"Othello", la trahison sublimée par Orson Welles

jeudi 24 avr. 2014 | Marco Pierrard

Très bon

Jamais manipulation et trahison n’ont été dépeintes avec autant de cruauté que dans Othello. L’adaptation par Orson Welles de cette tragédie shakespearienne intemporelle ressort au cinéma en version restaurée. L’occasion de (re)découvrir ce film virtuose dans toute sa splendeur.

Orson Welles n’a cessé d’adapter Shakespeare tout au long de sa vie ; au théâtre pendant son adolescence, puis à la radio et au cinéma. Peu après la sortie de son Macbeth en 1948, il décide de porter une nouvelle fois à l’écran une pièce du mythique auteur. Son choix se porte sur la tragédie d’Othello, un général vénitien, trahi par son officier Iago qui le pousse à suspecter une liaison entre son épouse Desdémone et son lieutenant Cassio à grand renfort d’insinuations et de preuves factices. Rendu fou de jalousie, Othello assassine sa femme. Découvrant la manipulation de l’infâme Iago, il finit par mettre fin à ses jours. Orson Welles adapte cette implacable histoire de trahison dans une œuvre à l’atmosphère oppressante, portée par une esthétique captivante.

© 2013 Westchester Films, Inc. // Mercury Productions // Carlotta Films Tous droits réservés.

Né dans le chaos

Poursuivi par le fisc américain suite à l’échec commercial de Macbeth et victime collatérale du MacCartysme, Orson Welles s’exile en Europe dès 1948. Trainant une réputation – infondée – de réalisateur explosant les budgets et ne finissant jamais ses films, il est condamné à financer ses projets avec ses cachets d’acteur. Le tournage du film sera interrompu à plusieurs reprises suite à de diverses déconvenues : abandon du producteur initial, changements de comédiens et les habituelles difficultés financières. Le tournage débuté en 1948 n’aboutit qu’en 1951 et il faudra près de deux ans à Orson Welles pour monter de manière cohérente toutes les séquences du film, tournées à des mois d’intervalle dans une multitude d’endroits. Le résultat est un véritable tour de force dont les coulisses seront dévoilées dans le documentaire Filming 'Othello' (1978). Aidé par le décorateur Alexandre Traune, le réalisateur parvient à magnifier chaque plan du film ; la mise en scène particulière et le jeu sur les contrastes réussissent à faire totalement oublier la précarité de la production. Une beauté visuelle captivante qui vaudra au film d’être récompensé en 1952 par le Grand Prix du Festival de Cannes.

© 2013 Westchester Films, Inc. // Mercury Productions // Carlotta Films Tous droits réservés.

Sans issue

Critiqué par certains puristes pour ses adaptations de Shakespeare prenant trop de liberté avec le texte originel, le cinéaste persiste et signe en faisant débuter le film par la fin de la pièce. La lente ouverture montre une procession portant les corps sans vie de Desdémone (Suzanne Cloutier) et Othello (Orson Welles), alors que le traître Iago (Micheál MacLiammóir) se retrouve suspendu dans une cage. Ce prologue annonce que l’issue tragique est inéluctable, il installe une atmosphère d’oppression, confirmée tout au long du film par le montage effréné de Welles. La tragédie se noue inexorablement dans un tourbillon de plans et de répliques entrainant le spectateur dans la spirale infernale qui finira par emporter la raison d’Othello.

Issue de la version du film retravaillée (et contestée par certains) en 1992 avec l’aval de Beatrice Welles-Smith, la troisième fille du cinéaste, la copie numérique restaurée à 2K qui sort en salle possède une qualité d’image et un contraste bien supérieurs aux copies disponibles jusqu’à présent. Cette tragédie intemporelle, magnifiée par l’esthétique captivante d’Orson Welles, vous attend dans quelques (trop rares) salles obscures. Une séance de rattrapage est prévue pour ceux qui ne pourront voir le film au cinéma, le distributeur Carlotta a annoncé qu’Othello mais également Macbeth seront édités en DVD et Blu-ray d'ici la fin de l'année.

Othello (The Tragedy of Othello: The Moor of Venice), réalisé par Orson Welles, États-Unis / Italie / Maroc / France, 1952 (1h33)

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois