Enfin un dictionnaire franco-parisien !

vendredi 20 déc. 2013 | Dorothée Duchemin

Le premier dictionnaire franco-parisien est disponible depuis la rentrée. Il s’adresse à tous ceux qui viennent d’une ville étrangère, comme Angers ou Metz. Mais aussi aux Parisiens qui ne maîtrisent toujours pas la langue et ont parfois un train de retard.

Le parisien, s’il s’agit bien d’un dialecte proche du français, reste un idiome déconcertant. Difficile à maîtriser, il évolue trop rapidement pour celui qui ne serait pas en éveil constant. Le Parisien, le vrai, aime à user sans limites de ces expressions qui font de lui un Parisien. Avec ses amis, il cultive l’entre-soi dans une jouissance à peine dissimulée.

Soucieux du provincial qui franchirait le mur d’enceinte de la capitale, Jean-Laurent Cassely et Camille Saféris1 ont publié Je parle le Parisien, dictionnaire franco-parisien, aux éditions Parigramme. Grâce à ce petit guide, votre regard s’illuminera lorsque vous entendrez prononcé le mot "glunge". Et vous pourrez hocher intelligemment du bonnet à l’évocation du "shabby chic".

Il faudra sans doute réactualiser ce dictionnaire dans un an, mais pour l’instant, il remplira très bien son office. Et il devrait vous faire davantage marrer que le Petit Robert. Surtout que cette première édition est illustrée façon roman-photo. Et le Parisien mis en scène est assez cocasse. La preuve : vous débarquez à Paris et chercher un appartement mignon, sans trop de prétentions pour vous installer. Avant de déchiffrer les petites annonces, munissez-vous du dictionnaire franco-parisien.

On vous propose une studette ? Comprenez que l’annonce évoque un "Placard pouvant atteindre en toute légalité 600 euros par mois." Et si l’appartement est atypique, il s’agit en fait d’un "espace habitable original, voire biscornu et dans tous les cas probablement invivable." Vous êtes étudiant ? 10 mètres carrés fonctionnels, c’est idéal pour vous.

L’important étant de dénicher un logement "bien agencé". Une vue de l’esprit "qui permet au Parisien de vivre dans le déni de toute oppression spatiale". Une fois que vous aurez trouvé cette merveille, posez vos valises !

Bien installé dans votre nouvelle vie parisienne, vous vous êtes tout à fait acclimaté. Vous écoutez France Inter le matin. Casual chic ou basique, vous êtes à l’aise dans vos baskets. Votre appart’ est sympa, mais vous cherchez "un loft arty à Pantin, le nouveau Brooklyn". Vous n’assistez à des représentations que dans des théâtres subventionnés et passez vos week-end au CentQuatre, un Télérama calé dans la poche arrière de votre denim.

Tout cela, c'est quand vous n'êtes pas à New York, parce que vous ne pouvez pas vous passer de son "énergie très particulière". Et vous shoppez tous les "must-have" et "it" en tout genre, "it bag, it glasses"... avec votre meilleure pote, une "it girl". 

Pour le dej’, vous hésitez toujours. Irez-vous dans votre cantine ? "Cet endroit confiné et hors de prix dans lequel vous avez vos habitudes" ou vous préparerez-vous un bento, "cette néo gamelle urbaine appelée aussi lunch box" ? En tout cas, c’est certain, vous attraperez un café latte chez Starbucks avant d’arriver au bureau.

En fin de journée, vous êtes en forme. Vous partez en "afterwork", avant d’enchaîner sur un "before", pour ensuite filer au Wanderlust parce que vous êtes dans "le mood". Vous finissez en "after" avant de rejoindre votre "PQR", une jolie fille hippie-chic, "cette tendance qui consiste à appréhender la garde de robe de Patti Smith avec une grille de prix adaptée aux robes Channel". Le Plan G Régulier peut aussi être un designer en baskets et barbe de trois jours. Au petit matin, vous décidez d’aller voir "un film inrocks" le soir même. Attention, ça devient sérieux. Ensemble, vous dites des saloperies sur ceux qui ne sont pas comme vous, qui apprécient Christophe Maé. Vous les appelez #lesgens.

Restez sur vos gardes, vous ressemblez de plus en plus à cette caricature réjouissante de ceux qui n’ont pas besoin du dictionnaire franco-parisien. Heureusement, quand vous êtes vraiment tout seul, il vous arrive parfois de mater du "mainstream", genre Fast & Furious.

> Je parle parisien, dictionnaire franco-parisien, Jean-Laurent Cassely et Camille Saféris, édition Parigramme, 2013

Illustrations : Kwikstori/Lionel Piovesan

  1. 1. Jean-Laurent Cassely est journaliste et auteur. Camille Saféris est comédien, auteur, chroniqueur.
0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook