Dorcelle, l’autre Dorcel

lundi 26 nov. 2012 | Dorothée Duchemin

Accessible depuis vendredi dernier, Dorcelle.com est un webzine porno, pour les femmes qui aiment le porno. Cette nouvelle plateforme, élaborée au sein de l’écurie Dorcel, pourrait aussi donner envie à celles qui hésitent encore. 

Dorcelle.com, le logo

Dorcelle.com, le site porno pour les femmes que vient de lancer Dorcel, est un peu à YouPorn ce que le love store est au sex shop. C'est propre, on peut y pénétrer sans raser les murs. 
La brochette était belle vendredi matin lors de la conférence de presse. Katsuni, Anna Polina, Coralie Trinh Thi, Angela Tiger étaient les ambassadrices de choc de cette nouvelle plateforme pornographique lancée par le roi du porno chic, Dorcel. "La luxure depuis 1979", aime rappeler le slogan de la maison.  « On ne veut pas révolutionner le porno, lance Grégory Dorcel, l’héritier, on veut seulement proposer aux femmes un lieu où elles se sentent bien. »

Les femmes, une manne jusqu’ici ignorée

C’est une enquête commandée auprès de l’institut Ifop qui les a mis sur la voie. D’après les chiffres, 82% des femmes ont déjà regardé du porno et 18% d’entre elles en consommeraient au moins une fois par an - dont 2% une fois par semaine et 3% une fois par mois 1. Bien moins que les 63% côté hommes, mais tout de même un chiffre non négligeable. "Les femmes veulent du porno", a dit l'Ifop. "Mais comment leur proposer et sur quel support ?", s’est alors demandé la maison Dorcel.

Une première enquête avait déjà été menée en 2009. Chez Dorcel, on a senti le vent tourner sans trouver pour autant le mode d'emploi. D’après la petite histoire, ce sont les employées des deux Dorcel qui ont frappé à la porte de leurs patrons pour leur proposer de réfléchir elle-même à une plateforme pornographique pour les femmes.

Féminin mais pas féministe

Pour créer Dorcelle.com, un fil rouge : « je suis une femme, qu’est-ce qui m’excite ? », raconte l’attachée de presse Adeline Anfray qui a participé à la construction du site. Une question simple loin des préoccupations féministes. « Moi, ça me gonfle cet amalgame qu’on fait entre le porno féministe et le porno féminin. On veut proposer un porno qui plaît aux femmes sans porter de message politique ! », commente Coralie Trinh Thi, ancienne actrice porno et coréalisatrice, avec Virgine Despentes du film Baise-moi.

Coralie Trinh Thi | Photo Dorothée Duchemin

Et l’image dégradante de la femme véhiculée dans certains porno ? « C’est sexiste de parler d’image dégradante de la femme. Rien n’est dégradant, tant qu’on l’a choisi ! Et puis, un gonzo amateur un peu crade peut être aussi excitant qu’un porno très esthétique à la Michael Nin ! », Poursuit-elle. Idem du côté d’Anna Polina, actrice star de l'écurie Dorcel : « Je suis féministe pro-sexe. Cette idée du corps qu’on ne doit surtout pas marchander parce qu’il est trop précieux, on l’apprend par cœur depuis qu’on est tout jeune, mais ce n’est pas ça la liberté. »

Anna Polina | © Marc Dorcel

Pour tous les goûts, toutes les envies

De l'actu, des quizz, des chroniques, des conseils, mais aussi ... des films ! Sur Dorcelle.com, on trouve du hardcore, des films à histoire ou des trucs pour maman comme les Culottes de Charlotte ou Les amants de LadyChatterley. Les lesbiennes y trouveront leur compte. Même celles qui veulent ce porno engagé : Orgie en Noir, d’Ovidie est dans la sélection. Fantasmes, glamporn, parodies... le site classe les films en neuf catégories, des genres pour Coralie Trinh Thi. « C’est faux de dire que quand on a vu porno, on les a tous vus. Le genre de porno qu’on veut regarder, dépendra de l’état d’esprit dans lequel on est. Parfois, on préfère une comédie à un thriller, là, c’est pareil. »

Au début des années 2000, la maison avait collaboré avec Ovidie. La papesse française du porno féministe avait en effet réalisé deux films pour la maison de production, Orgie en Noir et surtout Lilith, portrait d’une femme engagée. « Pour tout vous dire, si les films ont été des succès sur le plan médiatique. Ils ont fait des bides. » Un porno engagé plus intello et cérébral que la production traditionnelle que Dorcel ne compte pas reproduire. Mais qui réussit tout de même à trouver sa place sur le site. Tout comme la réalisatrice Erika Lust, elle aussi présente dans la sélection.

Pas de contenu exclusif

Capture d'écran de Dorcelle.com

Il n’est pas du tout question de créer du contenu pour les femmes. « Notre contenu n’est pas spécifiquement féminin. Ce n’est pas l’esprit du site, ni le discours. Les femmes sont excitées par les mêmes choses que les hommes, poursuit Coralie. C’est simplement la manière de l’aborder qui ne sera pas la même. »

Sur Dorcelle.com, il s’agit de mettre en avant des films qui existent déjà, sélectionnée pour les femmes, par l’équipe féminine de chez Dorcel. « On n’a pas à inventer de contenu. Si 90% de la production masculine ne convient pas aux nanas, notre travail consiste à sélectionner, dans le monde entier, du contenu qui plaît aux femmes. Et notre catalogue est énorme ! On va aller chercher dans le monde entier ce qui se fait de mieux  », martèle Grégory Dorcel.

Un webzine qui pourrait bien plaire aux hommes

 

Katsuni | Photo Dorothée Duchemin

Dorcel frappe en tout cas très fort avec ce Webzine porno, participatif, qui sera sans doute rapidement, un espace privilégié par les consommatrices. Interrogé sur la nécessité de se recycler dans un secteur aussi en crise que l’industrie du X, Grégory Dorcel répond un peu à côté mais répond quand même : « Il faut être dans le temps de notre société. Soit on regarde les mœurs évoluer en restant le cul sur notre chaise, soit on essaie aussi d’évoluer. » L’idée est bonne c’est sûr, surtout que les films sont évidemment payants ! Et une force de frappe à la Dorcel pourrait convertir des femmes au porno et pas seulement s'appuyer sur les habituées.

En tout cas pour Katsuni, qui donne des conseils sexo sur Dorcelle.com, l’idée est tellement bonne qu’elle devrait même attirer des hommes. « Il y a aussi une vraie demande de la part des hommes. Ils ont aussi envie d’érotisme, d’esthétisme. »

 

  1. 1. Et non ce que nous avions indiqué initialement : 18% de cosommatrices régulières
0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook