Opération réussie à la Clinique de l'amour

jeudi 28 juin 2012 | Etienne Baiffer

Si les interventions chirurgicales dans ce bloc opératoire sont rares, l’humour, lui, opère. 

L'équipe soignante de la Clinique de l'Amour | Photo DR

Et si le salut de la comédie française se trouvait dans la parodie et l’humour absurde ? Les OSS 117 de Michel Hazanavicius, Steak et Rubber de Quentin Dupieux, Le grand soir de Gustave Kervern et Benoît Delépine, réussites plus ou moins récentes de ce genre hexagonal sinistré se glissent dans ces deux catégories. La Clinique de l’amour !  ne peut que les y rejoindre.

Le deuxième film réalisé par Artus de Penguern, douze ans après Grégoire Moulin contre l’humanité, est à l’image de son auteur : fantasque, lunaire, poétique et déjanté. Des qualificatifs qui correspondent aussi aux personnages qui peuplent l’hôpital privé dont il est question dans le titre. Un chirurgien loin d’être un as du bistouri, une infirmière vénale, une autre irascible, un patient suicidaire, véritable catastrophe ambulante, et même, un ours… se croisent dans ce décalque azimuté des séries télés médicales. On pense parfois aux gags visuels de Jacques Tati et, à d’autres moments, aux meilleurs moments de la série culte québécoise Le Cœur a ses raisons. La mise en place de l’intrigue n’est pas la plus captivante, mais peu à peu, la perfusion de dinguerie fait effet pour culminer dans un final à rallonge loufoque, digne d’un délire sous anesthésie.

Artus de Penguern et un ours | Photo DR

Tout n’est pas réussi, mais l’ensemble l’est bien davantage que la majorité des comédies signées, au hasard, Onteniente, Aghion ou Lavaine. Le casting, composé, entre autres de Héléna Noguerra, Bruno Salomone et Dominique Lavanant, nous change des Kad Merad, Franck Dubosc et Mathilde Seigner. Surtout, La Clinique de l’amour ! a le mérite d’exister et de tenter d’imposer sur grand écran un humour qui ne s’enferme dans aucun carcan, passe du trivial au familial (et vice-versa), et ne cherche pas à appliquer des recettes toutes faites. La Fête du cinéma est peut être terminée mais le film vaut le coup d’être célébré en salle. Rire, c’est bon pour la santé ! 

 

> La Clinique de l'Amour, réalisé par Artus de Penguern, France/Belgique/Luxembourg, 2011 (1h23)

 

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois