"Nebraska", million dollar daddy

mardi 1 avr. 2014 | Marco Pierrard

Très bon

Un vieux monsieur désorienté décide d’aller réclamer le gros lot qu’il pense avoir gagné à une loterie par correspondance. Un magnifique road movie familial, drôle et émouvant.

Woody Grant (Bruce Dern) est un vieil habitant du Montana persuadé qu’il a gagné un million de dollars lors d’un improbable tirage au sort par correspondance. Malgré les tentatives de sa famille pour le raisonner, il ne cesse de s’échapper pour tenter de rejoindre le Nebraska et réclamer son gain en personne. Face à la détermination du vieil homme, David (Will Forte), l’un de ses fils, décide finalement de l’accompagner dans sa quête absurde.

Pendant le périple, Woody se blesse et les deux hommes doivent s’arrêter dans la petite ville du Nebraska qui a vu naître ce père borné. Cette étape inattendue est l’occasion de retrouvailles avec des membres de la famille qui font remonter les lointains souvenirs du vieil homme. Une folle expédition qui va rapprocher David de ce père alcoolique qu’il connait finalement très peu.

© MerieWallace Paramount Pictures // Diaphana Films 2013

No country for old men

Nebraska met en lumière l'immoralité de ces sociétés peu scrupuleuses qui vendent du rêve par correspondance et égratine les rapports humains, avec une ironie réjouissante. Il ne faudra pas longtemps pour que le vieil homme naïf se vante d’être un futur millionnaire. Une confidence qui va vite faire le tour de sa petite ville natale et entraîner un changement d’attitude de la part de "vieux amis" et membres de sa famille qui révèlent alors leur vraie nature. Face à ce monde cynique, on éprouve une immense sympathie pour ce vieux fou et son obstination digne de Don Quichotte. La quête est extravagante, l’espoir insensé, c’est précisément ce qui les rend admirables.

Liberté, dignité, paternité

Woody n’est pas un homme vénal, s’il court après ce million de dollars, aux dépens de sa santé, c’est qu’il y voit l’occasion d’acheter une camionnette… et un compresseur à air, le sien ayant été "emprunté" par un ami. Ce père déboussolé est touchant car son objectif est au final de "laisser quelque chose" à ses enfants après son départ. Ce gros lot providentiel doit lui permettre de régler quelques comptes et partir la tête haute, malgré tout. Une quête pour retrouver sa fierté illustrée par la dernière scène du film, magnifique. Nebraska traite avec justesse de la paternité et de la dignité d’un homme, deux thématiques subtilement mêlées.

Alexander Payne réussi le pari d’un film divertissant et lumineux, sublimé par l’utilisation du noir et blanc et des acteurs brillants. Bruce Dern incarne ce père touchant sans jamais tomber dans le pathos, une performance récompensée par le prix d’interprétation au dernier Festival de Cannes. Un road movie familial très attachant qui donne envie de rendre visite à des proches qui ne le sont plus vraiment, parce que le temps passe trop vite.

Nebraska, réalisé par Alexander Payne, Etats-Unis, 2013 (1h55)

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois