22 artistes au 25e Etage de la tour Pleyel

lundi 30 juin 2014 | Dorothée Duchemin

Début juin, le collectif 9eme Concept investissait le 25eme étage de la tour Pleyel, aux portes de Paris. Une résidence artistique gardée secrète, où 22 artistes ont façonné ensemble une oeuvre collective, durant 5 jours. L'oeuvre a depuis été effacée, mais il subsiste un film, réalisé par Jules Hidrot. Le réalisateur a suivi étape par étape ce bouillonnnement artiste pour le retranscrire à l'écran, en 4 minutes et 34 secondes. Entretien.

Quel rôle joue la musique, omniprésente dans le film ? 

Je voulais prendre un soin particulier dans le choix de la musique. Cela me semblait vraiment important pour la dynamique du film. Elle apporte au film un vrai univers, une ambiance et un bon rythme. C’est Mast Cora, un des artistes participant à la performance du 25eme Etage, qui l’a composée. On a travaillé ensemble pour que son morceau colle avec ce que j’avais en tête pour le montage. Il y a différentes phases dans le morceau correspondant aux différentes parties de la vidéo. Je lui ai bien décrit ces étapes et lui ai donné des timings, afin de créer un lien entre la musique et les images.

En un peu plus de 4 minutes, vous donnez l'opportunité au public d'entrapercevoir cette émulation artistique. Comment avez-vous travaillé au montage pour la retranscrire ?

J’avais déjà réfléchi à la composition du film. J’ai découpé le déroulé en quatre phases : la découverte du lieu, la présentation des artistes, le work in progress et la découverte des oeuvres dans le lieu vide. On a ensuite capté les images avec Jules Talbot et Felix Le Méhauté en fonction de ce scénario. L’objectif principal était de mettre en avant les 22 artistes et de montrer qu’ils travaillaient ensemble sur tout un étage. 22 artistes réunis au même moment pour une seule oeuvre.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées lors du tournage ? 

Le tournage s’est très bien passé, il y a eu des belles rencontres et un bon état d’esprit. La seule difficulté c’est lorsqu’il a fallu expliquer aux artistes d’arrêter de travailler pour que l’on puisse faire les plans du lieu vide. Car une fois leurs oeuvres terminées, chacun commençait à vouloir dessiner un peu partout dans le lieu. Il y avait une petite contrainte de temps par rapport à l'accès à l'étage, il a donc fallu les arrêter. Mais bon je crois qu’ils sont contents de la vidéo au final !

En tant que réalisateur, pourquoi vous intéressez-vous au street art et à ses artistes ? 

J’ai travaillé pendant 5 ans en tant que chargé de projet au sein du collectif 9eme Concept. Cela m’a fait découvrir tout l'univers de l’art urbain. A force de travailler avec eux, j’ai eu envie d’essayer de retranscrire en vidéo ce que je voyais et le faire partager à d’autres personnes. Depuis 3 ans, je suis maintenant en freelance et essaie de faire évoluer mon travail en vidéo dans ce milieu, mais également de me diversifier, toujours dans cette logique de partage.

>> Lire aussi :
Tour Pleyel, le streetart en altitude

0 Commentaire

  • Avant de poster vos commentaires, merci de bien vouloir prendre en compte la charte des commentaires .
  • Il n'est plus possible de réagir sept jours après la publication de l'article.
  • Si un commentaire vous parait douteux (insultes, xenophobie, publicité ...) merci de nous le signaler en cliquant sur le lien "Alerter"

Vos réactions

Sur Facebook