"J’avancerai vers toi avec les yeux d’un Sourd", cri du coeur

mercredi 20 janv. 2016 | Marco Pierrard

Intéressant

Dix ans après la mort de Vincent, un ami Sourd, Laetitia Carton réalise le documentaire qu’ils avaient imaginé ensemble pour mettre en lumière la communauté Sourde. Un hommage intime et revendicatif qui permet de découvrir un monde silencieux dont l’identité et la culture restent largement ignorées.

Dans ce documentaire, Laetitia Carton s’adresse directement à Vincent Carrias, un ami Sourd qui l’avait initiée à la langue des signes, pour lui donner des nouvelles de “son pays” dix après sa disparation. J’avancerai vers toi avec les yeux d’un Sourd est à la fois un hommage très intime de la réalisatrice à son ami mais aussi un voyage fascinant dans le monde méconnu des Sourds. On y découvre une communauté en lutte qui doit se battre encore et toujours pour faire reconnaître sa langue et sa culture face aux choix fait, en son nom, par les entendants. Une plongée dans un univers silencieux qui a beaucoup de choses à nous apprendre, à condition de ne plus considérer la surdité comme un handicap mais comme une richesse.

J’avancerai vers toi avec les yeux d’un Sourd © Kaeleo Films - Epicentre films

Le silence est d’or

L’hommage, très personnel, que Laetitia Carton rend à son ami Vincent, qui lui a fait découvrir le monde de la surdité, sert de fil rouge à l’immersion progressive du spectateur. La réalisatrice propose de découvrir cet univers de silence et ses codes très particuliers qui l’ont fascinée. Il est évidemment beaucoup question de la langue des signes, cette méthode de communication à la fois fascinante et lointaine tant ses règles nous échappent. Lors de séances d’apprentissage de cette langue où chaque geste compte, la caméra capte toute la beauté, mais aussi la complexité de ce langage où des signes similaires peuvent exprimer des mots ou des notions différentes, selon les expressions du visage. Une subtilité souvent négligée par les entendants qui ne voient dans cette façon de communiquer de simples jeux de mains, alors que l’expression faciale y est déterminante pour se faire comprendre.

Cette difficulté d’appréhender l’univers des Sourds et ses codes pour ceux qui ne le sont pas est aussi amplifiée par un manque de motivation qui cloisonne les deux mondes. La réaction des gens autour de la réalisatrice lorsqu’elle a décidé de s’intéresser aux Sourds est à ce niveau très éclairante : tout le monde lui a demandé si elle avait dans son entourage une personne sourde ou si elle était une professionnelle de santé. Personne ne pouvait s’imaginer qu’elle pouvait partir à la découverte de personnes sourdes par simple envie et curiosité, sans avoir une raison d’ordre familiale ou médicale, sans y être obligée. Cette mise à l’écart des sourds, le documentaire la dénonce et prend une tournure revendicative en donnant la parole à des militants souhaitant la reconnaissance de la langue des signes à part entière. Ces personnes sourdes qui ont en commun une identité culturelle, historique et une langue, celle de signes, sont désignés comme Sourds - avec une majuscule - pour les distinguer du terme sourd sans majuscule qui caractérise le condition médicale d’une personne atteinte de surdité.

J’avancerai vers toi avec les yeux d’un Sourd © Kaeleo Films - Epicentre films

La tyrannie du son

Au-delà de son aspect pédagogique, J’avancerai vers toi avec les yeux d’un Sourd est un film clairement politique dans sa volonté de faire entendre une parole dissidente du discours ambiant sur la nécessité de “normaliser” les personnes sourdes. Certains dénoncent en effet la volonté de vouloir systématiquement “soigner” les sourds en leur imposant, dès le plus jeune âge et avec l’accord de parents inquiets pour le futur de leur progéniture, un appareillage qui leur permet d’entendre le monde environnant. Une pratique permise par l’avancée de la technologie qui s’accompagne de la méthode orale pure qui consiste à apprendre aux sourds à verbaliser tant bien que mal les mots, excluant de fait la langue des signes.

Cette orientation qui a tendance à réduire la surdité à un handicap sans considérer sa culture est ressentie par certains sourds comme une véritable oppression décidée par ceux qui ont le vrai pouvoir : les gouvernements et le corps médical. Ces militants dénoncent également le manque de places dans des écoles bilingues où la langue des signes est enseignée au même niveau que le français. Cette revendication pour la réhabilitation de la langue des signes pose de nombreuses questions sur le prix à payer pour une minorité pour qu’elle soit acceptée au sein de le communauté, qui pourrait s’appliquer à de nombreux autres combats. Et si c’était au final à la société de s’adapter à la communauté Sourde, dans le respect de sa culture ? Un débat polémique et intellectuellement vivifiant que le documentaire a l’audace de poser.

Tendre et empathique, J’avancerai vers toi avec les yeux d’un Sourd est une invitation à découvrir un monde fascinant. Accompagné par la musique organique de la chanteuse Camille, le film fait également réfléchir sur notre propre attitude face à cette communauté, avec l’espoir de rendre un jour obsolète l’expression "un dialogue de sourds".

J’avancerai vers toi avec les yeux d’un Sourd, réalisé par Laetitia Carton, France, 2015 (1h45)

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois