Oh, Punaise !

dimanche 7 nov. 2010 | Dorothée Duchemin

Juliette Vigouroux forme avec son mari Alain Cassard un duo d’adaptateurs incontournable. Ensemble, ils ont écrit les versions françaises de nombreux films. Invictus, 21 Grammes, Charlie et la chocolaterie pour ne citer qu’eux. Le couple, dix-huit ans de Simpson au compteur, vient de terminer l’adaptation du dernier Harry Potter. Passionnée, Juliette Vigouroux parle d’un métier trop peu connu et reconnu.

Quelle est votre profession ?
Je suis adaptatrice. La particularité de notre métier par rapport à celui d’un traducteur de roman est qu’on écrit des dialogues qui vont ensuite être joués par des comédiens et qui seront portés à l’écran. Il faut alors respecter scrupuleusement le rythme et le synchronisme. C’est un vrai travail d’écriture mais le problème est qu’on n’a jamais le temps de laisser reposer. Les délais sont toujours très courts. Il faut écrire vite et on ne peut pas se relire.

Votre métier est peu connu. Concrètement, que faites-vous ?
Ce que je vais vous expliquer est en train de disparaître puisque aujourd'hui, il existe une nouvelle technique sur ordinateur. Mais à l’heure actuelle, pour le cinéma, on est encore à la méthode traditionnelle.
C’est d’abord celui qu’on appelle le détecteur qui intervient. Il synchronise l’image avec des bandes vierges, qui représentent chacune 20 minutes. Au crayon, il time-code les bandes en fonction de l’image. C’est-à-dire qu’il note la première seconde au début de la première image. Les deux sont alors synchronisées, la bande défile au même rythme que l’image.
Ensuite, le détecteur écrit sur cette bande, au crayon, les noms des personnages, les phrases de chacun, en version originale. Et il étire ou rétrécit la phrase en fonction de sa durée. Elle débute précisément quand le personnage se met à parler et s’arrête au moment même où il se tait. Le détecteur ne laisse rien passer : respirations, cris, hurlements, souffles… Je plains la personne qui s’occupe des Woody Allen : dix personnes qui se balancent des vannes toutes en même temps autour d’une table, c’est horrible ! Tout doit être écrit sur cette fameuse bande ! Parfois quand on les récupère, il n’y a plus de place pour écrire ! Certains écrivent comme des cochons. Ce n’est pas trop grave, nous avons les dialogues de notre côté. Mais tout de même, c’est désagréable !

Une fois que vous avez reçu cette bande, que se passe-t-il ?
Nous recevons la bande par coursier. On la monte sur notre table spéciale et on la synchronise avec l’image. A ce moment, commence notre travail d’adaptateur. On lit la phrase d’origine, on la traduit, le plus fidèlement possible, et on la joue. C’est bien pour nous d’être à deux parce que l’un joue et l’autre peut juger du synchronisme.
Parfois, on peut passer trois heures sur une phrase. Et ce n’est pas les plus longues qui posent problème. Si le début et la fin de la phrase sont bien synchronisés avec l’image, on peut jouer avec le synchronisme au milieu et ne pas toujours correspondre au mouvement de bouche. Mais ça ne se voit pas. C’est plus compliqué pour une phrase courte. En plus, l’anglais est une langue très synthétique. Ils expriment en trois mots ce qu’on dit en dix.

Sacrifiez-vous parfois le sens de la phrase ?
Jamais ! Nous ne sacrifions jamais le sens ! Il faut que ça rentre dans le temps imparti, donc ça rentre. Mais c’est un vrai travail d’écriture. L’humour, c’est très compliqué à adapter. Parfois, on est obligé de s’éloigner du texte pour être drôle. C’était le cas pour les Simpson qui nécessitaient un gros travail d’adaptation.

Et une fois que vous avez enfin trouvé la phrase la plus appropriée ?
A ce moment-là, on l’écrit au crayon, toujours sur la même bande, sous l’anglais, écrit par le détecteur. Ensuite, la bande est envoyée chez le calligraphe qui fait la frappe et la calligraphie. Cette personne tape le texte qui est soumis aux clients et qui part sur les plateaux. Elle plaque une bande transparente sur la bande où tout est écrit puis elle calque le time-code et les changements marquants qu’il convient de garder en repère. Elle élimine l’anglais et calligraphie comme il faut le français. Sur un plateau de doublage, la bande calligraphiée défile sous l’image du film sur un témoin lumineux, une barre verte. Les comédiens se mettent à doubler quand la première lettre de leur réplique passe sur le témoin lumineux.

Vous n’allez pas sur les plateaux de doublage ?
Non, c’est très mauvais signe d’être rappelé sur un plateau. Et puis ce serait horrible, je n’arrêterais pas de me dire : « Mince ! J’aurais dû mettre ça ! »

Revenons aux Simpson. C’est si difficile de l'écrire en français ?
Si je fais le bilan de tout ce que j’ai écrit et pourtant, j’en ai écrit, travailler sur les Simpson a été la chose la plus difficile ! Parce qu’il s’agit d’une violente satyre de l’Amérique avec beaucoup d’allusions à son quotidien, ses journalistes, ses hommes politiques, ses médias et parfois à des choses tout à fait obscures. Souvent j’appelais une amie américaine, très cultivée, pour lui demander de qui il s’agissait. Elle ne savait pas. Elle demandait à ses parents, ses tantes, je ne sais qui, mais personne ne savait ! En fait, les auteurs s’amusaient à parler, par exemple, d’un acteur inconnu des années 50 qui jouait un petit rôle dans une série inconnue ! Soit on trouvait le moyen d’expliquer dans la blague de qui il était question, soit il fallait absolument trouver des équivalents pour faire rire un public français. Mais uniquement des équivalents internationaux, pas des trucs franchouillards. On ne pouvait pas parler de Mireille Mathieu ou de Michel Drucker dans les Simpson ! On a beaucoup utilisé Michael Jackson !

Et pourquoi avez-vous arrêté d'adapter la série ?
On adapte les Simpson depuis leur début : depuis 18 ans ! Après le long métrage (Les Simpson, le film, de David Silverman, ndlr), on a décidé d’arrêter. Pour un épisode de vingt minutes, on bossait cinq jours, douze heures par jour. Et même après 18 ans, on mettait le même temps. La cadence était infernale. On commençait à recevoir les premiers épisodes en mars. Une saison comptait plus d’une vingtaine d’épisodes. Il fallait boucler l’adaptation pour juin parce que Canal+ les diffusait en septembre. Pendant cette période, on ne faisait que ça, sans aucun jour de repos. On a dû refuser des films.

Ils ne vous manquent pas ?
Bien sûr que si ! Pour moi, ce n’était plus des personnages de dessins animés. Ils étaient réellement incarnés. On les connaissait par cœur ! Notre chien, un Shar Pei, s’appelait Homer.

C’est vous qui êtes à l’origine du fameux gimmick de Homer "Oh pinaise" ?
Je tiens à ce sujet à rectifier une chose. C’est mon mari qui a inventé "Oh punaise". Il l’a trouvé sur l'expression "Oh my God". Les Américains le disent à tout bout de champ, mais en France, ce n’est pas possible. Alain (Alain Cassard, son mari, ndlr) a trouvé "Oh punaise" et c’était parfaitement synchrone. On a donc pris l’habitude de l’utiliser. Philippe Peythieu (voix française de Homer, ndlr) a transformé le "Oh Punaise" en "Oh Pinaise", au bout d’un certain temps. Mais "Oh Punaise", c’est nous.

Quels sont vos meilleurs souvenirs d’adaptatrices ?
Underground, d'Emir Kusturica est un souvenir formidable, écrit en serbo-croate. C’est beaucoup plus difficile que d’écrire à partir d'une langue avec laquelle on a l’habitude de travailler et qu’on connaît. Là, la production nous avait donné une version en anglais que je trouvais un peu plate. En plus, vous imaginez la déperdition ! Elle existe déjà sur un texte traduit. Mais avec une première traduction anglaise et une deuxième, depuis cette version, en français, on perd beaucoup des dialogues d’origine. Donc, on avait cette version anglaise, que je trouvais plate. J’ai eu beaucoup de chance car ma femme de ménage Maria était serbe. L’un des héros juraient dans des termes à rallonge et avec un vocabulaire très vulgaire. C’était si vulgaire que Maria n’osait même pas traduire ! Je l’encourageait et elle faisait la traduction, rouge jusqu’aux oreilles. J’adore ce film. Et il a eu la Palme d’or au Festival de Cannes en 1995!
Une autre année, en mars, on nous a apporté une bande. C’était un petit film et on l’a fait en huit jours. C’était très facile à adapter ! On a ensuite appris qu’il partait à Cannes et finalement il a également eu la Palme, en 1993. C’était La leçon de piano, de Jane Campion ! Une héroïne sourde et muette, le rêve de tous les dialoguistes ! Comme quoi, ce n’est pas les choses les plus compliquées qui sont les plus réussies.

D’autres films vous ont-ils marqué ?
J’ai adoré Au Nom du Père, de Jim Sheridan. On pouvait se repasser cent fois, uniquement une expression en se disant que c’était génial ! On vient d’adapter le Royaume de Ga’Hoole, de Zack Snyder (actuellement au cinéma). C’est un film avec des chouettes, qui est chouette !

Vous avez des mauvais souvenirs ?
J’ai tendance à oublier les mauvais souvenirs. Il y a eu Tueurs Nés, d'Oliver Stone. On venait d’enchaîner trois films coup sur coup, on était crevé. Et c’est un film très bavard, avec beaucoup de dialogues à adapter. En plus, le contenu est vraiment éprouvant. C’était difficile à faire.

Vous avez déjà refusé un film ?
J’ai la chance de pouvoir choisir mes films maintenant. Je n’adapte pas les films avec de la violence gratuite. Je ne fais pas de films sur des banlieues américaines avec des " fuck " tous les deux mots. La déperdition est énorme en français, on ne peut pas rendre ça au doublage !
J’ai refusé Walkyrie, un film de Spielberg. Il préfère que les adaptations soient écrites dans ses propres studios et ça ne m'arrangeait pas de partir aux Etats-Unis. 

Côté sécurité, ça se passe comment ?
On ne reçoit jamais toutes les bandes en même temps. Et c’est vrai pour tous les films. On les reçoit une par une par coursier. Comme ça, en cas de vol ou de perte, les dégâts sont limités. Et maintenant pour Harry Potter, la Warner ne fait plus appel aux coursiers, encore par sécurité. C’est nous qui devons aller chercher les bandes à la société de doublage et les y ramenons.

Vous êtes plutôt version originale ou version française ?
Si je sais que les doublages sont bien écrits, je vois les films en VO et en VF. Avec les sous-titres, on perd énormément de dialogues. Il y a un premier repérage et il faut respecter un nombre de caractères, fixé en fonction du temps d’apparition du sous-titre à l’écran, jusqu’au plan suivant. Pour des films montés avec des changements de plans très rapides, ou pour Woody Allen qui fait des films très bavards avec des dialogues qui fusent dans tous les coins, les sous-titres sont forcément un résumé des dialogues. Ces films-là, il faut absolument les voir en VF si on n’est pas bilingue.
Quand j’entends nos compatriotes qui ne savent pas dire trois mots en anglais et le snobisme ambiant qui consiste à aller voir tous les films en version originale, ça me fait sourire !

3 Commentaires

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Citazine

L'adaptation en français est

L'adaptation en français est nécessaire pour les non bilingues et c'est d'ailleurs le sens de mon propos quand je dis qu'il faut qu'elle continue à exister car elle est de grande qualité. Ca permet effectivement d'apprécier le jeu des acteurs comme tu le dis (la voix en fait partie malgré tout un petit peu). Penser que vouloir voir les films en VO est snob, je trouve juste que c'est un peu... rapide?

 

à Anokha

Pour les non bilingues, vaut-il mieux lire les sous-titres ou apprécier le jeu des acteurs ?

 

du snobisme de préférer les films en VO

Je comprends tout à fait les arguments des adaptateurs de films en français car une majorité de nos compatriotes ont du mal avec l' anglais (les adaptations françaises sont d'ailleurs très bien faites et doivent continuer) mais de là à estimer qu'il est snob de préférer les films en VO...
Je suis tellement rassuré quand j'entends la vraie voix de Woody Allen ou de Sean Penn, les intonations, la rythmique, les sentiments qui y passent! OK les dialogues peuvent être résumés mais c'est tellement plus naturel!

 

Sur Facebook

Sur Twitter

Articles du mois