"Real", karma coma

jeudi 27 mars 2014 | Marco Pierrard

Intéressant

Plonger dans l’esprit d’une personne inconsciente, perdre ses repères et affronter un plésiosaure. C’est le périple auquel nous convie Real, un drame romantique, empreint de science-fiction, où la réalité est une notion très subjective.

Le réalisateur Kiyoshi Kurosawa ajoute un nouveau genre à sa filmographie avec cette adaptation du roman fantastique de Rokurô Inui, Kanzen Naru Kubinagaryu no Hi (Un jour parfait pour le plésiosaure). Atsumi, dessinatrice de mangas à succès, se retrouve plongée dans le coma après avoir tenté de se suicider. Son petit ami Koichi, dévasté par cet acte incompréhensible venu détruire leur bonheur, est prêt à tout pour sauver Atsumi. Il décide de participer à un programme expérimental qui permet d’explorer l’inconscient d’une personne léthargique pour la faire revenir à la vie. Mais une fois le contact établi avec sa bien-aimée, la frontière entre ces "visites" et la réalité devient floue. Koichi va se retrouver dans une expédition qui va bouleverser ses certitudes.

Real | Photo Twins Japan // Version Originale - Condor

La vérité est ailleurs

Après un passage par la télévision avec la série Shokuzai en 2012, Kiyoshi Kurosawa revient au cinéma. Loin de l’ambiance de son dernier film en date, le drame familial Tôkyô sonata (2008), le réalisateur entraîne le spectateur dans un voyage mouvementé, au cœur des méandres de l’inconscient. Très vite, la réalité comateuse d’Atsumi s’immisce dans le quotidien de Koichi et la confusion s’installe. Mais ce n’est que le début du périple ! Une révélation (que je ne dévoile évidemment pas) fait basculer le film et le jeune homme, venu secourir sa petite amie, se retrouve confronté à son passé. Avec des indices compréhensibles seulement a posteriori, le déroulement des événements est aussi déstabilisant pour le spectateur que pour Koichi avec qui l’identification est totale.

Un beau chaos

Kiyoshi Kurosawa a souhaité montrer le fantastique qui était seulement évoqué dans le roman. Le film est parsemé d’effets spéciaux saisissants qui donnent vie au monde parallèle dans lequel Koichi est plongé lors de ses visites à Atsumi. Le jeune homme se retrouve ainsi dans un Tokyo entouré d’un brouillard dense, symbolisant les limites de la conscience de la jeune femme, ou encore aux prises avec un plésiosaure. L’affrontement avec ce dinosaure aquatique offre au film une fin aussi surprenante que stimulante à mi-chemin entre Jurassic Park (1993) et Inception (2010).

Visuellement impeccable, Real bouscule son héros pour l’emmener dans un voyage introspectif inattendu. Une plongée insolite et poétique dans l’inconscient qui s’avère plutôt agréable pour le spectateur, à condition de se laisser porter. Il est même possible que vous souhaitiez le revoir, pour une seconde lecture, cette fois-ci en sachant ce que Koichi ignore.

Real (Riaru: Kanzen naru kubinagaryû no hi), réalisé par Kiyoshi Kurosawa, Japon, 2013 (2h07)

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois