"45 ans", la menace de l’amour fantôme

mercredi 27 janv. 2016 | Marco Pierrard

Très bon

Kate et Geoff s’apprêtent à organiser une grande fête pour leur 45e anniversaire de mariage lorsqu’une nouvelle inattendue vient perturber la cohésion de leur couple. Subtil et touchant, 45 ans explore la fragilité des sentiments rattrapés par des décennies de non-dits.

Kate (Charlotte Rampling) et Geoff Mercer (Tom Courtenay) sont en plein préparatifs de la grande fête qui viendra célébrer leur 45ème anniversaire de mariage lorsqu’une lettre vient assombrir l’atmosphère entre les deux amoureux. Adressée à Geoff, la missive annonce que le corps de Katya, son premier grand amour, disparu 50 ans auparavant lors d’une expédition dans les Alpes, vient d’être retrouvé. Cette découverte inattendue va fortement perturber Geoff et peu à peu modifier le regard que Kate porte sur son mari.

45 ans  © The Bureau - Ad Vitam distribution

Un couple sans histoire

Avant que le courrier de la discorde n’arrive, Kate et Geoff s'apprêtaient à célébrer 45 ans d’une vie commune paisible, peut-être trop. Le couple, sans enfants, découvre lors de la préparation de la soirée qui va leur être consacrée qu’ils ne peuvent satisfaire la demande de leurs amis, qui souhaitent décorer la salle avec des photos retraçant leur vie commune. Cette absence de “preuves” de cette vie à deux est l’un des éléments de leur vie qui va prendre une signification toute particulière lorsque Geoff reçoit la lettre.

Inquiète pour le moral de son mari, Kate décide de le faire parler de lui et de sa relation avec Katya, cette jeune femme dont il était follement amoureux et qu’il a si rarement évoqué. Progressivement, les souvenirs de Geoff vont instaurer un profond malaise au sein du couple, notamment lorsqu’il avoue qu’il aurait très probablement épousé la jeune femme sans cet accident tragique. Alors que Geoff se perd dans ses souvenirs et devient distant, sa femme commence à remettre en question les décennies qu’elle a passé auprès d’un homme qu’elle a du mal à reconnaître. Face à la force de cet amour perdu qui ressurgit, Kate commence à envisager son couple “sans histoire” et sans descendance, comme une relation vide de sens. Le réalisateur Andrew Haigh filme magnifiquement le quotidien de ce couple qui s’éloigne inexorablement, malgré leur amour réciproque, faisant le choix d’une économie de mots laissant la place aux gestes et aux regards évocateurs. Ce parti pris qui installe progressivement la tension dans le film fonctionne parfaitement grâce au jeu très subtil de Charlotte Rampling et Tom Courtenay, tous deux excellents.

45 ans  © The Bureau - Ad Vitam distribution

Jalousie fantôme

Si la nouvelle de ce corps retrouvé plusieurs décennies après sa disparition ébranle tant le couple que forment Kate et Geoff c’est qu’elle met en perspective — et d’une certaine façon en concurrence — une histoire d’amour passionnée et leur longue relation de 45 ans. Le fantôme de Katya vient ainsi hanter les pensées de Kate qui prend comme un affront l’amour que Geoff a pu lui porter. Bien que la jeune femme ait disparu avant qu’ils ne se rencontrent, Kate se sent trahie et menacée par cette passion. La disparition tragique de Katya renforce le choc de la découverte de son corps et la libération d’un deuil qu’il était impossible de faire à l’époque : Geoff et Kate se retrouvent alors incapables de communiquer sur leurs angoisses respectives.

Andrew Haigh capte très habilement les états d’âme de Kate, qui devient obsédée non par la jeune femme qui a charmé son mari et qu’elle n’a jamais croisée mais par la relation qu’ils ont pu avoir. Tout dans leur relation, passionnée et furtive, lui parait préférable aux 45 dernières années de sa vie avec Geoff. La jalousie qu’éprouve Kate pour cet amour fantomatique qui ne survit que dans les souvenirs de son mari montre la précarité de leur couple, même après plusieurs décennies. Le cinéaste évite habilement le thème de l’usure des sentiments et rend la crise entre Kate et Geoff d’autant plus touchante qu’ils s’aiment toujours. Les titres des années 60 qui accompagnent le film sont autant de souvenirs d’une vie passée à deux qui viennent renforcer l’aspect mélancolique de ce très beau film, qui se conclut par une scène déchirante, sublimé par l'envoûtant Smoke Gets In Your Eyes des Platters.

Tout en subtilité, 45 ans pose la question des choix qui forgent une vie et de la fragilité des sentiments malgré le temps qui passe. Une introspection psychologique mélancolique qui bénéficie de deux performances sublimes, récompensées par l’Ours d’argent du meilleur acteur et de la meilleure actrice à la dernière Berlinale, et permet à Charlotte Rampling d’être nommée à la prochaine cérémonie des Oscars.

45 ans (45 Years), réalisé par Andrew Haigh, Grande-Bretagne, 2015 (1h35)

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook

Articles du mois