"Range ton gland, je ne suis pas un écureuil"

mardi 12 août 2014 | Dorothée Duchemin

Plus que quelques heures de vacances et vous n’avez plus rien à lire ? Ruez-vous sur Le Bêtisier des sites de rencontres, le worst-of des annonces en ligne. Si draguer est tout un art, même dans sa version 2.0, certain ne sont pas franchement doués (mais c'est ça qui est bon). Un livre en forme d'hommage.

Vous avez dévoré le dernier Fred Vargas. Vous vous êtes enquillé les 7 tomes de À la recherche du Temps perdu et avez même lu deux fois À l’ombre des jeunes filles en fleurs. Mais il vous reste encore quelques heures de vacances, que vous allez passer étendu sur votre fouta, exposé aux mauvais rayons d’un soleil de plomb. « Que lire ? », vous demandez-vous avec inquiétude. Et c'est à ce moment précis de l'été que vous décidez de vous plonger dans le savoureux Bêtisier des sites de rencontre, éditée par la Musardine.

« J’adore les femmes qui mouillent énormément et qui me donne leur culotte à renifler, quand je rencontre, je demande aux femmes de ne pas se laver aux savons. L’odeur de la mouille m’excite énormément », écrit Vieux Porc. Un style sans concession auquel le lecteur préférera peut-être la verve moyenâgeuse de Troubadour, du Havre : « Je suis un troubadour des temps modernes, je ressens en moi, couler dans mes veines le sang des hérauts et des mécènes. Je suis le fils de l’art lyrique et des chants mélancoliques. »

Après son enquête sur la réalité sans fard des sites de rencontres Misère-sexuelle.com, Stéphane Rose, auteur et fondateur des Gérard de la télévision, revient avec Le Bêtisier des sites de rencontres co-écrit avec Aurélie Stéfani, artiste graphiste. Forts d’une longue expérience sur les Meetic et consorts, les deux auteurs livrent ici la quintessence des annonces sexuelles et amoureuses qu’ils ont rencontrées lors de leurs déambulations 2.0. Garanti 100 % authentique, sans sucre ni sel ajouté, le bêtisier des sites de rencontres offre une galerie de personnages remarquables. Des spécimens de tbm ou ttbm (très bien monté ou très très bien monté), des scatophiles, urophiles, fétichistes, âmes en peine, cœurs brisés, poètes et artistes ratés, hargneux, coléreux…

Parmi les prétendants au bonheur, le lecteur rencontrera des candidats à l’amour qui ont appris de leurs précédentes erreurs : « je recherche une future amie qui serait l’exacte contraire de mon ex-épouse », ou ceux qui ont des goûts bien affirmés : « Cherche nourrice avec de gros seins plein de lait pour la téter ». Certains prétendants sont des poètes modernes, qui ont su concilier amour des lettres et ère moderne : « J’aime le PSG et Beaudelaire. » D’autres reconnaissent les grands hommes de l’époque : « Admire Al Patchino et Jean Pierre Pernot [sic] ».

Certains arrivent directement du pays coloré des bisounours : « Bonjour, excusez-moi de vous déranger, je cherche l’amour tout simplement. Bisous ensoleillés à celle qui deviendra ma promise, les autres bonnes chances. »  D’autres sont plus pragmatiques : « Je veux du sérieux avec un homme black. Ça fait de beaux enfants. J’aime les blacks, ils savent faire des câlins et ils savent faire l’amour. Voilà. Moi je veux du sérieux. »

Avouons-le Le Bêtisier des sites de rencontres est un plaisir coupable. Dans l’arène, des êtres maladroits qui, s’ils n’ont pas su trouver les mots pour se rendre attractifs, ont tout de même réussi à être cités dans un bêtisier. Trop exaltés, trop vaniteux, trop prétentieux, trop désespérés, trop en colère, trop tristes, trop passionnés, pas assez bons en orthographe… ils sont tous beaucoup trop. Alors, ceux qui sur la plage jaugent leur voisin du coin de l’œil, seront heureux de river leurs yeux de procureur sur les pages de ce bêtisier.

Et ce ne sera pas la première fois que la petite annonce sera moquée. Non, elle fait souvent sourire, la petite annonce. Même le site du boncoin.fr a ses perles, les perles du boncoin. En février, le site de la Boîte Verte a déniché le meilleur des petites annonces publiées dans le quotidien français Le Matin. Et le Chasseur Français, qu’on connaît davantage pour ses savoureuses annonces matrimoniales que pour ses articles de chasse, pêche et tradition, a sorti cette année le meilleur d’entre elles. Soit le gratin des annonces matrimoniales parmi 450.000 annonces publiées depuis 1885. Au bout du compte, depuis des décennies, les empotés de la petite annonce s’appliquent à égayer notre quotidien. Rendons-leur hommage. 

> Le bétisier des sites de rencontres, Aurélie Stéfani, Stéphane Rose, La Musardine, 2014, 5,90 euros.

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook