Alain Recoing, montreur de marionnettes

lundi 6 févr. 2012 | Sophie Guillemin et Anthony Renaud

Une cinquantaine de spectacles de marionnettes à son actif, Alain Recoing, soixante-trois ans de carrière, est toujours sur scène. Le marionnettiste, militant, a même fondé son propre théâtre : le Théâtre aux Mains Nues, à Paris. Citazine a rencontré cet incontournable montreur de marionnettes, défenseur acharné de cet art qu'il a souhaité entier et transversal. Portrait sonore.

La marionnette, Alain Recoing y consacre sa vie. Depuis 1948, il ne vit que pour elle et par elle. Rien ne le prédestinait pourtant à devenir marionnettiste. Lui, le cinquième enfant d’une famille nombreuse de la bourgeoisie aisée sarthoise, licencié en philosophie. Montreur de marionnettes ? Un métier dévalorisé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Associé aux spectacles de rue, le marionnettiste est assimilé à un saltimbanque. Mais le militant Alain Recoing se bat… et obtient la reconnaissance d’une profession ignorée par le théâtre. Et fait accepter l’idée que les spectacles de marionnettes ne sont pas uniquement destinés aux enfants.

Le combat aura été long mais triomphant. Grâce à lui – notamment – les marionnettes débarquent sur le petit écran pour le grand bonheur des enfants (Martin Martine sur l’ORTF) et entrent même au Théâtre national de Chaillot, avec son ami Antoine Vitez.
Alain Recoing a créé plus de cinquante spectacles pour adultes et… pour enfants1. Il a aussi mis sur pied sa propre compagnie, le Théâtre aux Mains Nues, à la fin des années 1970. Un nom donné ensuite à une salle d’art et d’essai dédiée aux arts de la marionnette, dans un quartier populaire du XXe arrondissement, à Paris. Il dirige ce théâtre jusqu’en 2007 et passe la main à son fils Eloi, sans pour autant quitter les planches. A 88 ans, Alain Recoing anime toujours une Master class et des ateliers de formation. Avec la même envie et la même volonté : transmettre. Rencontre sonore avec un manipulateur de marionnettes.

 

Pour afficher le diaporama en plein écran, cliquez sur l'icône à droite.

 

> Les Mémoires improvisés d’un montreur de marionnettes, Alain Recoing, L’Entretemps, 288 pages, septembre 2011.

  1. 1. Alain Recoing pratique la marionnette à gaine : le manipulateur glisse sa main dans la marionnette, par le dessous, à l'image du célèbre Guignol.
0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook