que par les scénarios qui imposent leur discours et leur morale édifiante, laissant le spectateur quitter la salle en ayant le sentiment qu’il a « compris » quelque chose, qu’aucun enjeu ne lui a échappé. Or, Queen of Montreuil s’offre le luxe d’être une divagation, une rêverie, sans grande péripétie, mais plein de surprises. La reine dont il est question dans le titre, est cette jeune veuve qui tente de surmonter son deuil. Mais le film ne se hâte pas de l’extraire de son chagrin, d’ailleurs, lorsque le générique de fin arrive, rien n’assure qu’elle s’est sortie de cette épreuve. Le film laisse l’inattendu se produire. La fantaisie y est à son aise. Porté par Florence Loiret-Caille dans le rôle titre, il nous colle un sourire aux lèvre pendant la projection. Les héros sont lunaires, perchés (au propre comme au figuré), à côté de leurs pompes. On aimerait être leur ami. On l’est, au moins, durant 1h27.

Queen of Montreuil Bande annonce par diaphana

> Queen of Montreuil de Solveig Anspach, France, 2013 (1h27)

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois