"Charlie Countryman", un trip qui fait pshitt

mardi 13 mai 2014 | Marco Pierrard

Décevant

Charlie s’exile à Bucarest où il tombe amoureux de la ravissante Gabi et se retrouve poursuivi par son ex, un dangereux caïd local. Un périple frénétique qui malheureusement se perd en route.

Charlie (Shia LaBeouf) est dévasté par la mort de sa mère. Quelques minutes après son décès, la défunte apparait devant lui et lui conseille de partir à Bucarest. Complètement perdu, le jeune homme s’engage dans ce voyage initiatique et atterrit dans la capitale roumaine où le destin met sur sa route la charmante Gabi (Evan Rachel Wood). Charlie se heurte très rapidement à Nigel (Mads Mikkelsen), un caïd local qui ne voit pas d’un bon œil l’idylle naissante entre son ex et le jeune américain. Malgré des menaces de plus en plus virulentes, Charlie décide de ne pas se laisser impressionner et tente d’extraire Gabi de cet entourage dangereux, au risque d’y laisser sa peau.

© MediaPro Pictures

Acteurs au top

Pour son premier film, Fredrik Bond s’est entouré d’acteurs solides qui livrent des prestations remarquables, Shia LaBeouf en tête. L’acteur qui a défrayé la chronique ces derniers temps avec des apparitions publiques et des messages sur Twitter pour le moins énigmatiques est crédible en jeune paumé lancé dans cette aventure improbable. Evan Rachel Wood est parfaite dans son rôle ambigu de femme dure et fragile à la fois, tiraillée entre son attirance pour Charlie et son envie de le protéger qui l’oblige à le repousser. L’excellent Mads Mikkelsen prête quant à lui ses traits anguleux à Nigel, un caïd brutal et terrifiant qu’il incarne de façon très convaincante. Tous font de leur mieux pour donner de l'épaisseur à leur personnage, malheureusement leurs talents réunis ne peuvent sauver un film qui débute sous de bons auspices mais s’essouffle rapidement.

Scenario qui fait flop

Fredrik Bond, maintes fois récompensé pour des spots publicitaires, a également fait ses armes avec la réalisation de clips. Un savoir-faire qui se retrouve dans les passages les plus réussis du film. Le réalisateur sait indéniablement associer le rythme de l’image à une bande son stimulante, sélectionnée ici parmi les titres de Moby, The XX ou encore M83. Mais réussir des séquences ne suffit pas, le film peine à trouver une unité de ton et finit par dériver, lentement mais surement. Le postulat de départ d’une quête d’identité surréaliste séduit mais le mélange des genres – action, comédie, drame, romance – finit par dérouter. Basé sur une idée originale, la promesse d’un voyage radical disparait peu à peu quand le film commence à accumuler les clichés. La conclusion du périple, très conventionnelle, fait oublier les bons moments du film pour laisser une impression d’inachevé.

Charlie Countryman est un trip stimulant qui perd de sa superbe au fur et à mesure que son héros s’en prend plein la tronche. À trop vouloir égarer son personnage dans les rues Bucarest, le réalisateur finit par perdre son propos, s’il en avait bien un au départ. Malgré son rythme, le film ne prend jamais vraiment de hauteur et se repose sagement après des détours qui laissent perplexe. Frustrant.

Charlie Countryman (The Necessary Death of Charlie Countryman), réalisé par Fredrik Bond, Roumanie / États-Unis, 2013 (1h48)

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois