"Albert à l’ouest", parodie d'un mauvais western

mercredi 2 juill. 2014 | Marco Pierrard

Décevant

Deux ans après sa première expérience au cinéma avec un ours en peluche obsédé sexuel, Seth MacFarlane est de retour sur grand écran avec une parodie de western. Malheureusement, le dieu de la série animée complètement barrée s’embourbe dans un far west trop étroit pour son humour.

En 1882, quelque part en Arizona, Albert (Seth MacFarlane), un éleveur de moutons qui manque de courage, est amoureux de Louise (Amanda Seyfried). L’idylle tourne court quand la belle se laisse séduire par Foy (Neil Patrick Harris), un gentleman aussi moustachu qu’entreprenant. Pour tenter de reconquérir l’élue de son cœur, le fermier sympathise avec Anna (Charlize Theron), une mystérieuse femme généreuse en conseils de séduction qui vient d’arriver en ville. Albert va se rapprocher dangereusement de cette jolie femme énigmatique dont le mari n’est autre que Clinch (Liam Neeson), un hors-la-loi violent qui ne va pas apprécier cette intimité naissante.

© Universal Pictures International

Comédie à l’étroit dans ses santiags

Avec Albert à l’ouest, Seth MacFarlane se frotte à la parodie de western, dans la lignée de ce qu’avait déjà réalisé Mel Brooks en 1974 avec l’un de ses premiers films Le shérif est en prison. Hélas, le résultat n’est pas à la hauteur des folles productions télévisuelles estampillées MacFarlane – Les Griffin et American Dad! – ou même Ted (2012), sa première excursion déjantée au cinéma. L’auteur prend trop de distance avec son sujet et peine à rendre crédible cet univers de western décalé. Comédie oblige, Albert, le personnage principal, est mal à l’aise dans son époque mais la description qu’il en fait donne l’étrange impression qu’il vient du futur. Albert semble juger les us et coutumes de ses contemporains à l’aune d’une vision moderne. Ce décalage étrange donne un côté artificiel à cet Albert qui manque cruellement d’épaisseur. Manquant de cohérence et d’enjeu, le film tombe dans le piège des parodies qui n’offrent qu’une succession de sketchs et de bons mots plus ou moins réussis. Malgré de bonnes trouvailles – l’entrainante chanson de la moustache par exemple – la comédie navigue à vue, entre situations cocasses – parfois scabreuses – et commentaires décalés sur le style de vie de l’époque. Seth MacFarlane est à l’étroit dans ce far west qu’il semble hésiter à dynamiter de l’intérieur, son humour est moins percutant que dans ses shows télé et tombe parfois à plat.

© Universal Pictures International

Un jeu a(Seth)ptisé

Seth MacFarlane prête habituellement sa voix aux personnages de ses dessins animés, il passe cette fois-ci devant la caméra pour interpréter Albert. Ce passage de l’ombre à la lumière n’aide pas vraiment à faire décoller le film : insipide, MacFarlane n’est clairement pas au niveau de ses camarades de jeu. Le fermier maladroit qu’il incarne peine à susciter l’empathie nécessaire pour capter l’attention, et les autres acteurs ne sont pas vraiment aidés par le scenario. Même le génial Neil Patrick Harris est condamné aux grimaces pour masquer le manque de répliques qui font mouche. Seule Charlize Theron s’en sort avec les honneurs avec un personnage un peu moins caricatural. Elle apporte un peu de fraicheur dans ce film trop inégal pour convaincre.

Que l’on aime on non son humour, Seth MacFarlane excelle dans la création d’univers complètement loufoques. Entre respect du genre et parodie, le réalisateur a ici du mal à appliquer ses recettes habituelles. Albert est effectivement à l’ouest, espérons que la suite de Ted, annoncée pour 2015, permette à Seth MacFarlane de retrouver sa verve habituelle.

Albert à l’ouest (A Million Ways to Die in the West), réalisé par Seth MacFarlane, États-Unis, 2014 (1h54)

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois