Dias de gracia : football et crime

jeudi 14 juin 2012 | Etienne Baiffer

2002, 2006, 2010, trois destinées qui s'entremêlent à Mexico, cité du crime, sur fond de coupes du monde de football.

 

Si l’Euro de football truste l’actualité sportive, ce sont les Coupes du Monde 2002, 2006 et 2010, qui rythment Dias de Gracia. Ces "jours de grâce" auxquels fait allusion le titre sont ceux qui composent le mois que dure la compétition. Une trentaine de journées durant lesquelles la vie suspendrait son cours et les criminels baisseraient la garde. Du moins à Mexico. Dias de Gracia est un film puzzle, comme le Mexique aime en produire (Alejandro Gonzales Inarritu en a fait sa spécialité).

Dias de Gracia | Photo DR

Un policier, un gamin qui veut jouer les gros bras et une femme dont le mari vient de se faire enlever en sont les trois principaux personnages. Leurs histoires se mélangent, se confondent parfois. Le spectateur est un peu perdu, mais c’est volontaire et les pièces finissent par s’emboîter une à une. Dias de Gracia échoue parfois à entretenir de véritables surprises (nul besoin de talents de devin pour anticiper certains twists). Il croule aussi sous les petits effets de mise en scène, comme si le réalisateur, Everardo Gout, venu du monde du clip, avait voulu dresser la liste de ses compétences techniques. S’il aurait gagné à être resserré, ce thriller devrait séduire les amateurs de films nerveux, faisant rimer corruption, trahison et rédemption.

> Dias de Gracia de Everardo Gout, France-Mexique, 2010, (2h13)

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois