"Retour à Forbach", l'affront national

jeudi 20 avr. 2017 | Marco Pierrard

Intéressant

Dans ce documentaire sociétal mais également très personnel, Régis Sauder revient, 30 ans après son départ, dans le pavillon de son enfance à Forbach en Moselle. Sur ces terres où les thèses du Front National ont progressé, le cinéaste écoute les habitants pour tenter de comprendre les peurs et interroger l'avenir. Un film nostalgique et inquiet qui pose un constat saisissant sur une communauté de destins implosant de l'intérieur.

Voilà 30 ans que Régis Sauder a quitté Forbach pour vivre sa vie ailleurs, loin de ses parents, de ses racines. Depuis son départ les choses ont changé, énormément. Cette commune minière de Moselle a vu son activité régresser, puis, la crise aidant, le Front National s'est infiltré dans les esprits et dans les urnes. Pour comprendre ces bouleversements, le cinéaste revient dans le pavillon de son enfance, à la rencontre de ces habitants qu'il a laissé derrière lui. Comment vivent ceux qui sont restés à Forbach ? Entre tentation de l'extrémisme et déterminisme social, Régis Sauder collecte les paroles parfois décomplexées pour établir une carte des mémoires individuelles et collective. Avec Retour à Forbach, il nous propose un voyage à la fois intime et citoyen dans le doux pays de son enfance, désormais en proie à la peur et la désunion.

Retour à Forbach © Docks 66

Home sweet home

Lors des élections municipales de 2014, le Front National explose partout en France. À Forbach, Florian Philippot arrive en tête au 1er tour. Si le maire socialiste Laurent Kalinowski conserve finalement son fauteuil, cette élection surmédiatisée braque le projecteur sur cette commune minière déshéritée de Moselle. Cette explosion du parti d'extrême droite dans la ville de son enfance Régis Sauder la vit très mal, au point de faire paraître à l'époque une violente tribune dans le journal Libération. Réaction épidermique à une situation qu'il a du mal à s'expliquer, son propos est mal vécu par certains habitants de Forbach. La démarche qui mène à ce documentaire est différente ; le choc et la colère passés, le cinéaste a décidé de retourner dans cette ville qu'il a quitté pour échapper à sa propre condition. Ce retour aux sources est d'autant plus touchant qu'il est à la fois un retour dans la ville de son enfance et auprès des siens. Le documentaire met ainsi en parallèle l'évolution de la ville et celle de, plus personnelle, de sa famille. Hasard de la vie, la maison familiale doit être mise en vente à cause de la maladie de son père. Le cinéaste se retrouve ainsi à filmer l'évacuation de nombreux souvenirs du domicile familial. Des souvenirs devenus inutiles jetés à la benne, des mines désormais fermées… Le lien entre l'histoire de la ville et celle de sa famille parcourt tout le documentaire tel un fil d'ariane nostalgique.

La question du legs ou plutôt de l'absence d'héritage plane sur tout le film. Quelles traces laissent ces vies, celles de ses parents évidemment mais de façon plus général celles des habitants de Forbach ? Régis Sauder met en parallèle les destins individuels et l'héritage collectif, cette mémoire commune qui semble manquer à la ville. Désormais tout le monde vit dans le présent, l'instantanéité domine se lamente le cinéaste. Plus personne ne se retourne ni fait référence à l'histoire de la commune. Il évoque comme raison à cette amnésie la honte, honte d'être de Forbach, d'être pauvre, ce sentiment qui lui a fait quitter lui-même la ville il y a trente ans. Différente, c'est ainsi qu'il retrouve la ville : les tours  de son enfance sont désormais décorées avec des nuages, elles n'en restent pas moins des barres d'immeubles inhospitalières, leur relooking n'étant qu'un indice de plus du cynisme ambiant qui pense pouvoir arranger les choses de façon superficielle. La ville a changé, tout comme lui. Régis Sauder n'est d'ailleurs pas forcément bien accueilli. Il est désormais un étranger, pire un journaliste comme ceux de BFM qui ont contribué selon lui à stigmatiser la ville. Au point que le réalisateur se demande s'il n'a pas, quelque part, trahi ses origines pour être désormais tellement en décalage avec ce lieu où il a vécu son enfance.

Retour à Forbach © Docks 66

Peur partout, justice nulle part

Tourné sur une période de deux ans et demi, Retour à Forbach donne la parole à des représentants de diverses institutions qui sont au cœur de la commune : école, religion, politique, santé… Devant la caméra défilent les visages qui racontent une société éclatée qui fonctionne désormais par communautés. Tout est dit lorsqu'un habitant explique par exemple qu'il cherche désormais de l'aide à la mosquée pour déménager alors qu'avant il sollicitait son voisin. Sclérosée, la ville semble n'être plus qu'un rassemblement d'individualités qui n'échangent plus, parfois même au sein de ces communautés. Le documentaire capte parfaitement cette méfiance, cette peur, parfois sans aucune raison factuelle, qui mine les rapports humains. Dans cette grande confusion, des personnes immigrées ou d'origine étrangère assument de voter désormais Front National. Et l'argument sur le fait qu'ils ne seraient actuellement pas Français si le programme du FN leur avait été appliqué glisse sur eux. La logique et la raison semblent de toute façon être depuis un moment sorties de l'équation politique, restent le ressenti et l'aigreur. Après tout il y a toujours plus pauvre, plus étranger, il y a toujours une autre part de la population à stigmatiser.

La grande méfiance générale qui ressort de ce voyage à Forbach interpelle, sidère parfois et donne le tournis. Comment en est-on arrivé à un tel repli de fraternité, une telle torpeur générale ? La réponse se dessine dans les témoignages récoltés et tourne autour de la notion de honte sociale et d'humiliation. Celle de devoir tout accepter de son patron pour payer son loyer, pour rembourser un prêt. Cette même humiliation insupportable que l'on fait alors payer à l'autre, à commencer par les politiques qui ont laissé la situation empirer comme nous l'explique la tenancière du bar, formidable vigie omnisciente de la vie de Forbach. Le vide qui se fait dans la ville fait le reste. Plus de magasins, un difficile accès aux soins, Régis Sauder filme un véritable désert de services publics qui laisse place à un néant d'ordre idéologique et politique. Le documentaire expose ce vide qui donne le vertige et le renforce avec la musique metal du groupe lorrain Deficiency pour mieux appuyer la frustration sous jacente. Pourtant tout n'est pas désespéré à Forbach, et le cinéaste veut croire en des signes comme cette famille rom accueillie et dont les enfants sont scolarisés dans la commune sans que cela ne pose le moindre problème. Il espère également que la génération à venir, fruit de celle qui a tout donné à la mine, accédera à un futur meilleur. Dans ce film d'apaisement, Régis Sauder dénonce les mécanismes de domination qui ont permis au Front National de marquer des points dans sa ville natale, il ouvre également des portes sur un avenir qu'il espère plus radieux.

Documentaire à la fois intime et tourné vers la vie de la cité, Retour à Forbach établit un constat inquiétant de l'état d'enfermement de notre société. Le fait qu'il sorte à quelques jours du 1er tour de l'élection présidentielle donne d'autant plus de poids aux paroles qu'il met en avant. Une bonne raison d'accompagner le cinéaste sur les lieux de son enfance pour comprendre le désespoir, afin de préparer un avenir plus serein.

> Retour à Forbach, réalisé par Régis Sauder, France, 2017 (1h18)

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois