Diaz - Un Crime d'Etat : Attention, film coup de poing

jeudi 6 juin 2013 | Etienne Baiffer

Ce film engagé, qui se plonge dans les violences policières lors du G8 de Gênes, bouscule le spectateur.

Juillet 2001. Au lendemain de la mort de l'étudiant et activiste Carlo Giuliani lors des émeutes anti-G8, à Gênes, des militants altermondialistes, des syndicalistes et des journalistes se retrouvent dans l'école Diaz pour y passer la nuit. Un peu avant minuit, 300 policiers prennent l'établissement d'assaut, pensant y trouver des membres du Black Block, des anarchistes violents. Mais, alors qu'ils se retrouvent face à des individus pacifiques les forces de l'ordre se mettent à frapper à l'aveugle, avec une violence inouïe.

On entend souvent parler de "films coups de poings", si bien que l'expression finit par ne plus signifier grand chose. Mais force est de constater que Diaz - Un Crime d'Etat est une œuvre de cette trempe. Impossible de rester impassible face à ces actes de violence policières, retranscrits avec un réalisme perturbant. Certaines images d'archives se mélangent aux scènes de fiction, renforçant cette impression.

On en ressort révolté, indigné, et durablement secoués. Et encore, le réalisateur, Daniele Vicari, qui s'est appuyé sur des témoignages de victimes pour écrire ce film, dit être resté en-deça des brutalités subies par les manifestants. Il explique avoir voulu réaliser ce film en tant que citoyen, car il pense que ces événements portent en eux le germe de la crise que connaît l'Italie aujourd'hui. "Cela remet aussi en question ce vieux cliché selon lequel certains faits ne peuvent se produire que sous un régime autoritaire", précise-t-il. Diaz - Un Crime d'Etat n'est pas un film "aimable", mais c'est une œuvre qui a du cœur et des tripes. Suffisamment pour remuer les consciences. Celles de spectateurs acceptant d'être bousculés.

> Diaz - Un Crime d'Etat de Daniele Vicari, Italie (2 h)

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois