Moebius, la neuvième dimension

samedi 10 mars 2012 | Louis Paulin

Jean Giraud, alias Moebius, est décédé ce samedi 10 mars, à l'âge de 73 ans. Citazine l'avait rencontré en juin dernier à Cherbourg, dans le cadre de l'exposition "Moebius multiple(s)". Portrait d'un dessinateur génial, inventeur de mondes, publié sur Citazine le 20 juin 2011.

Il est le dessinateur français le plus célèbre et le plus influent dans le monde. Un Pape halluciné et hallucinant, créateur de BD aussi mythiques que Blueberry, l’Incal ou Arzak, une bande-dessinée muette. Un talent multiple à l’imagination débordante, consulté sur Le Cinquième élément, Tron, Alien, Abyss et même "pillé" par les créateurs de Star Wars. Enfant génial, savant fou et vieux sage, Jean Giraud est désormais célébré par les musées. Rencontre avec Moebius à l’occasion de l’exposition Moebius multiple(s), à Cherbourg.

En médecine, le syndrome de Moebius décrit une maladie rare due au sous-développement de certains nerfs crâniens. Un comble. Si le nom de Moebius est mondialement connu aujourd’hui, c’est bien grâce aux innombrables images, aux univers délirants sortis d’une boîte crânienne en ébullition, à laquelle il ne manque pas une seule case.
Une tête, créatrice depuis 40 ans de mondes foisonnants et mystérieux, extraterrestres, sous-marins ou nocturnes, aux confins de l’inconscient. Un cerveau en prise directe avec le rêve. « Mes dessins sont bons. Mais, je les avais rêvés mieux. Je rêve toujours plus gros que mon pinceau ». Celui de Jean Giraud. Ou Gir. Ou Moebius.

Un artiste en transe (adepte des champignons hallucinogènes et du cannabis, « techniques pour contacter une autre réalité ») qui dessine vite et tout le temps. « Je collabore avec la main. La main part ; puis le pinceau. En liberté. Et je suis là, derrière. J’attends, à l’affut, en embuscade ». Expérimente, improvise beaucoup, allant même jusqu’à inventer le dessin automatique s’inspirant de l’écriture du même nom des surréalistes Breton et Soupault. « Il m'arrive parfois d'arrêter de dessiner d'un seul coup parce que c'est trop ! Je me dis : il se passe quelque chose, là. Je suis au spectacle, et c'est mon papier qui est la scène... Alors j'arrête par trop-plein d'échec ou de jouissance. Il se passe une histoire incroyable, une histoire parallèle, qui est celle du trait. L'histoire de la représentation par rapport à la mémoire visuelle, aux capacités qu'on a de la retranscrire dans un champ à deux dimensions... ».

« Moebius, c’est un solo de jazz »

Prénom triple (Jean Henri Gaston), pseudonyme double (Gir, Moebius), sous ses faux airs du Dr Emett Brown dans Retour vers le Futur ou du savant fou dans Tintin et l’Etoile mystérieuse, Giraud est unique. Consacré "Meilleur artiste en arts graphiques" par Jack Lang, décoré en 1985 de l'Ordre des Arts et des Lettres par Mitterrand, Grand Prix du festival d’Angoulême en 1981, "timbré" en 1988, celui qui séduit au Japon comme aux Etats-Unis est un enfant de la banlieue Est de Paris. Il a vu le jour le 8 mai 1938 à Nogent-sur-Marne.


Alors qu’il a 3 ans, ses parents se séparent. Il est recueilli par ses grands-parents maternels à Fontenay-sous-Bois. Très vite, ses cahiers d’écoliers se couvrent de méchants petits dessins représentant de sanguinaires hors-la-loi ou de féroces Apaches préfigurant déjà Blueberry. « La première fois où je me suis retrouvé avec un papier et un crayon, se souvient-il, j’ai obtenu un incroyable succès dans ma famille. Ca m’a marqué au fer rouge. Cette récompense est devenue ma nourriture, presque ma drogue. Tout vient de là. » La révélation arrive à l’âge de 14 ans avec la découverte de la science-fiction. Grâce à son père. « Il m’a donné une revue en me disant : "tu vas voir, c’est nouveau. Ça révolutionne la pensée. Ça va te plaire." Comme moi, il avait cet emballement pour la nouveauté et l’écume des choses plutôt que pour l’érudition ». Il y a là les pionniers de la SF : Isaac Asimov, Philip K. Dick, Michael Moorcock. La SF ne le quittera plus. La bande dessinée américaine - Flash Gordon, d’Alex Raymond, Prince Vaillant d’Harold Foster - s’impose aussi à lui.

Franck et Jérémie, les débuts

En 1954, à 16 ans, il entre aux Arts appliqués où il reste deux ans. Il publie ses premières illustrations en travaillant à la fois pour la publicité, la mode ou la décoration. Il collabore aussi à divers journaux comme Cœur Vaillant ou Far West. C’est dans ce dernier titre que paraît sa première BD, Franck et Jérémie, entre février et juillet 1956. La même année, il quitte la France pour le Mexique où il séjournera huit mois. A son retour, il fait une rencontre déterminante : Joseph Gillain, chef de file de la BD réaliste européenne, plus connu sous le pseudo de Jijé. Apprenti dessinateur, Jean Giraud l’aide à réaliser un épisode de Jerry Spring, La route de Coronado, une série western dans le journal Spirou.

En 1963, Giraud rencontre Jean-Michel Charlier qui cherche un dessinateur pour un western à paraître dans l’hebdomadaire de BD, Pilote. Le lieutenant Blueberry est né. "Gir" secoue l’univers du scénariste de Barbe-Rouge et Buck Danny. Le héros boit, joue, triche surtout, fréquente des prostituées et refuse de se laver.
Mais Giraud veut aller plus loin encore et profite des revues underground, Hara Kiri, l’ancêtre de Charlie Hebdo, L’Echo des savanes et de son pseudo, Moebius, pour révolutionner la BD, la faire sortir de l’enfance. L’artiste envoie valser les cadres imposés : une BD rassurante, asexuée, aux héros sans reproches, celle du Tintin d'Hergé et du Blake et Mortimer d'Edgar P. Jacobs. « Tous les reliefs du monde nécessitent un dédoublement. Jean-Giraud est mon côté cartésien, appliqué, perfectionniste. Moebius, c’est un solo de jazz. »

Le père de la diva du Cinquième élément

En 1975, il fonde Metal hurlant avec Phillippe Druillet et Jean-Pierre Dionnet, qu'il inaugure avec Arzak, ou Arzac, ou Arzack : un sorcier à l’orthographe indéterminé, traversant des univers mélancoliques sur le dos de son fidèle Ptéroïde, mi-organique, mi-robotique. Seconde rév(e)olution. Le héros est muet et le scénario inexistant. C’est le dessin qui parle. L’histoire s’improvise sous les yeux du lecteur. Le succès est au rendez-vous et permet à Druillet et Giraud, qui ont une vision très précise de ce qu’ils veulent faire, de monter une maison d'édition consacrée à la science-fiction, Les humanoïdes associés. Les deux complices continuent de tout dynamiter sur leur passage. Avec sa série Lone Sloane, Druillet se passe du découpage linéaire en cases rectilignes, compose en étoile, en éclaté, et dans toutes les formes imaginables.

Moebius continue de revisiter la SF, de proposer des comics cosmiques. Avec L'Incal, qu'il dessine sur un scénario du cinéaste et poète chilien Alejandro Jodorowsky, il fait à nouveau confiance à l’anti-héros. Affublé d’une "mouette à béton", Deepo, plus intelligente que lui, le "détective privé minable de classe R" John Difool s’embarque dans une histoire qui le dépasse totalement et dépasse même son créateur. « J'aime la science-fiction parce qu'elle ouvre en grand les portes de l'espace et du temps et surtout parce qu'elle me permet d'aborder de façon très directe mes préoccupations essentielles », explique l'auteur.

Ses univers graphiques, indescriptibles mais harmonieux, regorgent de villes mondes aux méandres et ruelles labyrinthiques, de paysages arides et lunaires, inventent la bande vidéo et intriguent rapidement le cinéma. De la conception de l’ambiance graphique de films à la participation au story-board (langage visuel qu’il considère comme une passerelle entre la BD et le cinéma), Moebius participe aux projets Alien (1979)  Blade Runner (1982), Les Maîtres du temps (1982) Tron (1980, premier film associant prises de vue directes et images de synthèse), Little Nemo (1989) et Abyss (1989), Le Cinquième élément (1997).

Giraud collabore à des films de science-fiction majeurs. Il dessine les costumes pour Ridley Scott, imagine les créatures sous-marines que rencontre Ed Harris, et conçoit le personnage de la diva pour Luc Besson. Sa rencontre avec Jodorowsky avait d'ailleurs commencé par l'ambitieux projet d'une adaptation au cinéma de Dune de Franck Hebert. Le projet n'aboutira pas, malgré des centaines de dessins préparatifs.

L'entrée au musée

En 1996, Jean Giraud crée sa propre maison d’édition, Moebius Productions, avec sa femme, Isabelle. Depuis, l’artiste et son œuvre ont quitté le monde de la BD pour atteindre une dimension supérieure. En 2008, il explore ainsi une nouvelle dimension de l’interaction entre bande dessinée et technologie actuelle : sous le titre de La citadelle du vertige, il transpose l’univers du Garage hermétique, récurrence de ses dessins, sous forme de parcours sensoriel au… Futuroscope de Poitiers.

Le dessinateur s’est également élevé au rang de peintre en faisant l’objet d’expositions ou en étant associé à de nombreuses manifestations d’art contemporain. Après l’expo Miyazaki-Moebius de 2005, Dormir, rêver… et autres nuits en 2006 au Musée d’art contemporain de Bordeaux aux côtés de Sophie Calle ou Duane Michael, le rétrospective événement Moebius Trans-forme en 2010 à la Fondation Cartier ou l’Art Dubaï en février dernier ; c’est au tour de la ville de Cherbourg de lui rendre hommage. Après Bilal, Schuiten et Peeters, Loustal, Juillard et Hugo Pratt, la 6e biennale du 9e art lui est consacrée jusqu’au 31 décembre. Découvrez Moebius multiple(s), voyage imaginaire au sein de mondes oniriques, aquatiques ou désertiques de l’artiste. Plus de deux cents œuvres, dont plusieurs inédites et conçues spécialement pour Cherbourg autour du thème de l’épopée transatlantique, sont exposées. Voyage onirique et fantastique !

 

> Moebius Multiple(s), du 17 juin au 31 décembre 2011, au Musée d'art Thomas-Henry, 4 rue Vastel, 50100 Cherbourg-Octeville. Entrée libre. Plus d'infos : ville-cherbourg.fr.

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook